Hérault : le siège de la chambre des métiers et de l’artisanat inauguré

Carole Delga a inauguré le bâtiment flambant neuf de 6 000m2 érigé par la CMA héraultaise à Pierresvives. Le site abrite les services de la chambre, mais aussi son premier CFA. Ce bâtiment innovant par son organisation doit être le socle sur lequel l’artisanat, qui pèse 3 milliards d’euros dans l’économie départementale, entend se développer.

Mercredi soir, quelques minutes avant l’inauguration du nouveau siège de la chambre de métiers et de l’artisanat (CMA) de l’Hérault, Christian Poujol, son président depuis novembre 2016, pose le décor : « Il s’agit d’une première dans l’histoire de notre chambre départementale. C’est un moment important pour le monde de l’artisanat mais aussi pour l’activité économique du territoire. Je tiens à rappeler l’importance de l’artisanat qui reste la première entreprise du pays ».

Dans l’Hérault, l’artisanat s’impose en effet comme un secteur d’activité incontournable avec ses 29’153 ressortissants, 75’000 actifs et 3 milliards d’euros annuels de chiffres d’affaire : « Et puis », précise le président, « l’artisanat est une entreprise non-délocalisable et qui ne place pas son argent dans des paradis fiscaux ».

Un guichet unique innovant

L’élu consulaire estime que le nouveau bâtiment, érigé dans le quartier montpelliérain de PierresVives, sera l’outil autour duquel s’articulera le développement su secteur. Pour cela, le site a été étudié et construit pour répondre à trois grandes missions : accompagner la création d’entreprise artisanales, former les artisans et ouvrir le 1er CAF de la CMA 34.

Un nouveau siège social et un CFA à Pierresvives pour 16 M€


« Pour répondre à ces missions, nous avons innové »,
explique Christian Poujol en dévoilant le nouveau Guichet Unique voulu par CMA 34. Dans le bâtiment flambant neuf, un plateau de 300m2 rassemble désormais tous les services de la Chambre sur un site unique (centre de formalités des entreprises, création/reprise, formation, accompagnement, transmission, etc) : « Cette organisation innovante est une évolution pour les artisans et les porteurs de projet qui viennent sans rendez-vous et sont reçus et orientés par nos spécialistes selon leurs besoins ». En 2017, le service a reçu 32 000 personnes…

La formation, un enjeu majeur

La CMA veut booster la formation professionnelle de ses ressortissants. La dynamique est déjà lancée, et l’IRFMA (Institut Régional de Formation des Métiers et de l’Artisanat), le bras armé de la Chambre dans ce domaine, en profite déjà : « L’an dernier, nous avons dispensé 150 000 heures de formation », rappelle Christian Poujol : « Notre nouveau bâtiment nous a permis de proposer 5 nouvelles formations tout en augmentant la capacité d’accueil». Résultat : « 30% de stagiaires créateurs d’entreprise en plus », confirme le président héraultais, qui précise que l’offre s’est également étoffée grâce aux nouvelles salles informatiques dédiées à la révolution numérique (e-facturation, web marketing, etc). « De plus, nous proposons désormais des formations diplômantes pour les artisans : brevet de maîtrise (soit Bac + 2) en coiffure, génie climatique et électricité », complète l’élu consulaire.

Un CFA pour l’apprentissage

Cette inauguration officielle, après une année de fonctionnement, a aussi permi à la CMA 34 de présenter son premier CFA qui accueille 133 apprentis dans les métiers de bouche, de la beauté, de l’hygiène et du bâtiment. « A termes, nous en accueillerons 450 », précise Christian Poujol qui souligne la nécéssité d’une petite évolution sémantique : « Il faut dire étudiant-apprenti aujourd’hui. C’est logique : les diplômes vont jusqu’à bac + 2 ».

Le CFA accueillera 450 apprentis et recevra plus de 30 000 artisans et porteurs de projets

Le CFA montpelliérain propose des diplômes postbac à travers des brevets de maîtrise en coiffure, génie climatique et électricité. Et en septembre 2018, deux nouvelles sections ouvriront avec des brevets de maîtrise d’installateur sanitaire et menuiserie : « Ces brevets ouvrent de nouvelles perspectives », souligne le président : « 6 de nos apprentis on rejoint cette année une Licence Pro à l’université. Nous sommes aujourd’hui dans l’Université de l’Artisanat ».

L’enjeu : travailler avec la CCI

Le Toulousain Serge Crabié, président de la chambre régional de l’artisanat, était à Montpellier mercredi soir. L’occasion de rappeler quelques enjeux. Sur la réforme : « L’Etat a abandonné le projet de fusion entre les CCI, les CMA et les chambre d’agriculture. Pour autant, il faut réfléchir à l’avenir : oui, nous devons travailler mieux ensemble et c’est possible. Il faut voir ce que l’on peut faire ensemble, par exemple sur le volet transmission-reprise, formation initiale, etc… Il faut établir une relation de confiance équilibrée ».

Les micro-entrepreneurs : « Ils sont fortement présents et ça pose problème. A nous d’essayer d’en faire de véritables chefs d’entreprise ». La formation : « L’Etat veut revoir la gestion de l’offre de formation. Nous sommes très claires: nous souhaitons que les Régions continuent de gérer en direct l’apprentissage et la formation professionnelle ».

Enfin, le président régional a évoqué un grand projet à l’échelle de l’Occitanie : « Actuellement, la Route régionale des Métiers d’arts s’arrête en Midi-Pyrénées. Elle sera étendue à toute l’Occitanie avec, par exemple, de grands chefs étoilés. Nous développons ce projet avec la Région. J’espère que cela aboutira pour l’été 2019 ».

>> Un nouveau siège en chiffres
6000 m2, certifié HQE
16 M€ : coût du projet financés à 80 % par la CMA (dont fonds propres, 8,5 M€ et emprunt, 4 M€)
Région Occitanie 2,5 M€ ; Département 0,9 M€ et 1,1 M€ de réduction de charge foncière
450 apprentis : capacité d’accueil du CFA
80 salariés
32’000 personnes reçues en 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *