Violences sur les policiers : rassemblement devant les commissariats

La nuit de la Saint-Sylvestre, les policiers de la Sécurité publique n’ont pas été à la fête à Champigny-sur-Marne, Aulnay-sous-Bois, Douai et Saint-Dié, où des patrouilles sont tombées dans des guets-apens. Des gardiens de la paix ont été malmenés et blessés par des bandes de jeunes.

Les agresseurs de Champigny-sur-Marne ont été identifiés, interpellés et déférés devant la justice. Parmi eux, un adolescent de 14 ans…

Ces violences gratuites ont suscité la colère et l’indignation des syndicats. Ce samedi, Unité SGP Police FO appelle à des rassemblements devant tous les commissariats, ce mardi à midi. Ainsi, dans l’Hérault et le Gard, des policiers se regrouperont devant les hôtels de police de Montpellier, Nîmes, Béziers, Sète, Agde, Beaucaire, Bagnols-sur-Cèze, Alès et de la circonscription d’Avignon-Villeneuve-lès-Avignon.

« Il est absolument nécessaire qu’une prise de conscience générale intervienne au plus vite et que la justice fasse preuve de la plus grande fermeté envers les agresseurs des représentants des forces de l’ordre », réagit Bruno Bartoccetti, le délégué régional d’Unité SGP Police FO, en poste à Montpellier.

Comme tous les responsables de ce syndicat qui est majoritaire dans les rangs de la Sécurité publique, de la police judiciaire et des CRS, Bruno Bartoccetti souhaite la mise en oeuvre d’une politique pénale qui devra imposer les points suivants :

>> Création de tribunaux criminels chargées exclusivement de traiter tous les cas de violence contre les policiers, gendarmes, pompiers, gardiens de prison et éventuellement l’étendre aux militaires de l’Opération sentinelle.

>> Création d’un pool de magistrats spécialisés. Ces magistrats seraient rattachés aux juridictions interrégionales spécialisées, les JIRS, comme celle de Marseille.

>> Instauration d’une peine minimum. Exemple : x mois de prison ferme.

>> Révocation systématique des sursis pour les auteurs.

>> Criminalisation de certaines infractions graves sur les forces de l’ordre.

Le syndicat reçu par le ministre de l’Intérieur

Des propositions qui seront soumises au ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb qui recevra le syndicat Unité SGP Police FO le lendemain des rassemblements des policiers devant tous les commissariats de France. Ce mercredi, les syndicalistes vont fermement demander au ministre que le gouvernement se doit de protéger les policiers qui sont un des symboles républicains de l’État.

« Plus aucune atteinte à un représentant de l’Etat ne doit rester impunie. Lors de cet entretien, mercredi 10 janvier à Paris, nous lui présenteront nos propositions de politique pénale, afin d’inverser cette courbe de la violence et pour que la peur change de camp. Force doit rester à la loi, ces voyous et criminels doivent désormais être sanctionnés à hauteur de leurs actes », souligne Frédéric Chauvin, responsable du service communication d’Unité SGP Unité Police FO.

Les policiers en colère.

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *