Interview : Frédéric Vidal, président des notaires de l’Hérault

C’est dans le cadre de la soirée des vœux de la Chambre des notaires, qui s’est tenue le 31 janvier dernier à Montpellier, que nous avons demandé à Frédéric Vidal, son président, de répondre à quelques-unes de nos questions.  

Cela fait aujourd’hui 9 mois que vous êtes président de la Chambre des Notaires de l’Hérault. Quelle a été votre première préoccupation ?

J’ai accepté de devenir président de la Chambre des notaires pour plusieurs raisons mais la plus importante est celle d’amener une gouvernance alternée entre Montpellier, Sète et Béziers. Je suis notaire à Béziers mais j’essaie d’équilibrer notre présence sur le département de façon équitable.

Suite à votre discours de ce soir, il nous a semblé comprendre que vous aviez déjà trouvé celui qui vous succédera dans un peu plus d’un an…

Ce n’est pas facile de trouver un remplaçant. La tâche est chronophage et demande beaucoup de temps et d’énergie même si on y est bien entouré. C’est pour cela que je m’atèle dès à présent de convaincre l’un de mes confrères de me succéder. Pour devenir président, il faut qu’il devienne vice-président en mai, cela me laisse à peine trois mois. On saura en mai 2019 si mes confrères me suivront dans ce choix.

Pourquoi cette élection demande t-elle autant de préparation ? 

C’est pour qu’il y ai une unité. Il ne faudrait pas que ce que je dise et ce que je fais aujourd’hui soit remis en cause dans un an. Nous avons besoin d’une cohérence dans nos actions malgré nos personnalités si différentes.

Brève définition de ce qu’est un notaire ?

En tant que notaire, je suis l’homme du contrat, je construis avec mon client son avenir et celui de sa famille et de ses enfants. Le notariat est là pour soigner différentes pathologies. Pour cela, nous avons des règles de déontologie très claires et ne nous ne pouvons nous en abstenir. Nous sommes également tenu au secret professionnel, nous sommes dans l’intime patrimonial.

C’est difficile d’être notaire aujourd’hui ? 

Difficile non, mais plutôt très différent. Aujourd’hui, nous notaires, nous avons besoin de nous spécialiser tout en nous entourant d’associés. La généralisation étant plus compliquée, il nous faut être plus unis.

Depuis la loi Macron, le nombre de notaires a beaucoup augmenté, c’est une véritable problématique pour la profession ?

Effectivement, nous sommes passés de 190 à 240 notaires dans l’Hérault en seulement 9 mois. D’autant que nous sommes un département surpeuplé en notaires. A l’époque on pouvait l’expliquer à cause des propriétés viticoles, aujourd’hui cette augmentation reste inexpliquée. La loi dite ‘’croissance’’, qui en fait n’est pas du tout croissance, créé des notaires en fonction d’une géographie et d’une population. Mais à y regarder de plus près, ces créations ne sont pas adaptées, surtout dans l’Hérault.

Pouvez-nous nous citer l’un des sujets sur lequel travaille la Chambre des Notaires actuellement ? 

Le divorce par consentement mutuel est un des sujets sur lequel nous allons nous pencher. Pour rappel, le divorce par consentement mutuel n’est plus, depuis le 1er janvier 2017, homologué par la justice, mais enregistré chez le notaire. Notre mission auprès des époux qui se séparent va bien au-delà, il devient essentiel lorsque les ex-époux ont un patrimoine à partager. C’est d’ailleurs à Béziers que nous allons faire notre première réunion sur le sujet.

Dans votre discours vous avez cité 40 ‘’Je veux’’, quel est le plus important pour vous ? 

Le plus important à mes yeux, c’est la déontologie et la confraternité. Si je devais n’en faire respecter qu’un, ce serait de faire respecter la déontologie pour ne pas se retrouver dans la discipline. C’est ce que j’explique aux nouveaux notaires qui arrivent.

Frédéric Vidal, président des notaires de l’Hérault © Nadira Belkacem

Extrait tiré du discours de Maître Frédéric Vidal, président de la Chambre des Notaires de l’Hérault, lors de la soirée des voeux qui s’est tenue le 31 janvier dernier. 

 »- JE VEUX que vous régliez vos montres sur celle que j’ai à la place du coeur.

 – JE VEUX que la présente soirée soirée ne soit pas soumise au Secret Professionnel, et qu’elle soit au contraire l’occasion de communiquer entre vous tous et vers l’extérieur.

 – JE VEUX avoir une pensée pour nos Confrères trop tôt disparus : Jean-Pierre Ferret, Jérôme Sanchez et Bernard Auriol.

 – JE VEUX rendre hommage aux Membres de Chambre ici présents : ce n’est plus du bénévolat, c’est du sacerdoce.

 – JE VEUX qu’ils aient la force de poursuivre tous nos travaux.

 – JE VEUX que tous les Masters II Notariat trouve leur stage de 2 ans.

 – JE VEUX que tous les invités retrouvent leur vestiaire.

 – JE VEUX que tous les Notaires de l’Hérault télé-actent à 100%

 – JE VEUX que les Services de Publicité Foncières publient nos actes en 10 jours.

 – JE VEUX que vous m’aidiez à vous aider.

 – JE VEUX que vous répondiez aux syndics

 – A ce sujet, je vous signale que Mme LANOTTE VOUDRAIT que je reste calme.

        Un aparté ici pour préciser, à ceux qui ne la connaissent pas, que Mme Lanotte est la secrétaire administrative de la Chambre, le côté obscur de la force, la Dark Vador du Notariat Héraultais.

        A l’inverse des 3 singes, elle voit tout, elle entend tout, et elle ME dit tout.

        Elle est assistée pour cela de Mme Edwige BURCKBUCHLER qui éxecute toutes les basses oeuvres sans commentaires, et que, compte tenu de la complexité de son nom, j’appellerais R2D2.

 – JE VEUX que vous priiez pour Mme LANOTTE.

 – JE VEUX vous confier que j’ai trouvé mon successeur à ce poste.

 – JE VEUX, à nouveau, que vous priiez pour Mme LANOTTE, parce que ledit successeur est aussi un cas. Comme dit son associé en parlant de nous trois « Anges des rues, diables des maisons ».

 – JE VEUX que vous soyez attentifs à tous vos collaborateurs, partie cachée de notre iceberg qui dérive dans les eaux trop chaudes de la Loi dite Croissance, la mal-nommée.

 – JE VEUX que vos standardistes répondent au téléphone aux heures indiquées sur vos répondeurs…

– JE VEUX que tous le monde lisent le « Mais que fait la Chambre ».

– JE VEUX que vous m’aidiez à l’écrire, puisque j’essaie d’y relayer la qualité de quantités de nos travaux.

 – JE VEUX que cesse la création de Notaires au péril du Notariat et ses clients.

 – JE VEUX que cesse cette loterie qui ressemble plus à une roulette russe qu’à une chance.

 – JE VEUX que nos gouvernants se rappellent enfin que nous leur collectons des produits sans leur créer de charges. Bilan : nous sommes des actifs sans Passif.

 Et puisque je suis rentré dans le vocabulaire comptable qui me tient à coeur, dans tous les sens du termes, puisque ma femme a un double diplôme de Notaire et Comptable, et que mon successeur que j’ai pressenti à ce poste s’appelle « Bénéfice », …, « Olé », …, vous êtes prêts ?

 – JE VEUX pouvoir poursuivre notre travail en partie double avec nos autorités de tutelles.

 – JE VOUDRAIS que vous transmettiez Monsieur le Procureur Général.

 – JE VEUX qu’ils sachent qu’Officier Ministériel signifie collaborateur zélé et non pas cible à détruire.

 – JE VEUX que l’humanisme du droit latin que beaucoup de pays nous envient ne soit pas englouti par l’omni-puissance de l’argent du droit anglo-saxon.

 – JE VEUX que perdurent les valeurs du Notariat : déontologie, discipline, services publiques, responsabilité, sécurité, modernité, médiation, famille, liberté, égalité, confraternité, …

 – JE VEUX que vive le Notariat Français.

– JE VEUX que cesse cette logorrhé législative non réfléchie, et, de ce fait, parfaitement inapplicable. Sur ce point, j’ai cru comprendre au travers des différents discours officiels tenus lors des rentrées solennelle, que nos magistrats partagent ce point de vue.

 – JE VEUX vous dire : « La Loi SRU nous a eu, la Loi TEPA a été mon trépas, et « ALUR » m’a tué ».

 – JE VEUX pouvoir comprendre et appliquer la Loi Justice du XXIe siècle.

 – JE VEUX recevoir ce que j’ai donné notamment quant à l’accueil de nos confrères tirés au sort.

 – JE VEUX qu’il n’y ait aucune inconnue dans l’équation que je vous ai donné : NOTARIAT = QUALITE + FRANCHISE+ HONNETETE.

– JE VEUX que la déontologie ne soit pas un mot en rupture de stock.

 – JE VEUX que les Notaires se recentrent sur les clients et le Notariat et qu’ils sachent se remettrent en cause notamment par le biais de la qualité, la diversification et le management inhérent à notre casquette de Chef d’Entreprise.

 – JE VEUX que tous les Notaires d’un même département se connaissent et se reconnaissent surtout à l’heure où nous venons d’accoucher en 9 mois de 50 Confrères, nous faisant passer de 190 à 240 notaires dans l’Hérault.

 – JE VEUX que soit préservés les outils que nous avons mis en place et qui font la force que tous le monde nous envie : la Caisse Centrale de Garantie, la Sécurité Nouvelle, l’Association Des Services du Notariat, le Conseil supérieur du Notariat, l’Assemblé de Liaison, les Congrès des Notaires, les CRIDON, UNOFI,…, la liste n’est pas limitative.

-JE VEUX vous redire mon attachement aux prestations de serments.

-JE VEUX la Concorde à la place de la discorde.

-JE VEUX en être le garant, comme mes prédécesseurs, et mes successeurs.

-JE VEUX que vous vouliez.

-JE NE VEUX PLUS entendre cette petite phrase assassine « on a toujours fait comme ça « . La remise en cause de soi-même est le garant de la modernité.

-JE NE VEUX PAS que vous m’en vouliez de ne pas vous avoir souhaité bonne année : «  elle sera ce que nous en ferons « .

-Pour conclure, JE VEUX, ce soir, que vous vous rencontriez, que vous fassiez connaissance, que vous échangiez, que vous vous écoutiez, que vous vous parliez…

1 Comment

  1. je ceux que la chambre des notaires fasse le ménage dans ses membres notamment lorsqu’elle est interpelée par plusieurs personnes au sujet des dysfonctionnements d’une étude
    heuresment que la justice est plus efficace que la chambre des notaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *