Fusillade à Montpellier : deux blessés dans une cité gitane

INFO MÉTROPOLITAIN. Une fusillade a éclaté ce dimanche à 5h45 dans une des cités de la communauté des gitans sédentaires implantée dans le quartier de Montaubérou, au Millénaire, à la périphérie Est de Montpellier.

Deux hommes ont été grièvement blessés aux jambes par les tirs à l’arme lourde, qui pourraient être une Kalachnikov, ce qui n’a pas été confirmé à Métropolitain, à 7h30 ce matin. Un des blessés aurait également reçu des coups de couteau.

Les deux jeunes victimes ont été transportées par des habitants du lotissement des Marels jusqu’à la caserne mitoyenne des sapeurs-pompiers de Montaubérou, où elles ont été prises en charge et médicalisées par un médecin et un infirmier du Sdis 34, avant d’être évacuées en ambulance jusqu’aux urgences du CHU Lapeyronie.

Le plus jeune, prénommé Steven, âgé de 22 ans a eu un organe vital touché et a été opéré. Il est dans un état grave et plongé dans le coma. L’autre victime, âgée de 25 ans est moins gravement atteint. Ses jours ne pas en danger.

La police enquête

Les deux ambulances ont été escortées jusqu’au CHU par des véhicules de police de la Sécurité publique de Montpellier, dont des effectifs sont sur place actuellement pour l’enquête, confiée pour l’heure par le procureur de la République de Montpellier à la sûreté départementale de l’Hérault.

Le lotissement de Montaubérou est connu par la police de Montpellier comme étant un des principaux lieu de vente des drogues douces et dures, notamment de cocaïne et d’héroïne. L’année dernière, des opérations de police avaient permis la saisie d’importantes quantités de cannabis et d’armes.

Procureur et gendarmes

À 8h, Christophe Barret, le procureur de la République de Montpellier était sur les lieux. Il dirige l’enquête et l’opération policière en cours. Les policiers, sous la direction du commissaire Patrice Buil, qui commande la sûreté départementale de l’Hérault ont installé un périmètre de sécurité. La rouye qui mène à Grammont-Zénith Sud est interdite à la circulation.

Les gendarmes de la compagnie de Castelnau-le-Lez, dont un important effectif du peloton de surveillance et d’intervention -Psig Sabre- sont arrivés en renfort. Ils se trouvent également engagés en compagnie des forces de police.

Coups de feu à 10h

Dernière minute : des détonations ont été entendues à 10h. Des coups de feu ont été tirés semble t-il dans le lotissement de Montaubérou.  À 10h15, les véhicules de police et de gendarmerie ont quitté les lieux, ainsi que le procureur de la République. Il n’y a pas eu d’interpellations. Selon nos informations, ces échanges de coups de feu auraient eu lieu entre deux bandes, celles de Montaubérou et celle voisine de la Grappe, pour régler un contentieux.

Le dispositif a été levé et la circulation rouverte sur l’avenue Albert Einstein en direction de Grammont et du Zénith Sud.

Le directeur du Sdis 34 sur place

La situation a été assez confuse, un peu avant 6h ce matin, quand les deux blessés par arme à feu étaient soignés dans la caserne de Montaubérou, d’autres membres de la communauté gitane s’étant rendus également au centre de secours. « Les forces de l’ordre  sont intervenues pour assurer l’évacuation des deux victimes blessées. Les personnels de garde ont fait preuve d’une grande conscience professionnelle face à la tension palpable sur cette opération de secours délicate, jusqu’à l’arrivée des forces de l’ordre. Le colonel Éric Florès,  directeur du Sdis 34, la chaîne de commandement locale et le médecin chef du Sdis 34 se sont rendus sur place afin de venir soutenir  les personnels de garde marqués  par cette intervention mais aussi afin de faire le point avec les  autorités de police sur la sécurisation du centre de secours pour assurer pour son fonctionnement normal et la bonne organisation  des secours. Par ailleurs,  compte tenu de l’enquête judiciaire en cours, le Sdis 34 n’est pas en mesure de communiquer sur d’autres éléments et notamment les circonstances des faits qui relèvent des autorités judiciaires. Le président du conseil départemental de l’Hérault, Kleber Mesquida immédiatement informé des faits, apporte tout son soutien auprès des personnels de garde et les félicite pour la qualité de la gestion de cette opération et leurs compétences qu’ils ont une nouvelle fois démontrés », indique à 11h, l’état-major du Sdis de l’Hérault.

>> Plus d’informations à suivre.

La route vers Grammont-Zénith Sud interdite par les policiers. Photo JMA. Métropolitain.
Le procureur de la République de Montpellier, Christophe Barret dirige l’enquête et l’opération de police et de gendarmerie. Photo JMA. Métropolitain.
Un périmètre de sécurité installé par la police. La route qui mène au Zénith Sud est coupée. Photo JMA. Métropolitain.

9 Comments

  1. C’est bien dommage que les contrôles et les descentes de police ne soient pas plus réguliers dans ce quartier des Marelles, haut lieu bien connu du trafic de drogue. Pourquoi laisse t-on faire ainsi ? Mais que font les services régaliens ?

  2. Et escortés par la police …ce doit être des notables de la cité ou des copains livreurs de nos bons politiques qui aiment l’herbe fraîche

  3. Des armes pour quoi faire ? Je préfère les Gitanes en train de jouer de la guitare que ceux qui ne cessent de se comporter comme des voyous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *