Prisons : les syndicats déçus par la ministre durcissent leurs actions

L’information est tombée à 21h45, ce lundi : les syndicats de la pénitentiaire sont sortis déçus de la rencontre avec la ministre de la Justice, garde des Sceaux, Nicole Belloubet. Les négociations entamées en fin d’après-midi portaient sur trois volets : le renforcement des effectifs -60 surveillants sont actuellement en arrêt-maladie  à la maison d’arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone à cause d’un burn out-, de la sécurité et une hausse de l’indemnité mensuelle.

Le mouvement affecte les centres pénitentiaires de Béziers, Nîmes et Perpignan.

Les échanges ont avorté ce soir : « On avait décidé de ne rien lâcher, d’obtenir satisfaction sur ces trois points prioritaires et urgent. La ministre ne veut rien entendre. Nous pensons qu’au gouvernement, personne n’a pris la mesure de la situation. Pourtant, des centaines de gardiens de prison ont déposé les clés, c’est à dire qu’ils n’ont pas pris leur travail dans les maisons d’arrêt. Plus grave, la ministre a envoyé les CRS à Béziers et à Perpignan pour déloger les surveillants qui étaient rassemblés devant les prisons, c’est une honte », témoigne un responsable du syndicat SNP-FO-Pénitentiaire, très en colère.

« Au ministère, ils se trompent »

« La garde des Sceaux, complètement à côté de la plaque, a décidé de débloquer quelques pécadilles, sous prétexte de vouloir sortir rapidement d’un conflit social qui dérange. Dans ses services, ils croient tous que nous allons arrêter le mouvement. Erreur, ils se trompent. La mobilisation va se durcir. Toutes les prisons seront bloquées dès 6h ce mardi, avec une multiplication  de dépôt de clés. Il n’y aura pas de gardiens pour assurer le quotidien des détenus », tempête ce responsable national.

Étienne de Sinno, délégué du syndicat FO-Pénitentiaire à la maison d’arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone a confirmé à 21h45 que, « les accès à l’établissement seront bloqués dès 6h demain et pour une durée illimitée. Nous appelons au dépôt des clés, également. J’ai appris à la lecture ce lundi de Métropolitain, que le syndicat Unité SGP Police-FO, majoritaire dans les rangs des policiers nationaux refusaient de venir suppléer les surveillants dans les prisons, la situation va empirer, je le crains ».

On apprend à 22h, que la garde des Sceaux a demandé aux organisations syndicales de revenir autour de la table pour des négociations ce mardi à 14h. On saura si on se dirigera alors vers une sortie de crise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *