Occitanie : devenez propriétaire de vignobles avec Terra Hominis

Créée en 2011 par Ludovic Aventin, Terra Hominis, société de financement participatif, est née de la volonté d’aider les jeunes vignerons à se lancer en achetant leurs premières vignes.

C’est en rencontrant lui même des difficultés avec les banques en 2009, lorsqu’il a voulu acheter un domaine viticole, que Ludovic Aventin a décidé de faire appel au crowfounding : ‘’J’ai réussi de part mon passé de rugbyman à convaincre une centaine de personnes de prendre des parts dans un domaine à hauteur de 1’300 euros la participation. C’est comme cela que j’ai pu créer le Mas Angel en 2009. Mais quand j’ai voulu aider d’autres domaines viticoles à se monter mon comptable m’a signifié qu’il était important de monter une structure. C’est comme cela qu’est née Terra Hominis, deux ans plus tard. À ce jour, nous avons aidé à la réalisation de plusieurs projets dans le Languedoc et le Roussillon’’.

Après le succès du Mas Angel, Terra Hominis a racheté les Domaines Montgros à Cabrerolles (AOC Faugères), en s’appuyant sur un pack de 130 rugbymen associés, puis le domaine Laur Bauzil, dans le Minervois héraultais (AOC Minervois-la-Livinière).

80 hectares, 1 400 associés

Depuis sa création,Terra Hominis a participé à l’acquisition d’environ 80 ha de vignobles et à réuni plus de 1 400 associés. Des investisseurs souvent passionnés par le vin mais aussi par le ballon ovale, puisque parmi eux, on peut compter des anciens rugbymen comme Olivier Magne, Pieter de Villiers ou encore Didier Cambérabero.

Après s’être concentré sur le terroir du Languedoc et du Roussillon, c’est désormais en Gironde que Ludovic Aventin espère aider les jeunes à s’installer.

Dividendes en plaisir

La démarche de Terra Hominis n’est pas spéculative : en échange du bail, le vigneron s’engage au versement d’un loyer aux associés, toujours payés… en vin : ‘’On cherche à équilibrer les comptes, c’est indispensable, mais on ne cherche pas la rentabilité à deux chiffres’’, explique Ludovic Aventin, Le but, c’est d’être fier. Les associés perçoivent leurs dividendes en plaisir et donc sous forme de bouteilles… Leur plaisir consiste également à venir sur le domaine, à déguster leurs vins, à marcher dans leurs vignes, à faire les vendanges’’.

Et pas question de faire du rendement : faibles rendements, travail à la main, vendanges sélectives, bannissement des produits phytosanitaires… Terra Hominis veut faire du grand vin.

Ludovic Aventin, fondateur de Terra Dominais © Nadira Belkacem

Le 12 décembre dernier, au Bistrot du Sommelier à Paris, chez Phillippe Faure-Brac, meilleur sommelier du monde, Ludovic Aventin a présenté l’un des projets de Terra Hominis : le Domaine Gayda. Une occasion pour permettre à Vincent Chansault, son vigneron, de faire déguster aux journalistes invités les 5 millésimes de la cuvée emblématique du Domaine Gayda.

Plusieurs projets

Voici les projets pour cette nouvelle année : le Domaine Montgros (6,7 ha en AOC Faugères), le Domaine Laur Bauzil (AOC Minervois La Livinière) et le Dolmen des Fées (AOC Minervois La Livinière), le Mas Angel à Cabrerolles (Aoc Faugères), Laur Bauzil à minervois (AOC Minervois-la-Livinière), La Truffière à Massamier la Mignarde (AOC Minervois-la-Livinière), les vignes Blanches de Sybil (AOC Faugères), Domaine Virgile Joly (AOC Languedoc – Saint Saturnin-de-Lucian), Domaine de Gayda….

>> Info : https://terrahominis.com

1 Comment

  1. franchement non merci ! pour m’endetter dans des terres ou l’etat pompe tout le fric et le donne aux migrants ? je prefere boire du coca qui n’ai pas français que d’acheter des produits du terroir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *