Disparitions dans le Gard : la piste du ravisseur de Maëlys et d’Arthur

Selon BFM TV, les enquêteurs du Service régional de police judiciaire -SRPJ- de Montpellier et les gendarmes de la section de recherches de Nîmes effectuent actuellement des vérifications dans le cadre des disparitions troublantes de deux adolescents, Lucas Tronche et Antoine Zoia, dans le Gard. Le procureur de la République de Nîmes, Eric Maurel confirme cette information : « Il s’agit de fermer toutes les portes ».

La mise en examen de Nordahl Lelandais dans la disparition de Maëlys et pour l’assassinat du militaire Arthur Noyer a relancé ces deux enquêtes. Lucas Tronche ne donne plus signe de depuis 2015 et Antoine Zoia s’est volatilisé en 2016.

La juge d’instruction en charge de l’affaire de la disparition de Lucas Tronche à Bagnols-sur-Cèze a lancé de nouvelles investigations confiées à la brigade criminelle du SRPJ de Montpellier, ciblant Nordahl Lelandais. « Toute vérification, quelle qu’elle soit, va dans le sens de la recherche d’éléments sur ce qui a pu arriver au jeune Lucas. C’est un dossier qui dure depuis presque trois ans, on n’a jamais eu une piste sérieuse », rappelle maître Isabelle Mimran, l’avocate nîmoise des parents de Lucas Tronche.

Si Maëlys reste introuvable depuis sa disparition lors d’un mariage à Pont-de-Beauvoisin, dans l’Isère, en revanche, un crâne humain découvert récemment en Savoie est bien celui du caporal de l’armée Arthuy Noyer. La nuit où il s’est volatilisé, le téléphone mobile de Nordahl Lelandais a été géolocalisé à l’endroit où se trouvait le militaire…

Portrait-robot et présence à Bagnols-sur-Cèze

Deux éléments importants ont retenu l’attention de la juge d’instruction et du SRPJ : des proches de Nordahl Lelandais habitent dans la région de Bagnols-sur-Cèze. Or, l’adolescent a disparu dans cette commune du Gard-Rhodanien, alors qu’il attendait son car pour se rendre à des cours de natation.

D’abord, selon des investigations en cours, le principal suspect dans les affaires Maëlys et Noyer aurait effectué plusieurs déplacements dans ce secteur gardois, à l’époque de la disparition de Lucas et pour cause : il possède de la famille. D’ailleurs, récemment, un de ses proches a été menacé de mort. Les enquêteurs devraient alors procéder à des vérifications téléphoniques, à des recoupements d’informations et dérouler son emploi du temps, selon le procureur de Nîmes.

Ensuite, Nordahl Lelandais correspond assez fidèlement au portrait-robot diffusé ces derniers mois, grâce à un témoin qui avait été intrigué par le manège suspect d’un conducteur, à l’époque de la disparition de l’adolescent et dans le quartier d’où il s’est évaporé subitement.

Aucun rapprochement

Jusqu’à présent, aucun rapprochement n’avait été effectué par les juges d’instructions et les services d’enquêtes, faute d’éléments tangibles. Reste que cette double disparition de deux mineurs qualifiés de « normaux » dans un même département, dans des circonstances similaires est particulièrement troublante. La piste du ravisseur présumé de Maëlys et d’Arthur Noyer doit être creusée, histoire de « fermer les portes, ce sont des vérifications classiques dans ce genre de dossier criminel », selon le procureur nîmois Eric Maurel.

De leur côté, les gendarmes de la section de recherches de Nîmes s’intéressent également à ce suspect dans les affaires Maëlys et Noyer, depuis qu’ils sont en charge de l’enquête sur la disparition inquiétante d’Antoine Zoia, le 1er mars 2016, dans la commune de Clarensac, autour de Nîmes.

Ces nouvelles investigations vont durer plusieurs semaines. Alors, Nordahl Lelandais est-il sur les traces du tueur en série, Francis Heaulme ?

Le passé du suspect au crible

Une dizaine d’enquêteurs du SCRC (Service central de renseignement criminel) passe au crible le passé de Nordahl Lelandais. Ces gendarmes ultra-qualifiés retracent le parcours du suspect sur ces 15 dernières années. Une cellule spéciale sera créée la semaine prochaine pour coordonner les investigations.

Le 30 novembre dernier, cet ancien maître-chien de 34 ans a été mis en examen à Grenoble pour l’enlèvement et le meurtre de Maëlys. Il est par ailleurs soupçonné d’avoir assassiné en Savoie un jeune militaire, le caporal Arthur Noyer. Il a été mis en examen de ce chef criminel.

Cette nouvelle piste gardoise va conduire les enquêteurs à éplucher de nombreuses données : ses différentes adresses, les véhicules qu’il a utilisés, ses téléphones, ses comptes bancaires, tous les emplois qu’il a occupés, partout en France et notamment dans le Sud.

Le logiciel AnaCrim

Toute la masse énorme des données sera intégrée dans le logiciel AnaCrim, un outil informatique sophistiqué qui permet de croiser de nombreuses informations, qui s’avèrent souvent capitales pour la progression des enquêtes. Le parcours de Nordahl Lelandais, ces 15 dernières années, sera ensuite comparé à la dizaine de cas de disparitions signalées sur le territoire et dans les régions où il a séjourné.

Grâce à AnaCrim, deux pistes ont d’ores et déjà été exclues, la disparition de la jeune Estelle Mouzin, disparue en 2003 en Seine-et-Marne et la tuerie de Chevaline, en 2012 en Savoie. Nordahl Lelandais nie toute implication dans les deux procédures judiciaires et bénéficie de la présomption d’innocence.

Nordahl Lelandais.
Le portrait-robot du témoin important aperçu à Bagnols-sur-Cèze.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *