Amendement Bruguière : des avancées pour les travailleurs saisonniers

La sénatrice héraultaise, Marie-Thérèse Bruguière a fait voter des avancées pour les travailleurs saisonniers. Qu’il s’agisse du maraichage, de la viticulture ou de l’aquaculture, de l’arrière-pays au littoral, notre département manque de capacités d’hébergements pour les travailleurs saisonniers.

Le cadre législatif et réglementaire en vigueur, essentiellement centré sur l’objectif de gestion économe des sols, ajouté à une jurisprudence administrative souvent restrictive s’agissant de la réalisation de bâtiments ou de simples travaux utiles aux activités agricoles, posent des contraintes importantes aux agriculteurs et aux élus des communes soumises à la Ioi Littoral.

Aussi dans le cadre de l’examen de la proposition de loi dite « développement durable des territoires littoraux », la sénatrice Marie-Thérèse Bruguière a fait adopté en séance un amendement permettant, vu le manque de capacités d’hébergement, par dérogation au code de l’urbanisme, le logement temporaire des saisonniers sur les exploitations agricoles qui ont besoin d’une main-d’œuvre en période de récoltes et ce même dans les zone concernées par la bande des 100 mètres de la loi Littoral.

600 saisonniers péruviens

Marie-Thérèse Bruguière commente son amendement : « Deux agriculteurs ont été condamnés la semaine dernière dans la région Occitanie ; ils ont fait appel de ces jugements, mais il faudra payer l’amende. Dans la plaine de l’Aude, comme à Mauguio, à l’est de Montpellier dans l’Hérault, six cents saisonniers étrangers, souvent péruviens, sont transportés en car chaque jour pour ramasser les melons. La terre est basse et il fait très chaud. Ils pourraient avoir des logements corrects durant quatre mois.

Les agriculteurs sont découragés. C’est une garantie de bon sens et d’humanisme. Les maires et les agriculteurs demandent que l’on loge ces populations décemment. Les travailleurs saisonniers doivent être aussi bien traités que les autresJ’espère que lors de la lecture à l’Assemblée nationale qui suivra, les députés héraultais sauront se saisir de cet enjeux et défendre le maintien de ce nouvel article. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *