Montpellier : à peine libéré, le « rat des bars et des restaurants » récidive !

Un SDF de 35 ans qui avait été interpellé fin janvier pour quatre cambriolages nocturnes commis dans des bars et des restaurants du quartier de Port Marianne, à Montpellier et qui avait été remis en liberté avec une convocation à comparaître ultérieurement devant le tribunal correctionnel, a récidivé.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, à la suite d’un appel parvenu sur le 17, le numéro d’urgence de police-secours, les policiers de la brigade anticriminalité -BAC- ont foncé dans une rue proche du boulevard de Strasbourg, où un cambriolage était signalé dans une pizzéria.

Trahi par un gant

À l’arrivée des policiers, l’établissement avait bien été victime d’une tentative de vol avec effraction, mais il n’y avait personne à l’intérieur. En revanche, les policiers découvraient un gant accroché à un grillage jouxtant l’entrée de la pizzéria. Ils décidaient d’effectuer des recherches alentour et tombaient sur un individu, qui s’était dissimulé en voyant arriver un véhicule. À une main, il portait un gant, identique à celui retrouvé devant l’établissement.

Le suspect était conduit au commissariat central et placé en garde à vue. Les policiers de la sûreté départementale de l’Hérault ont rapidement reconnu ce SDF, pris la main dans le sac, à la fin du mois dernier, à Port Marianne.

Douze autres cambriolages

Ce « rat des bars et des restaurants » n’est pas resté inactif depuis sa remise en liberté, puisqu’en quelques jours à peine, il est soupçonné d’avoir cambriolé une douzaines de bars et d’établissements de restauration en divers endroits, à Montpellier.

Ce sont ses traces papillaires laissées sur les lieux de cette douzaine de cambriolages, qui ont été relevées par la police technique et scientifique et le par le groupe d’enquêtes criminalistiques -GEC- qui ont trahi le trentenaire.

En garde à vue, le SDF a reconnu qu’il volait la nuit pour se nourrir.

2 Comments

  1. Quelle salubrité ! un rat de moins dans les restos car bientôt (ou non ?) transféré dans une prison sale et surpeuplée. On aura fait le tour du problème ! Quelle société que la nôtre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *