Bébé décédé à Nîmes : une mère violente incarcérée

Une mère de famille de 33 ans domiciliée dans une commune proche de Nîmes a été mise en examen ce mercredi pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner sur un mineur de 15 ans par un juge d’instruction de Nîmes et placée sous mandat de dépôt, révèlent nos confrères d’Objectif Gard.

Elle avait été interpellée lundi par les gendarmes du groupement du Gard et placée en  garde à vue par les enquêteurs de la brigade de recherches de Nîmes dans une caserne de la compagnie de Nîmes, après les conclusions de l’autopsie et des examens complémentaires pratiqués sur la dépouille de son nourrisson, âgé de 11 mois. Le bébé était décédé quelques jours avant Noël.

Héliporté à Marseille

L’enfant avait été amené par sa maman aux urgences du CHU Carémeau à Nîmes le 11 décembre dernier, dans un état désespéré. Le pronostic vital était engagé, quand le nourrisson avait été transféré en urgence par l’hélicoptère du Samu 30, dans une unité de réanimation spécialisée de l’hôpital de la Timone, à Marseille. Il présentait des fractures profondes, notamment à la tête.

 l’époque, la mère, enceinte de 8 mois et fragilisée psychologiquement n’avait pas pu être entendue par les gendarmes, à la demande du procureur de la République de Nîmes, qui la soupçonnaient d’avoir frappé le bébé. Aux urgentistes du CHU de Nîmes, elle avait indiqué que le bébé avait fait une violente chute accidentelle, quelques heures plus tôt…Ce qu’a infirmé l’autopsie.

Cette trentenaire qui élève seule d’autres enfants nés de pères différents et qui est en cours de séparation avec le concubin actuel, père de l’enfant qui va naître bientôt, a expliqué, lors de sa garde à vue, « avoir été complètement dépassée par la charge de travail quotidien pour garder ses enfants et d’avoir corrigé le bébé de onze mois, sans vouloir le tuer ». Le nourrisson pleurait trop à son goût.

Elle a été incarcérée, selon les réquisitions du parquet de Nîmes. Les enfants vont être placés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *