Innovation : le CHU de Montpellier renouvelle son partenariat avec AxLR

Le CHU de Montpellier entend maintenir en 2018 (et au-delà) une politique active en matière de partenariat, d’innovation et de valorisation de la recherche. D’où le renouvellement de l’accord, le 15 janvier, avec la société de transfert de Technologie locale, la SATT AxLR. Ce nouveau partenariat doit permettre d’accompagner les projets innovants jusqu’à la création d’entreprise sur le territoire. Depuis 2014, le premier accord a déjà permis le développement d’une vingtaine de projets à partir des travaux de recherche menés au sein de l’hôpital public.

En décembre 2014, le CHU de Montpellier signait un premier partenariat avec la SATT AxLR, la société montpelliéraine d’accélération de transfert de technologie. Créée en 2012, AxLR est chargée de repérer, sélectionner et accompagner financièrement le développement de projets innovants vers la création d’entreprise.

Un domaine dans lequel la collaboration entre l’hôpital et la SATT a porté ses fruits. Ces 3 dernières années, en effet, la synergie entre les deux structures a permis l’accompagnement de plus d’une vingtaine de projets, dont COMET, AVIITAM, TELEMOV, EPIDROP ou DIADEN (voir par ailleurs).

Le CHU, acteur majeur de l’innovation

« La DRI (Direction de la Recherche et de l’Innovation) du CHU et AxLR collaborent depuis 2014 sur des projets issus d’équipes de recherche mixtes impliquant des personnels ou des ressources du CHU et un ou plusieurs des actionnaires de la SATT : l’Université de Montpellier, l’INSERM ou le CNRS », explique Thomas Le Ludec, directeur général du CHU de Montpellier.

Il confirme que l’hôpital entend maintenir une politique active en matière de partenariat, d’innovation et de valorisation de la recherche : « La maturation des projets permet au final de créer de la valeur sur le territoire grâce à la création d’entreprise et la commercialisation d’innovations… La reconduction de l’accord vise à poursuivre l’exploitation des synergies existantes ».

AxLR, un « partenariat efficace »

Le docteur Catherine Alix-Panabières, responsable du Laboratoire Cellules Circulantes Rares Humaines au CHU, confirme l’efficacité du partenariat : « Grâce à nos compétences respectives et complémentaires, une collaboration efficiente a été mise en place avec AxLR. Nous avons pu déposer rapidement un brevet pour valoriser notre projet EPIDROP et notre innovation dans le domaine du cancer et obtenir un financement à la hauteur de nos ambitions… Notre expérience atteste que la synergie entre AxLR et le CHU ouvre la voie à des projets très ambitieux dans le domaine médical ».

2014-2017 : des projets marquants pour le partenariat CHU-AxLR
>> EPIDROP : concerne le développement d’un système microfluidique très innovant pour détecter et caractériser de rares Cellules Tumorales Circulantes (CTCs) vivantes et présentes dans le sang de patients atteints d’un cancer. Epidrop permettra de finaliser le prototype d’un nouvel équipement de haute technologie et de valider cette innovation dans le cadre du cancer de la prostate avec l’inclusion d’une centaine de patients ;

>> COMET
 : porté par le Professeur Anne-Dominique Lajoix, ce projet, qui implique dans un partenariat ambitieux impliquant le CHU, l’UM, AxLR et le groupe pharmaceutique Servier, concerne le diabète de type 2. Sonobjectif : faire progresser la recherche sur ce diabète notamment par le biais de la constitution et la qualification d’une collection de tissus métaboliques humains de large envergure.

>> AVIITAM :
le Professeur Antoine Avignon et le Docteur Vincent Attalin ont développé le Carnet de Santé Intelligent Aviitam qui accompagne les patients dans leur parcours de santé, pour lequel 1000 médecins ont été formé. Aviitam lancera en 2018 quatre nouveaux produits, dont un portail patient intelligent (pour détecter notamment des pathologies afin d’optimiser les soins). Aviitam vise l’intégration au Dossier Médical Personnel de l’Assurance-Maladie pour optimiser la parcours de santé.

>> FAST TB
 : porté par le Docteur Edouard Tuaillon (département de Bactério-Virologie du CHU), fruit d’une collaboration avec des équipes INSERM et CNRS, ce projet consiste à développer des tests sanguins rapides de dépistage de la tuberculose. Un brevet basé sur des antigènes spécifiques du bacille de la tuberculose a été déposé par le CHU et une licence de brevet a été concédée à la start-up Omunis afin d’optimiser le test et d’en poursuivre le développement dans un objectif de commercialisation.

TELEMOV : les Professeurs Maurice Hayot, Jacques Mercier et François Bughin, en partenariat avec la société Biomouv, ont mis au point un outil de téléréhabilitation permettant d’améliorer l’accompagnement de patients atteints de maladies chroniques. Leur outil fonctionne avec des applications mobiles et des sites web à usage des patients, des professionnels de santé et des professionnels d’activité physique.

Le dispositif, relié à différents objets connectés, permet ainsi d’offrir au patient un programme personnalisé d’activité physique adaptée, de changement de comportement nutritionnel et d’éducation thérapeutique.

Plusieurs projets de recherche clinique sont programmés dans l’obésité et la bronchopneumopathie chronique obstructive, et des études dans d’autres maladies chroniques sont envisagées avec des équipes leaders du CHU de Montpellier. TELEMOV représente donc une technologie de rupture permettant de repenser l’organisation de la réhabilitation dans les maladies chroniques en ouvrant de nouvelles perspectives en e-santé et en télémédecine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *