Santé : le label SIRIC de l’ICM reconduit pour 5 ans

Le 15 décembre, le label SIRIC de l’ICM (pour SIte de Recherche Intégrée sur le Cancer) a été renouvelé pour 5 ans. L’établissement montpelliérain fait partie des 8 sites français labellisés pour la recherche en cancérologie.

« Le renouvellement du label SIRIC est un grand moment pour le Collectif Montpellier Cancer qui associe l’ICM, le CHU de Montpellier, l’INSERM, le CNRS et les Universités », annonce le professeur Marc Ychou, directeur de l’ICM : « Après la première labellisation de 2012, il s’agit d’une reconnaissance de l’excellence de la recherche en cancérologie à Montpellier, plus que jamais acteur de référence sur l’échiquier international ».

Faire évoluer les thérapies

A ce jour, le SIRIC local fédère près de 600 cliniciens et chercheurs montpelliérains : « Le SIRIC a un effet levier considérable pour transformer des avancées issues de la recherche en innovations diagnostiques ou thérapeutiques en faveur des patients atteints de cancer », rappelle le professeur Ychou, évoquant plusieurs domaines d’applications de la recherche, dont celui de l’analyse de l’ADN circulant. Dans ce domaine, les travaux menés depuis 12 ans par l’équipe du professeur Alain Thierry, pionnière dans l’utilisation des ADN tumoraux circulants, est exemplaire du rôle du SIRIC. Cette structure accompagne la recherche de cette équipe qui a développé des tests sanguins permettant d’identifier les patients à risque de développer des effets secondaires à la radiothérapie.

L’exemple de l’ADN circulant

L’équipe du professeur Thierry propose une simple prise de sang (ou biopsie liquide) pour détecter et analyser les ADN circulants qui portent les mutations génétiques des cellules cancéreuses dont ils sont issus… Ces recherches menées à Montpellier sont saluées comme « une avancée diagnostique majeure » et ont permis d’engager plusieurs essais cliniques, académiques et industriels, visant à déterminer le choix du meilleur traitement pour le patient selon son profil moléculaire.

L’équipe du professeur Thierry, l’une des équipes accompagnée et soutenue par le SIRIC

« Cette méthode permet non-seulement à dépister le cancer, mais aussi à individualiser le traitement, à détecter la maladie résiduelle après chirurgie, à surveiller la récurrence, à détecter la résistance au traitement », explique Alain Thierry. Plus de 2 500 patients seront inclus à l’horizon 2019 en France dans les établissements participants au projet.

Les 20 ans de l’IRCM

Dans la même dynamique, la valorisation des recherches réalisées avec le soutien du SIRIC s’est traduite par la création de start-ups destinées à répondre aux défis actuels de la médecine de précision : DiaDx (analyse de l’ADN circulant comme nouvel outil diagnostique en cancérologie) ; NovaGray (test sanguin prédictif de radiosensibilité) ; Diag2Tech (biomarqueurs prédictifs de réponse aux traitements des cancers hématologiques) ; iMAb (ingénierie d’anticorps thérapeutiques de nouvelles générations).
De quoi conforter le professeur Ychou dans sa stratégie : « Au cœur du SIRIC, il y a l’IRCM, le centre de recherche local que nous avons créé il y a 20 ans. Nous avons su construire à Montpellier une stratégie scientifique concertée visant à faire de Montpellier un pôle international d’excellence qui affiche son ambition : faire émerger de nouveaux concepts diagnostiques et thérapeutiques pour la prise en charge des malades ».

Un nouveau projet pour l’ICM

« On a construit des bases solides »,
confie le directeur de l’ICM a notre confrère d’Objectif : « En 2017, Montpellier se classe 2ème sur les appels d’offres en biologie du cance derrière l’Ile-de-France. On veut aller plus loin et changer des pratiques : nouveaux médicaments, nouveaux bio marqueurs ou nouvelles actions de soins de support ».

Le professeur Marc Ychou, directeur de l’ICM, annonce un nouveau projet pour l’établissement

Le renouvellement du label SIRIC va permettre à l’établissement montpelliérain de renforcer ses actions autour d’un nouveau projet fédérateur autour de trois grands programmes :
-Le programme « Cancer colorectal » : pour perfectionner la prise en charge de ce cancer en favorisant, une meilleure personnalisation des traitements pour chaque patient ;
-Le programme « Radiobiologie » : pour optimiser le ciblage thérapeutique par radiothérapie tout en réduisant les effets secondaires ;
-Le Programme « Intégrité du Génome » : pour développer de nouvelles pistes thérapeutiques centrées sur les facteurs impliqués dans l’instabilité du génome et ses conséquences sur l’apparition et l’évolution d’un cancer.
« Le renouvellement de notre labellisation est aussi une réelle opportunité d’amplifier la dynamique de recherche et d’innovation engagée dans le domaine de la cancérologie à Montpellier », conclut Marc Ychou.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *