Montpellier : un collectif d’avocats pénalistes vigilant

INFO MÉTROPOLITAIN. Un collectif d’avocats du barreau de Montpellier, des pénalistes, vient de se créer. Ils ne sont qu’une quinzaine, maîtres Jean-Marc Darrigade et Marc Gallix compris -ils sont à l’initiative du lancement de ce collectif-, à en faire partie. Selon nos informations, les statuts de cette association ont été déposés. Action.

« Il s’agit d’une association d’avocats de la défense qui part en guerre pour la défense des droits de la défense », résume un des membres de ce collectif, joint ce jeudi soir par Métropolitain. Des magistrats, notamment des juges d’instruction du tribunal de grande instance de Montpellier et de Béziers sont semble t-il, dans le collimateur.

De jeunes avocats écartés

De jeunes avocats du barreau de Montpellier, pourtant habitués à plaider devant la cour d’assises et le tribunal correctionnel sont tombés des nues, en revanche : « Ah bon ? C’est quoi ce collectif ? Il y a qui dedans ? On n’est pas au courant, nous n’avons jamais été approchés. C’est incroyable ». Visiblement, ils ont été écartés.

Selon nos informations, ce collectif de pénalistes englobant des robes noires triées sur le volet, des avocats amis bien entendu, saisirait systématiquement le bâtonnier du conseil de l’ordre -actuellement, maître Bernard Béral- pour dénoncer des dysfonctionnements récurrents : refus de juges d’instruction de fournir des pièces figurant dans une procédure, refus de procéder à des actes durant l’information judiciaire, comme une reconstitution ou une confrontation etc.

Objectif de ce collectif : veiller au respect de tous les droits de la défense, qui, à leurs yeux, ne seraient pas toujours respectés. Les magistrats du parquet et du siège, notamment ceux de l’instruction sont dans le collimateur de cette poignée de pénalistes. Ils tremblent déjà, paraît-il !

Association en sommeil

Reste que ce collectif ne constitue pas une nouveauté, ni en France, ni à Montpellier. Au niveau national, cette structure ressemble aux associations de défense des avocats qui existent déjà dans de grandes villes. Et localement, il copie allègrement l’association qu’avaient mis en place, il y a quelques années, deux bâtonniers de Montpellier, ayant pignon sur rue, avant de tomber en sommeil.

Les quinze pénalistes montpelliérains ont décidé de se réveiller et de réactiver la guerre, via ce collectif. Il va y avoir de l’ambiance dans les prétoires, surtout devant des juges qui siègeront et qui sont très très proches de certains avocats, membres actifs de ce collectif…

Le bâtonnier en exercice, Bernard Béral.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *