Lattes : commerçants en colère par l’occupation des gens du voyage

Une vingtaine de caravanes et de véhicules, soit une centaine de gens du voyage occupent illégalement depuis le début de la semaine les parkings privés des zones commerciales du Solis et du Soriech, en bordure de la route de la Mer, l’axe Montpellier-Pérols, sur la commune de Lattes.

Cette cohabitation brutale et forcée met en colère les commerçants des enseignes implantées sur cette zone très fréquentée. « Nous constatons une baisse de la clientèle depuis que les gens du voyage sont là. Vous pensez bien que, d’une part, le nombre d’emplacements est réduit et d’autre part, les clients ne tolèrent pas de se garer au milieu de ces caravanes et du linge étendu par les squatters », témoigne un responsable d’une association du quartier.

Jeudi, des employés d’une grande surface d’un groupe de vente d’articles de sport ont été insultés, malmenés et bousculés par des gens du voyage. « On peut parler d’agression, c’est inacceptable », selon un membre d’une association de commerçants de Lattes.

Inertie des pouvoirs publics

Ces commerçants à bout face à cette situation difficile à vivre dénoncent l’inertie des pouvoirs publics. Ils ont alerté le préfet de l’Hérault, les policiers de la Sécurité publique, le maire de Lattes. Ils sont soutenus par les riverains : « Nous exigeons que le préfet et les élus agissent vite, très vite même pour régler ce problème, cette histoire va très mal finir si les élus et le préfet n’agissent pas efficacement, prévient fermement ce vendredi un responsable de l’association des commerçants du Solis-Soriech, nous leur demandons de venir sur place, nous voulons une réunion extraordinaire ». D’autant que ce n’est pas la première occupation du genre depuis ces derniers mois.

Comme lors de chaque occupation sauvage, les gens du voyage détournent les compteurs d’électricités des magasins et vident les citernes d’eau des bornes à incendie dévolues aux sapeurs-pompiers. Le message attestant de l’exaspération profonde des commerçants et des riverains est passé. À suivre.

260’000 € injectés dans la rénovation de l’aire d’accueil

La chargée du dossier à la métropole de Montpellier, Annie Yague assure que, « On est en ordre de bataille » à propos de la gestion des aires d’accueil réservées aux gens du voyage. À terme, dans les 31 communes de la métropole, il y aura 260 places aménagées pour des séjours potentiels de plusieurs mois, avec eau, électricité, sanitaires, coin cuisine. Il en existe déjà 80, la moitié dans le quartier de Bionne, à Montpellier l’autre moitié près du domaine de Verchant, à Castelnau-le-Lez.

Trois sont programmées, une à Castries (40 places), une à Cournonterral (40 places) et une à Montpellier, avec cent places à Bionne. Quant aux aires de grand passage, l’objectif est fixé à 680. Celle de la commune de Lattes en compte 250 , elle vient d’être rénovée à hauteur de 260’000 euros, selon le blog Latti’Infos, celle de Pérols -150 places- pourrait sortir de terre avant cet été.

À Saint Jean de Védas, il est prévu 180 places, non loin du rond point de Lavérune, dit de « Chez Paulette ». A Fabrègues, 150 emplacements seront construits, comme à Saint-Georges-d’Orques -150 places également-, mais certains projets ne sont pas encore établis. Et donc loin d’être aboutis…

Un budget de 18 M€

« On veut faire un schéma qui encercle le territoire métropolitain pour pouvoir accueillir les populations à chaque entrée, en accord avec les maires concernés », résume Annie Yague, vice présidente de la métropole en charge du dossier. Elle indique qu’un budget de 18 millions d’euros sera consacré d’ici 2024 aux aménagements des aires d’accueil des gens du voyage, dont le financement sera supporté en trois tiers : un tiers payé par la Montpellier Méditerranée Métropole, un autre par les communes, qui selon elle n’ont pas répondu jusque là à leurs obligations légales et le dernier par un groupe constitué par les collectivités qui n’avaient pas de contraintes légales.

En attendant, régulièrement, des convois de centaines de caravanes et de véhicules qui les tractent s’installent anarchiquement sur des sites privés, ce qui est source de conflits.

Des caravanes à Lattes : les commerçants exaspérés. Photo JMA. Métropolitain.
Les installations électriques des enseignes sabotées. Photo JMA. Métropolitain.
Lettre du préfet de l’Hérault après cette occupation des gens du voyage. Photo D.R.

 

11 Comments

  1. Et les « gens du voyage », comme on dit pudiquement, ils en pensent quoi, eux? Jamais on les écoute? Ils ont droit à la parole? Sont-ils encore nos semblables? Nos concitoyens?

  2. Faudra-t-il un mort par électrocution pour que des mesures coercitives draconniennes soient prises ?Bien sûr il ne faudrait pas que ça fasse le jeu du FN, car c’est toujours lui l’ennemi, mais pour le reste ?!…Allez donc voir après le départ de ces gens dans quel état se trouvent les parking transformés souvent en toilettes à ciel ouvert !. Mais là encore c’est sans doute la faute à la municipalité, de la communauté des habitants sédentaires, ces gens du « voyage » sont exempts de tout ! Pourquoi diable ne vont ils pas dans les plaines de Pologne ou d’Ukraine, il y a de la place là bas !

  3. Bravo aux commerçants de Lattes. Nous, contribuables, sommes obligés de mettre des pièces dans les bornes pour stationner, nous sommes en permanence verbalisés pour stationnement, bien qu’il ne soit pas gênant pour aller chercher nos enfants à l’école. Que fait le préfet ? Pourquoi les pouvoirs publics ne font rien ?

  4. Cela me rassure de savoir a quoi est utiliser l’argent de mes, de nos impôts .
    On finance, on rénove des aires de stationnement pour des personnes qui ne vivent que de délits, de larcins.
    Pauvre FRANCE

  5. Ce n’est pas normal qu’ils se croient tous permis et en plus des dégradations et de se servir de l’eau et l’électricité sans payer et de partir en laissant tous leurs déchets et sans compter des dégâts qu’ils ont commis et tous sa à nos frais alors qu’ils ont des caravanes et des voitures de luxe et en ne travaillant pas ni payant des impôts car ils ne sont pas solvables. Et nous pauvres petits français qui travaillent pour le smic et en plus de sa fait payer des impôts et maintenant que les gitans veulent se présenter aux élections municipales à Montpellier non mais on se fou vraiment de notre gueule. Sa reste des voleur et des vendeurs de drogue il n’y a qu’à aller vous dans les trois quartiers gitans de Montpellier et lire les faits d’hivers. Ce sont pire que les terroristes car ils ont le monopole de la drogue et maintenant ils veulent être élu et blanchir leur argent en toute tranquillité. Enfin bref je vais en rester là car la France part de plus en plus de travers. C’est à se demander si la France appartient vraiment aux français. Pauvre pays qui n’est plus sur ces rails et je me demande s’il y reviendra un jour. Allez quittons vite se pays qui est contaminé et non traitable.

  6. je ne leur souhaite pas mais ils mériteraient de subir un incendie pour se rendre compte de la bêtise quand au vidange des cuves.

  7. Et nous ! Agriculteurs ! On nous demande de faire des restrictions d’eau en période de sécheresse ! Les gens du voyage utilisent les bornes à incendie pour laver leurs voitures en cette période ! Vous trouvez ça juste ??? Où est la justice ?

Répondre à im Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *