Un chauffard chassé par la police de Montpellier au Grau-du-Roi à 200 km/h

Une course-poursuite digne d’un film de la série Taxi s’est déroulée dans la nuit de jeudi à vendredi, de Montpellier, dans l’Hérault, au Grau-du-Roi, dans le Gard, entre des policiers de la Sécurité publique et un chauffard. Récit.

Tout a démarré jeudi à 23h50 dans le quartier sud des Près-d’Arènes, à Montpellier par une banale infraction : un équipage de police-secours du commissariat central a repéré un conducteur, qui venait de « brûler » volontairement un feu rouge. Les policiers ont voulu procéder à un contrôle, en activant l’avertisseur sonore et le gyrophare, mais l’automobiliste a refusé d’obtempérer.

Il a pris la fuite à vive allure sur la route de Palavas-les-Flots, au volant de sa BMW, pour semer les policiers. Des véhicules de la brigade anticriminalité -BAC- dont un qui était en mission du côté du Grand M. ont été appelés en renfort et ont pris en chasse le chauffard, qui s’est engagé vers Lattes, puis a rejoint la route de la Mer, en direction de Pérols et de Carnon.

Des herses sur la route

La course-poursuite a été particulièrement spectaculaire, le chauffard multipliant les infractions au code de la route et mettant en danger la vie d’autrui, les policiers de la BAC de Montpellier, certes, mais aussi des automobilistes, ayant vu surgir la BMW à contresens, par exemple.

Sur la route de la Mer, un équipage de policiers a réussi à installer une herse, grâce au système du Stop Stick, en vain : le conducteur qui roule à 200 km/h passe sur les clous disposés en travers, mais, continue sa route, en dépit des quatre pneus crevés.

Deux heures de chasse

Les policiers ont renoncé à plusieurs reprises à coincer la voiture, craignant d’être percutés. Finalement, le chauffard qui a réussi à rejoindre la route des Plages en direction de la Grande-Motte et qui circulait sur les quatre jantes n’a plus eu la maîtrise de sa BMW : dans un rond-point du quartier du Boucanet, sur la commune gardoise du Grau-du-Roi, la voiture lancée encore à 200 km/h a terminé sa course folle contre un petit muret en béton.

Les policiers ouvrent le feu

Il était 0h30, quand la BMW s’est immobilisée dans ce rond-point, mais le chauffard a continué de donner du fil à retordre aux policiers lancés à ses trousses : il a brusquement reculé à vive allure dans leur direction pour percuter l’un d’eux, qui a pu éviter le choc. Un collègue estimant qu’il se trouvait en état de légitime défense a ouvert le feu, sans le viser pour ne pas l’atteindre, mais pour le contraindre à se rendre. Ce qui ne l’a pas empêché de sortir de l’habitacle et de partir en courant pour tenter d’échapper aux fonctionnaires de la police nationale.

Il a été rejoint et neutralisé. Âgé de 24 ans, domicilié à Montpellier, il a été légèrement blessé aux mâchoires lors de son arrestation mouvementée et a été hospitalisé quelques heures, avant d’être placé en garde à vue dans la chambre du CHU.  Il était 2h. Lorsque son état de santé le permettra, le jeune montpelliérain déjà connu de la justice pour de nombreux délits routiers et de violences volontaires sera transféré à l’hôtel de police de Montpellier.

Pour l’anecdote, sa dernière interpellation pour des faits de violences remonte au mois de décembre dernier. Et il conduisait sans avoir été titulaire du permis de conduire ! Les policiers qui ont été mis en péril lors de cette course-poursuite à 200 km/h ont compris pourquoi le chauffard voulait leur échapper.

3 Comments

  1. S’il pensait échapper aux policiers malgré la lecture de la plaque d’immatriculation, cela signifie-t-il que de plus, la voiture était volée ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *