MHSC / Ligue 1 : Paris étouffe Montpellier (4-0)

Montpellier se déplaçait au Parc des Princes ce samedi après-midi pour y défier le Paris Saint Germain dans le cadre de la 23e journée de Ligue 1. Les Héraultais ont été largement surclassés par des Parisiens intraitables 4-0. La meilleure défense du championnat, jusqu’à ce match, n’a pas pesé lourd face aux coéquipiers de Cavani, devenu meilleur buteur de l’histoire du PSG. Les Pailladins devront oublier cette rencontre et peuvent désormais se concentrer sur la demi-finale de coupe de la Ligue à Monaco mercredi.

Comme si la tache n’était pas suffisamment compliquée, Michel Der Zakarian devait se passer d’Aguilar et Roussillon laissés en tribune. Une précaution avant d’affronter Monaco mercredi en demi-finale de la coupe de la Ligue. Mukiélé et Cozza officiaient à leur place autour du trio Mendès, Hilton, Congré. À Skhiri, Lasne et Sambia de museler le milieu de terrain, quand Sio et Mbenza étaient à la conclusion.

Paris étouffe Montpellier

Paris se montrait tout de suite dangereux. Di Maria trouvait Draxler qui éliminait Hilton d’un petit pont. Son ballon piqué échouait heureusement dans le petit filet gauche de Lecomte (3′). Dans ce début de match, Montpellier avait peine à exister. Thiago Silva d’une longue passe trouvait Neymar sur le côté gauche. Le Brésilien glissait pour Rabiot qui s’engouffrait dans la défense avant de centrer à ras de terre pour Cavani qui n’avait qu’à pousser le ballon au fond des filets (1-0, 11′). Par cette 157 réalisations, le 21e de la saison, El Matador devenait le meilleur buteur de l’histoire du PSG. Il fallait la vigilance de Lecomte pour empêcher les parisiens de doubler la marque dans la foulée. Le portier montpelliérain gagnait son duel face à Di Maria qui avait tenté le lob (13′). Il s’illustrait ensuite sur une belle frappe de Draxler (15′). Lo Celso transperçait toute la défense montpelliéraine d’une passe pour Meunier qui centrait fort dans la surface pour Cavani. D’une intervention judicieuse Hilton pour détournait le ballon (15′).

Edinson Cavani est devenu le meilleur buteur de l’histoire du PSG © Métropolitain / Anthony Montardy

Après avoir été largement dominé territorialement, Montpellier commençait à sortir légèrement la tête de l’eau. Sambia, libre de tout marquage, envoyait une frappe trop écrasée au ras du poteau gauche d’Areola (25′). Mukiélé débordait sur son côté droit et centrait dans la surface. Skhiri voyait sa frappe détournée en corner (32′). À l’issue de ce dernier, Lasne héritait du ballon et décochait une frappe de 25 mètres qui fuyait le cadre (33′). Et si Paris avait baissé de régime, ils restaient dangereux. Di Maria continuait à faire des misères au jeune Cozza et centrait pour Draxler esseulé dans la surface, qui n’ajustait pas sa tête (35′). Quelques minutes plus tard sur une action similaire, la frappe de Draxler était contrée de la main par Mendès. L’arbitre désignait le point de pénalty et donnait un carton jaune au défenseur montpelliérain. Neymar trompait Lecomte et inscrivait le 2000e but de l’histoire du PSG au Parc des Princes (2-0, 40′). Après un débordement de Meunier, Neymar récupérait le ballon dans la surface, pivotait et tirait. Lecomte se couchait pour bloquer la tentative du Brésilien (43′). Largement supérieurs à des Montpelliérains qui n’avaient rien montré, Paris rentrait à la pause avec deux buts d’avance.

Une première au Parc des Princes difficile pour Nicolas Cozza © Metropolitain / Anthony Montardy

Paris gère son avance

De retour sur la pelouse, côté parisien, Thiago Silva laissait sa place pour Marquinhos. Paris continuait sa domination et Montpellier subissait encore. Dans ce contexte, difficile pour les Pailladins de s’exprimer comme à leur habitude. Mukiélé s’illustrait tout de même face à Neymar en contenant le Brésilien. Sambia tentait beaucoup mais souvent avec maladresse. Tandis que Paris se contentait de gérer ses deux buts d’avance, Michel Der Zakarian changeait son secteur offensif, peu à la fête cet après-midi. Camara et Ninga faisaient leur entrée sur la pelouse à la place de Sio et Mbenza (64′). Montpellier se procurait alors sa plus belle occasion. Sambia décochait une lourde frappe flottante difficilement détournée par Areola dans les pieds de Camara qui envoyait son tir dans les tribunes (66′).

Nordi Mukiélé, rare Montpelliérain à sortir du lot face au PSG © Metropolitain / Anthony Montardy

Paris sûr de ses forces, laissait le jeu aux Montpelliérains et procédaient désormais en contre. Sur un coup d’éclair, Meunier s’engouffrait une nouvelle fois dans le côté droit de la défense montpelliéraine. Son centre en retrait trouvait Di Maria qui d’un plat du pied envoyait le ballon dans le petit filet droit de Lecomte (3-0, 70′). S’il en restait, les derniers espoirs des Montpelliérains étaient éteints. D’autant que Neymar voyait un quatrième but refusé par l’arbitre pour une main (74′). Ce n’était que partie remise. Michel Der Zakarian sortait Mukiélé, rare Pailladin à sortir du lot, pour Dolly et faisait passer sa défense à quatre. Mais l’écart entre les deux équipes étaient vraiment trop important. Di Maria trouvait magnifiquement Cavani qui, en évitant Lecomte d’un ballon piqué, délivrait une offrande à Neymar (4-0, 82′). À la conclusion d’un nouveau jeu en triangle, Cavani manquait le cinquième but (94′) juste avant que l’arbitre ne siffle la fin du calvaire montpelliérain. Il n’y avait vraiment rien à faire face à des Parisiens injouables.

Angel Di Maria a fait du mal à la défense montpelliéraine © Metropolitain / Anthony Montardy

 

Paris : Areola – Meunier, Thiago Silva (cap.) (46′ Marquinhos), Kimpembe, Kurzawa – Lo Celso, Rabiot (76′ Nkunku), Draxler (67′ Pastore) – Di Maria, Cavani, Neymar.
Remplaçants : Trapp – Berchiche, Marquinhos, Nsoki, Nkunku, Pastore, Verratti.

Montpellier : Lecomte – Mukiélé (76′ Dolly), Mendès, Hilton (cap.), Congré, Cozza – Lasne, Skhiri, Sambia – Sio (64′ Camara), Mbenza (64′ Ninga).
Remplaçants : Pionnier, Poaty, Cozza, Dolly, Caumet, Porsan-Clemente, Camara, Ninga.

3 Comments

  1. Quelque soit le prix des chaussures ça n’a jamais donné du talent ou fait courir plus vite….
    Sur une pelouse et durant 90 minutes il y a 22 hommes sur le terrain, pas d’argent…

  2. entre un neymar 200 000 000 € et moi 0€ je peux courir pour l eternite sans marquer neymar 20 minutes il y a 2 a 0 lol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *