Surveillants agressés : les prisons paralysées par les syndicats

Toutes les prisons du territoire seront paralysées ce lundi à compter de 6h, à l’appel de l’UFAP-UNSA-Justice, syndicat majoritaire en France, FO-Pénitentiaire et la CGT-Pénitentiaire. Dans un tract commun, les syndicats organisent « un blocage total » de tous les établissements pénitentiaires.

Dans l’Hérault, les maisons d’arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone, au sud de Montpellier et de Béziers seront concernées par des actions des gardiens de prison, ainsi qu’à Nîmes, dans le Gard et les autres centres pénitentiaires de la région Occitanie -Pyrénées-Méditerranée, avec des occupations pacifiques sur les parkings, devant les accès.

Les grévistes pourraient enflammer un stock de pneus devant la prison de Villeneuve-lès-Maguelone, comme ils l’ont fait ces derniers mois pour dénoncer la surpopulation carcérale, source de violences au quotidien.

Les entrées et extractions des détenus, les parloirs pour les familles etc. seront interdits pour la journée. Cette action nationale intervient après l’agression particulièrement violente de surveillants dans la semaine, à la prison de Vendin-le-Viel, dans le Pas-de-Calais.

« Laxisme des gouvernements »

Dénonçant le « laxisme » des gouvernements successifs face au traitement des détenus radicalisés les plus violents, les deux organisations appellent « l’ensemble des personnels pénitentiaires (…) à participer aux actions de blocage total des structures », après une première journée de débrayage, vendredi dans une bonne partie des établissements du pays.

Vendredi à 12h30, à l’appel des syndicats, des débrayages avaient eu lieu à Villeneuve-lès-Maguelone et à Béziers. Dans leur tract commun, les syndicats exigent par ailleurs « la mise à pied immédiate du chef d’établissement de Vendin-le-Viel, responsable par ses décisions, de la mise en danger » des surveillants. Ils critiquent en particulier le récent allégement des conditions de détention d’un détenu djihadiste, qui a blessé trois surveillants alors qu’il avait été placé à l’isolement avec des mesures renforcées en raison d’écoutes qui laissaient penser à un passage à l’acte imminent.

La ministre de la Justice sur place

Pourtant, ce détenu particulièrement surveillé -DPS- allait être libéré en mars. La ministre de la Justice, garde des Sceaux, Nicole Belloubet, a annoncé qu’elle se rendrait ce mardi au centre de détention de Vendin-le-Vieil. Au lendemain de la mobilisation de la profession en colère, elle se dit être « prête à discuter » avec les syndicats de gardiens de prison.

La ministre a rappelé qu’elle avait diligenté une inspection pour définir rapidement, « quels ont été les dysfonctionnements », mais, a dédouané les surveillants agressés, « formés et bien formés », qui « ont fait ce qu’ils avaient à faire ».

Le détenu présenté comme un terroriste dans la mouvance d’Al Qaïda a violemment malmené des surveillants de cette prison de la région des Hauts-de-France pour tenter de s’évader.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *