ICM : 2018, l’année des grands travaux et de l’innovation

Lors de la cérémonie des vœux, Marc Ychou le directeur général de l’Institut du cancer de Montpellier -ICM-, qui a récemment obtenu le renouvellement de son label SIRIC, est revenu sur l’année 2017 et ses faits marquants. Le cancérologue est également revenu sur les grands projets qui vont jalonner 2018.

Au rayon des grands événements de 2017, il faut citer le renouvellement du label SIRIC, mais aussi la hausse d’activité de 3% de l’institut, notamment en ambulatoire : « Notre mission première consiste à assurer la qualité des soins. Dans ce cadre, 2017 a été marquée par une activité intense, inscrite dans l’innovation et l’humanisme au service des patients », explique Marc Ychou, rappelant que l’ICM a recruté 145 personnes.

Le directeur a aussi profité de l’événement pour évoquer l’agenda 2018 chargé pour l’ICM avec, en ligne de mire, de nouveaux projets innovants : « La confiance que nous avons su créer avec les patients entraîne un résultat financier positif pour l’établissement. Nous pouvons donc avoir un programme ambitieux pour, encore, faire évoluer nos services ».

Très bon bilan 2017

En 2017, l’ICM a vu l’attribution de la certification Afnor 2001 et, surtout, le renouvellement du label SIRIC : « Dans un contexte de concurrence accrue, nous sommes arrivés en deuxième position sur 17 dossiers présentés. Nous sommes le seul site labellisé de tout l’arc méditerranéen », précise Marc Ychou qui estime que le jury a été sensible au partenariat porté par l’ICM, le CHU, l’Inserm, le CNRS et l’université : « Notre vision doit installer Montpellier comme un pôle international d’excellence ».

Plus technique, le renouvellement pour 6 ans, avec UNICancer, de la gestion des base des données des malades en France de l’association nationale…

Montée en puissance de la robotique

Côté travaux, la rénovation du bâtiment d’hospitalisation chirurgicale a commencé. Pour l’ICM, l’enjeu est structurel : l’établissement veut regrouper tout son service sur un même étage : « Nous serons prêts d’ici la fin de l’année », annonce Marc Ychou, qui pointe le déploiement de la robotique qui prend ses marques à l’ICM, notamment dans les traitements du cancer collorectal: « 130 interventions ont été pratiqué dans la chirurgie assistée par robot, ce qui fait de l’ICM le premier centre en France pour le nombre de patients qui ont bénéficié de cette technique mini-invasive ».

Programme 2018

L’année qui vient sera dédiée aux grands travaux. Au programme : l’extension de l’accueil A, celle du bâtiment B, avec un nouvel accueil pour les soins de support -nutrition, douleur, psycho-oncologie-, mais également de nouveaux blocs opératoires « avec des équipement qui accompagnent l’ICM dans la médecine du futur, avec notamment l’arrivée de la robotique et de l’image intégrée ». Sans oublier les parkings qui seront réaménagés, soit un investissement programmé de 50 M€ sur 5 ans : « Grâce à notre bonne santé financière et sans nuire à l’activité », précise Marc Ychou.

Deux grandes innovations pour l’ICM

>> La radiothérapie guidée par IRM : en octobre prochain, l’ICM accueillera le premier centre en France de radiothérapie guidée par IRM (imagerie par résonance magnétique), une technologie considérée comme un vrai plus pour la santé des patients par Marc Ychou : « La radiothérapie par IRM, et non plus par scanner, permet de guider plus précisément les rayons pour offrir une meilleure définition des zones de radiations. C’est une grande évolution dans le traitement des cancers : un meilleur calcul des doses de rayons par séance génère moins d’effets secondaires ». L’investissement est conséquent : 10 millions d’euros, avec la participation de l’État et des collectivités (Département, Métropole et sans doute Région). Chaque jour, une quinzaine de patients profiteront de ce traitement pour des cancers du pancréas, du foie et du col utérin et, à termes, de la prostate : « Nous serons les seconds en France à déployer cette technologie », précise le directeur.

>> Le CYTOF : l’ICM a acheté un Cytof, un investissement de 1 M€ pour une machine permettant d’étudier et d’identifier tous les sous-types des cellules qui se développement au sein de la tumeur. Cet appareil servira à la recherche : « Le Cytof est un outil révolutionnaire qui permet de dissocier les cellules cancéreuses qui composent la tumeur », explique le professeur Claude Sardet, directeur du centre de recherche IRCM-U119 : « Il représente une avancée dans la compréhension du cancer et permettra de caractériser les patients et de réduire le taux d’échec des traitements. Le CyTOF aidera à déterminer qui pourra bénéficier d’une thérapie ciblée ». Ce Cytof est très attendu par les 17 équipes de recherche (dont 12 labélisées INSERM) qui composent l’IRCM.

L’effort dans la prise en charge

L’ICM a aussi décidé de porter le fer sur la pris en charge des patients, sur site et à l’extérieur. Dans son projet d’établissement 2018-2022, l’institut décline toute une série de mesures au sein de l’institut (personnalisation et coordination du parcours, création d’une unité d’accueil des soins de support, etc) mis aussi la médecine ambulatoire : « Elle se développe et nous conduit à repenser nos protocoles hors les murs », explique Marc Ychou, qui mise sur le développement de l’e-santé sécurisée.

Le personnel n’est pas oublié : « Les bons résultats de 2017 permettent d’attribuer un intéressement aux salariés de 50% du résultat », annonce-t-il, ajoutant : « Valoriser la place des soignants fait aussi partie de nos objectifs ».

>> Les 30 ans d’Epidaure en septembre
En septembre 2018, le Centre Epidaure fêtera ses 30 ans : « En présence du ministre de la santé », espère Marc Ychou : « La proposition est faîte. Nous attendons la date que proposera en septembre le ministère. Je précise que nous profiterons de cet anniversaire pour engager la profonde rénovation environnementale de notre bâtiment ».

Le directeur de l’ICM conclut en rappelant que l’institut mise aussi sur la formation : « En 2018, nous mettrons un coup d’accélérateur sur l’école du cancer pour assurer une diffusion plus vaste des pratiques nouvelles et récentes et des innovations ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *