Prisons : « dépôt de clés » historique, 60 malades à Villeneuve-lès-Maguelone

C’est une crise sans précédent qui touche les prisons françaises : à l’appel national du syndicat FO-Pénitentiaire, le mouvement de « dépôt de clés » s’étend à de nombreuses maisons d’arrêt. À 23h, ce vendredi, une vingtaine d’établissements étaient touchés et les maisons d’arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone, au sud de Montpellier, de Béziers et de Nîmes devraient être à leur concernés dès ce samedi matin.

« Déposer les clés, cela veut dire que les surveillants ne prennent pas leur travail, c’est un mouvement historique », relève Etienne de Sinno, délégué de FO-Pénitentiaire à Villeneuve-lès-Maguelone, où ce soir, pas moins de 60 gardiens se trouvaient en arrêt-maladie ! Du jamais vu depuis son ouverture.

Violences

Les agents qui dénoncent la surpopulation carcérale synonyme de tensions, réclament des moyens matériels, mais aussi une revalorisation de leurs salaires. Ils ont décidé de durcir le mouvement après de récentes et violentes agressions à l’arme blanche sur des surveillants, notamment par des détenus particulièrement surveillés -DSP-, en raison de leur dangerosité : il s’agit de terroristes présumés liés au groupe Al Qaida, État Islamique.

Un surveillant a été mis ko par un détenu en récidive en milieu de semaine à la maison d’arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone. Après avoir malmené un avocat lors d’une commission de discipline, il n’avait pas été sanctionné, ni placé à l’isolement. Remis en cellule, il avait dans la foulée agressé un codétenu…

La garde des Sceaux huée

L’accueil a été mouvementé en Corse ce soir pour la ministre de la Justice. Nicole Belloubet a été sifflée et huée en quittant la prison de Borgo, en Haute-Corse, par la centaine d’agents rassemblés devant l’établissement et qui ont refusé de lui parler, lui tournant le dos.

« On ne veut pas te parler, retourne à Paris » ont scandé des agents alors que la garde des Sceaux, entourée de gendarmes, tentait d’ouvrir le dialogue après s’être entretenue à l’intérieur avec les organisations syndicales et des agents. Deux surveillants ont été blessés par des détenus, ce vendredi, à Borgo.

Négociations en cours

« Je crois qu’il y a beaucoup d’émotion dans ce que disent et les surveillants qui ont été touchés et les personnels de l’établissement. Beaucoup d’émotion, beaucoup de colère », a déclaré la ministre, lors d’un point-presse rapide à l’issue de ces rencontres dans l’établissement. Elle a ajouté « comprendre parfaitement » cette colère.

La ministre a évoqué les préoccupations exprimées par le personnel : « à la fois leur souhait d’avoir une garantie de sécurité affirmée, que ce soit en termes d’équipement, en termes d’autorité de personnel, également en termes de processus de gestion des détenus » et « leur souci autour de la manière dont étaient pris en compte les détenus radicalisés ».

La garde des Sceaux s’engage « sur tous ces points à leur apporter des réponses », révélant que des négociations étaient en cours cette nuit entre syndicats et administration pénitentiaire au niveau national après le « dépôt des clés » dans de nombreuses prisons.

5 Comments

  1. Soutien total aux gardiens de toutes les prisons de France.
    C est qu un gouvernement de laxiste ils laissent les gardiens de faire agresser ou tués par ces fous dangereux on devrait rétablir la peine de mort pour ces sales types

  2. comme le précédent ce GVT est paralysé par la « bobologie-ecolo » des utopistes qui croient encore a 60 ans au père noël il est paralysé parc qu’ils sont leur électeurs et qu’ensuite Macron s’est jeté dans les bras de Merkel et de sa politique  » d Afrecanisation » de L’Europe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *