Montpellier : deux coups de serpette sur un militaire en permission

INFO MÉTROPOLITAIN. Un jeune militaire montpelliérain qui était en permission le week-end dernier ici, a été victime d’une violente agression. Il a été blessé de deux coups de serpette, notamment dans le dos, des plaies fort heureusement légères qui ont nécessité la pose de points de suture aux urgences de la clinique Saint-Roch, dans le quartier des Sabines.

Le jeune militaire a été pris à partie par un Montpelliérain, dimanche vers 22h30, dans un bar à chicha de l’avenue de Toulouse, à Montpellier, après qu’un des clients, devenu l’agresseur à l’arme blanche, ait été expulsé. Le client est revenu une demi-heure plus tard pour régler des comptes.

Après des menaces verbales, l’agresseur présumé, connu de la justice et qui vient de sortir de prison, a sorti une serpette et en a porté deux coups au gendarme en permission, lui occasionnant trois autres traces sur le corps qui ont donné lieu à des hématomes.

Poursuivi par des complices du détenteur de l’arme blanche, il a quitté les lieux en courant, a prévenu son père par téléphone, lequel a alerté police-secours via le 17 et s’est rendu à pied, aux urgences de la clinique Saint-Roch.

Il ressort sa serpette aux urgences

À son arrivée, son agresseur présumé était déjà assis dans la salle d’attente, où il s’était fait accompagner en voiture par sa tante et un ami. L’agresseur a, une nouvelle exhibé son impressionnante arme blanche devant les témoins et le personnel médical. Et il brandissait de nouveau la serpette, quand des policiers de la brigade anticriminalité -BAC- sont arrivés aux urgences.

Il a été désarmé illico, interpellé et conduit en garde à vue. L’auteur présumé de ces violences volontaires arme sera déféré ce mercredi à 14h au parquet de Montpellier, qui devrait ouvrir une information judiciaire au cabinet du juge d’instruction de permanence.

Le soir des faits, face à la menace de proches de l’agresseur rassemblés devant la clinique Saint-Roch, la victime s’est fait amener aux urgences de la clinique du Millénaire, à Odysseum, où il a été soigné. Il s’est vu prescrire 5 jours d’arrêt de travail.

La victime entendue

Le militaire a appris lundi que les policiers de la Sécurité publique chargés de l’enquête l’avaient convoqué pour qu’il soit entendu sur la plainte déposée contre lui par…l’agresseur et sa tante, qui, selon eux, avaient été menacés dans le bar de l’avenue de Toulouse.

Il s’est rendu à la convocation et a quitté l’hôtel de police après son audition, une procédure policière classique, quand une plainte est déposée contre une personne dénommée.

7 Comments

  1. Je me doute de l’endroit ou c’est arrivé, ou en tout cas ce genre d’histoire ne m’étonne pas d’un endroit de ce genre a proximité de mon ancien lieu de travail. En espérant que cette histoire permettra de faire fermer ce bar à chicha mal-famé….

  2. Je comprends rien …un agresseur qui porte une serpette et en assène plusieurs coups a une victime ! Ressort libre après audition???

    1. Bonjour, vous avez mal lu, c’est pourtant clair : c’est la victime qui est ressortie libre du commissariat. Il a été convoqué pour une audition, car l’auteur présumé a déposé plainte contre elle pour des menaces dans le bar ayant précédés les coups de serpette. Donc, l’auteur présumé sera déféré au parquet, après sa garde à vue, mais la victime entendue sur les menaces proférées dans le bar -qu’elle conteste- a été remis en liberté après audition. Voilà.

  3. connu de la justice et qui vient de sortir de prison, a sorti une serpette et en a porté deux coups au gendarme en permission

    l agresseur a, une nouvelle exhibé son impressionnante arme blanche devant les témoins et le personnel médical. Et il brandissait de nouveau la serpette, quand des policiers de la brigade anticriminalité -BAC- sont arrivés aux urgences.

    Vue le pédigré et l ultra dangerosité si il prend moins de cinq ans ferme et encore en mode soft c est de la complicité pour son prochain crime.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *