Sète : deux policiers blessés lors d’une tentative d’évasion

Deux policiers de la Sécurité publique de l’Hérault ont été blessés lundi soir, au centre de rétention administrative -CRA- de Sète, par un étranger en situation irrégulière, qui a violemment tenté de s’évader. L’information n’a été révélée que ce jeudi matin.

L’agresseur a volontairement assommé un adjoint de sécurité -ADS- en poste à la police aux frontières pour tenter de s’enfuir du bâtiment de rétention, dans le quartier du port de Sète. Il a été blessé à la tête, où deux points de suture ont été posés aux urgences de l’hôpital. Depuis, le jeune policier souffre de maux de tête et de douleurs aux cervicales.

Témoin de ces violences gratuites, un collègue de l’ADS s’est précipité pour neutraliser l’auteur présumé. Ce fonctionnaire de la police aux frontières s’est blessé durant l’arrestation, qui a été mouvementée. Des renforts sont intervenus.

L’agresseur a été interpellé par les policiers de la Sécurité publique et placé en garde à vue au commissariat de Sète, avant d’être déféré mercredi au parquet de Montpellier.

Colère du syndicat Unité SGP Police FO

Ce jeudi, le syndicat Unité SGP Police FO se dit “indigné et en colère après cette nouvelle agression qui atteste que l’autorité de l’Etat n’est plus respectée”. Le syndicat, par la voix de son délégué régional, Bruno Bartoccetti, condamne de tels actes : “ces agissements sont intolérables et des peines exemplaires doivent être prononcées à l’encontre des auteurs. Nous avons été reçus mercredi à Paris par le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, à qui nous avons évoqué l’agression de Sète et les guet-apens intolérables, dont on été victimes des policiers lors de la nuit de la Saint-Sylvestre à Champigny-sur-Marne, Aulnay-sous-Bois, Douai et Saint-Dié. Nous avons réitéré nos propositions en la matière : création de tribunaux criminels chargés exclusivement de traiter tous les cas de violences contre les policiers, les gendarmes, les sapeurs-pompiers, les gardiens de prison, les personnels hospitaliers etc. Création d’un pool de magistrats spécialisés avec la fin de la variable d’ajustement en fonction de l’état d’esprit du magistrat. Instauration de peines minimales, impossibilité d’aménagement de peine, révocation systématique du sursis pour les auteurs et criminalisation de certaines infractions”.

Dans un communiqué, Unité SGO Police FO réaffirme son total soutien aux 100’000 gradés, gardiens de la paix et adjoints de sécurité qui, malgré l’augmentation des violences dont ils font l’objet, continuent d’exercer leur métier avec abnégation, courage et professionnalisme.

2 000 étrangers en rétention en 2017

Selon la Cimade, Comité inter mouvements auprès des évacués -une association de la loi de 1901 de solidarité active et de soutien politique aux migrants, aux réfugiés, aux déplacés, aux demandeurs d’asile et à tous les individus en situation irrégulière, bref une association nationale d’aide aux sans-papiers-, près de 2 000 étrangers ont été placés en rétention administrative en France l’année dernière, très exactement 1 944. Un chiffre qui a doublé par rapport à 2016, où ils avaient été 1 123 à être retenus.

L’association a dénoncé lundi, une “explosion de l’enfermement”. Au mois d’octobre dernier, un sans-papiers tunisien, libéré la veille d’un centre de rétention administrative (CRA) avait tué deux jeunes femmes devant la gare SNCF Saint-Charles, à Marseille. Un meurtre qui avait suscité une vive émotion.

“Sa sortie récente du CRA, conséquence de dysfonctionnements administratifs et d’une surcharge du centre, avait permis son passage à l’acte et ce constat aurait conduit à davantage de fermeté. En conséquence, la rétention a augmenté au cours des semaines suivantes”, analyse la Cimade.

Dans la région, les trois centres de rétention administrative de Sète, de Nîmes et de Perpignan sont pleins à craquer.

Bruno Bartoccetti délégué régional du syndicat Unité SGP Police FO réagit après cette agression à Sète  Photo JMA, Métropolitain.

7 Comments

  1. chacun sa route chacun son destin !!
    chaque metier comporte des risques non ?
    on plains qui dans l’affaire les riches normalement !

  2. Les associations et autres droitdel’hommistes vont encore incriminer la surpopulation dans ces centres ainsi , peut-être , que les mauvais traitements pour excuser ce pauvre clandestin et condamner les victimes . Ainsi va la France …

  3. “chacun sa route chacun son destin !!
    chaque métier comporte des risques non ?” En effet donc ce clandestin agressif et bien on le renvoie chez lui séance tenante.

  4. Ils ne sont pas si fort que sa nos policiers et gendarmes et agents de sécurité. Va falloir revoir tout sa et mettre de vrais hommes à ses postes comme genre des légionnaires mais pas des jeunes d’aujourd’hui qui sont aussi fragile. Ou sont les hommes de se pays j’ai l’impression qu’avec le temps les gens veulent faire comme les américains c’est à dire vivre sur le dos des gens. Porter plaintes a tout va et demander des dommages et intérêts. Je comprend maintenant pourquoi les jeunes de quartiers non plus peur de la police et de la gendarmerie en faites ou bien ce sont les gendarmes et policiers qui veulent être les victimes pour demander des dommages et intérêts. Quels sont vos avis mes chers lecteurs.

    1. Mais, allez donc prouver ce dont vous êtes capable “dingo034” Ce qui faut revoir , ce sont toutes ces associations qui aident tous ces Profiteurs ….migrants ou déjà immigrés !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *