Philippe Saurel : « La gauche qui me critique buvait du pinard à Paris »

La demande de classement de Montpellier en état de catastrophe naturelle, après les dégâts causés par le lourd épisode neigeux de la semaine a été adressée au gouvernement, vendredi, a révélé Philippe Saurel, ce dimanche matin. Les 31 maires des communes de la métropole devraient imiter la démarche de la Ville. Un prochain Conseil des ministres se prononcera sur ces demandes, dans un délai d’environ un mois. Le montant total des dommages causés au mobilier urbain n’est pas arrêté, il est en cours d’estimation, mais la facture sera salée.

Le maire de Montpellier et président de la métropole, Philippe Saurel a tiré à boulets rouges, ou plutôt à boules blanches sur les élus de l’opposition, ce dimanche matin, lors d’une conférence de presse à l’hôtel de ville qu’il a qualifiée d’exceptionnelle, après l’épisode neigeux qui a paralysé la ville et les 31 communes de la métropole pendant 48 heures. Déplorant « ces accusations totalement injustifiées et de vaine polémique », Philippe Saurel s’est félicité, « d’avoir réussi à mettre la Montpellier en sécurité. Il n’y a pas eu un seul blessé grave, pas un décès, que des petites contusions suite à des chutes ». Il a observé que, « quand on découvre qu’il y a 30 cm à 40 cm de neige, eh bien, on ne sort pas, on reste à la maison ».

Photos et posts à l’appui, copiés sur les réseaux sociaux, dont Facebook et Twitter, Philippe Saurel, avec l’humour noir qui le caractérise a relevé que, « pendant que je m’occupais de la ville et de la métropole, que je prenais toutes les dispositions urgentes pour assurer la sécurité des citoyens, les responsables de gauche, dont ceux du Parti socialiste de l’Hérault étaient tranquillement à Paris. Ils buvaient des verres de pinard au Salon de l’Agriculture. Ils ont quand même osé critiquer publiquement mon travail, ma mobilisation constante de mercredi à vendredi en déclarant qu’il n’y avait pas de plan neige, ni de déneigeuses. C’est totalement faux et je me dois de rétablir la vérité : nous avons équipé dix engins de la Ville et de la métropole de grandes lames adéquates et il existe bien un plan neige, qui a été présenté à la fin de l’année dernière aux élus de Montpellier et des 31 communes de la métropole ». Il a qualifié de déplorable et de consternant l’attitude, « des élus de l’opposition, pas seulement ceux de la gauche qui ont brillé par leur absence. Je n’ai pas croisé un seul élu de gauche et de droite dans Montpellier pendant que j’étais sur le terrain pour m’occuper des citoyens, très satisfaits du travail que nous avons accompli ».

« C’est la nature qui commande »

Répondant à une question de Nicolas Bonzom du journal gratuit 20 Minutes Montpellier, sur l’alerte rouge tardivement déclenchée jeudi par Météo France, Philippe Saurel a souligné, « n’en vouloir à personne, c’est la nature qui commande. Météo France avait placé l’Hérault en vigilance orange sur la foi d’un rapport officiel indiquant qu’il y aurait quelques flocons et une mince couche mercredi matin, avec ensuite un redoux et de la pluie l’après-midi. Or, mercredi après-midi, la neige a continué de tomber et s’est accrochée sur les sols gelés, car il a fait froid. Un scénario impossible à détecter mardi soir et mercredi matin. Oui, certes, l’alerte rouge a été tardive, j’en conviens, mais pas à cause de Météo France« .

Le maire et président de la métropole a tenu à féliciter et vivement remercier tous les employés qui ont été mobilisés, dont la police municipale, « présente 24h sur 24 de mercredi à vendredi ».

Pourquoi le tramway a été immobilisé

Philippe Saurel est revenu sur l’arrêt du trafic du tramway sur les quatre lignes : « les gorges des rails ont été gelées et ont empêché les motrices et les rames de rouler. D’ailleurs, deux rames ont déraillé. Ce phénomène de gel des gorges des rails n’est pas propre à Montpellier, il est identique à Grenoble, où il neige plus souvent qu’ici l’hiver et dans toutes les autres villes du territoire équipées de ce moyen de transport. Je me suis déplacé lors de la remise en état d’un tramway devant la gare SNCF Saint-Roch pour que les agents de la TaM 3M m’expliquent tout. Et j’ai pu voir que les motrices avaient effectivement été endommagées par ce phénomène. J’ai constaté que les agents devaient démonter des plaques sous les motrices pour pouvoir les réparer, afin qu’elles puissent circuler ».

Les contournements tardifs en cause

Philippe Saurel a regretté ce dimanche, le retard considérable pris par les chantiers des contournements de Montpellier, ceux de l’Ouest -de Juvignac à l’A9 à Saint-Jean-de-Védas- qui a généré le blocage de l’A750 à Juvignac à cause de dizaines de poids-lourd, des échangeurs de l’autoroute A9 et A709, qui ne sont pas achevés, de la Liaison intercantonale d’évitement nord de Montpellier, le LIen -le dernier maillon reliant Saint-Gély-du-Fesc et le hameau de Bel Air, à Grabels étant en sommeil- et la RN 113, à l’Est de Montpellier.

« Cet épisode neigeux a, une nouvelle fois démontré que la traversée de Baillargues, notamment était très difficile. Je soutiens pleinement le maire, Jean-Luc Meissonnier dans son combat pour que l’État accélère le projet de déviation de cet axe névralgique, entre Montpellier et Lunel », constate Philippe Saurel.

Le maire de Montpellier et président de la métropole est clair et net : « La gestion du trafic sur l’autoroute A9, c’est les ASF et Vinci Autoroutes, donc, c’est l’État. J’ai relevé que, dès le déclenchement de l’alerte rouge, jeudi, des dizaines de poids-lourds et autres camions de gabarit plus petits, que l’on avait laissé pénétrer sur l’A9 sont sortis à l’échangeur de Montpellier-Est, au Zénith Sud et qu’ils ont squatté les routes, le bord des routes en endommageant le mobilier urbain etc. Cette situation ne doit plus arriver à l’avenir ».

Polémique sur les sirènes d’alerte

Philippe Saurel a évoqué la polémique entre la Ville de Montpellier et la préfecture, à propos de la gestion et du déclenchement des sirènes d’alerte : « Le déclenchement de ces sirènes aurait été bien utile jeudi pour informer la population de l’alerte rouge et donc de prévenir les habitants de rester chez eux. Ce dispositif a un effet préventif très important. Or, seul le préfet de l’Hérault n’est autorisé à faire retentir les sirènes d’alerte. J’ai donc demandé au préfet, Pierre Pouëssel que, désormais, la Ville soit apte à activer les sirènes d’alerte en cas d’événements graves, comme des crues et donc un épisode neigeux de l’importance de celui de mercredi et de jeudi. Le préfet a écrit dans ce sens au ministère de l’Intérieur, je n’ai, à ce jour, aucune réponse, aucun retour donc. J’attends »…

En levant la conférence de presse à l’heure du déjeuner, Philippe Saurel a souhaité qu’un pareil caprice céleste épargne Montpellier à l’avenir. Selon Météo France, de telles chutes de neige abondantes ne surviennent que tous les 30 ans.

Combien de verres de rouge des crus de l’Hérault seront-ils dégustés les trente prochaines années par les élus du Parti socialiste au Salon de l’Agriculture à Paris ? Quand on aime, on ne compte pas !

Philippe Saurel a reçu la presse, ce dimanche en mairie. Photo JMA.Métropolitain.

6 Comments

  1. Et pendant que ceux qui critiquent en disant moi j’aurais pas fait comme ça.
    Et parce que il est tombé 20 cm de neige une fois tout les 30 ans.
    Et parce que notre confort en a pris un coup 24h.

    Il y a toujours dans le monde des millions de personnes qui n’ont rien à manger, rien pour ou dormir et j’en passe.
    Des milliers de gens qui se font tuer dans d’autres pays……….

    Oui c’est vrai, j’ai glissé avec ma voiture.
    Oui j’avais les orteils gelés.
    Oui j’ai du marcher 1 km.

    Ouf, samedi il faisait 20 °
    Quelle semaine.

  2. C’est bien les 7° et la pluie annoncée à 13h par Météo France qui ont fait que les gens sont partis travailler le matin.
    Quand on découvre qu’il y a 30cm de neige depuis son travail ou depuis les embouteillages c’est là que le chaos commence Monsieur Saurel.
    Sinon bien sûr qu’on reste chez soi ! Tout le monde a été pris de court, et en premier lieu les services publics censés veiller constamment à l’ordre public. Donc oui Météo France s’est trompé – ils ont le droit -, et oui la Mairie et le département ont été défaillants, faute de bras, faute d’équipements (combien de véhicules avec des pneus hiver?) et faute d’expérience. La demande de classement en catastrophe naturelle est bien la reconnaissance de cette impuissance totale et du non budget alloué à l’hiver.
    Il faut juste l’admettre, arguer que personne n’aurait fait mieux avec si peu de moyens, et qu’il serait assez absurde d’investir de millions d’euros dans des déneigeuses. Il est toutefois tout aussi absurde de dépenser plus de 220 millions d’argent public pour une nouvelle Mairie ou des archives départementales… C’est là où il y a beaucoup de progrès à faire !

  3. Il est surtout à noter l’excés d’incivilité de trés nombreux automobilistes et poids lourds qui se sont engagés sur les chaussées sans être équipés, alors que les services d’urgences avaient multipliés les appels à la prudence où à rester au domicile qui n’ont pas été respectés par la plupart, ce qui à occasionné de trés nombreux blocages, donc j’ajouterai qu’ils ne se plaignent pas comme d’habitude dés qu’ils font un pêt de travers, celà en devient risible et agaçant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *