LGV Montpellier-Perpignan : Saurel et Delga dans le même wagon

Le sort de la Ligne à grande vitesse -LGV- Montpellier-Perpignan est entre les mains de la ministre des Transports. Le récent rapport Duron qui préconise le gel du projet est sur son bureau. La ministre, Élisabeth Borne va rendre un arbitrage imminent. À suivre.
Dès l’annonce des conclusions de ce rapport national, soit le jour même, Philippe Saurel, maire de la Ville de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole -3M-, a fait adopter lors du dernier conseil municipal du 1er février dernier, un vœu en faveur de la réalisation de la LGV Montpellier-Perpignan-Barcelone.
Un courrier, accompagné du vœu voté à l’unanimité a été officiellement adressé mercredi à la présidente de la Région Occitanie -Pyrénées-Méditerranée-, afin qu’il s’inscrive dans la démarche engagée par les collectivités territoriales en faveur de la LGV Montpellier-Perpignan-Barcelone. En parallèle, Philippe Saurel a proposé à la présidente Carole Delga une action collective auprès de la Commission Européenne pour faire avancer la réalisation de l’ultime maillon manquant entre Montpellier et Perpignan du corridor européen, reliant Amsterdam, aux Pays-Bas à Malaga, en Espagne.

« Pour une DUP en 2019 »

Voici le vœu en faveur de la réalisation de la LGV Montpellier-Perpignan-Barcelone adopté par le Conseil municipal de Montpellier le 1er février et adressé par courrier hier à la Région Occitanie : 

« À la suite de la présentation aujourd’hui des conclusions du rapport Duron sur les infrastructures de transports, nous accueillons avec satisfaction le fait que la réalisation du segment ferroviaire Montpellier-Béziers ait été considérée comme prioritaire. Ce segment est en effet une priorité pour la réalisation de la ligne LGV Montpellier-Perpignan-Barcelone. Nous tenons à insister à nouveau sur l’importance de cette ligne voyageurs et fret qui est indispensable pour le segment transfrontalier entre la France et l’Espagne mais aussi pour désengorger le Sud de la France. L’Europe l’appelle de ses vœux.

Nous réaffirmons notre volonté de voir ce projet sortir de terre avec une déclaration d’utilité publique (DUP) courant 2019. Une première tranche de travaux en 2023, comme indiqué dans le rapport Duron, serait la bienvenue. Cette ligne libérerait des sillons pour les trains quotidiens et régionaux. Tout cela va également dans le sens de la réduction de l’impact carbone.

Nous attendons désormais avec impatience le rapport Spinetta ainsi que les décisions du gouvernement ».

Carole DELGA, présidente de la région Occitanie. – Nicolas MESSYASZ/SIPA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *