Sète-Nîmes : des pompiers agressés, les auteurs arrêtés

Des sapeurs-pompiers de l’Hérault et du Gard ont été une nouvelle agressés. Leurs auteurs ont été arrêtés. Un procès s’est déroulé ce mardi à Montpellier, un autre a été renvoyé au 30 janvier prochain.

Ce mardi, un prévenu était jugé devant le tribunal correctionnel de Montpellier, plus de trois ans après avoir bousculé, puis menacé de mort des sapeurs-pompiers de la caserne de Sète, qui portaient secours à des blessés, lors d’un accident de la circulation. L’équipage d’un véhicule de secours aux victimes -VSAV- composé de trois casqués avait été la cible d’un conducteur violent, le 26 février 2014. L’auteur présumé avait été interpellé. Le procès était fixé à ce mardi après-midi.

Les pompiers qui avaient déposé plainte étaient représentés par l’avocate du Sdis 34, partie civile. Les casqués sétois ont été soutenus par le colonel qui commande le groupement Est et par le chef du centre de secours principal de Sète, présents dans la salle d’audience. Une délégation du syndicat Sud du Sdis de l’Hérault était là, également, histoire de soutenir les pompiers, mais également de condamner ces agressions et les violences urbaines : guet-apens et caillassages dans des cités.

Un pompier braqué

Dans le Gard cette fois, à Nîmes, le 13 décembre dernier, alors qu’il était en tenue, un sapeur-pompier est courageusement intervenu pour porter secours à un jeune homme, recroquevillé au sol et sérieusement blessé. Il était en train de se faire agresser par deux individus, qui lui ont asséné des coups de poings, des coups de pieds et l’ont frappé avec une barre de fer. Les agresseurs ont alors menacé le sapeur-pompier en sortant une arme de poing de type pistolet.

« Particulièrement choqués par la violence de l’agression, le président, le conseil d’administration et le directeur départemental du Sdis 30 tiennent à apporter tout leur soutien au sapeur-pompier agressé », est-il indiqué dans un communiqué, ce mardi. Les deux agresseurs ont été interpellés, placés en garde à vue, puis en détention préventive. Ils étaient déférés ce mardi matin devant le tribunal correctionnel de Nîmes, en comparution immédiate.

Procès fin janvier

Comme ils en ont le droit, les prévenus, sans doute conscients de l’extrême gravité des faits qui leur sont reprochés et des peines encourues, ont préféré demander un délai pour préparer leur défense. Le tribunal a donc fixé l’affaire sur le fond du dossier au 30 janvier prochain et dans l’attente, au motif d’un risque de réitération des faits et d’un risque de non comparution, a ordonné leur maintien en détention jusqu’à la date de l’audience. Les agresseurs présumés vont donc passer les fêtes de fin d’année derrière les barreaux.

« Le Sdis du Gard, partie civile, ne peut que se réjouir de cette prise en compte de la gravité des faits et de l’extrême dangerosité d’individus qui s’en prennent à ses agents, rappel fait qu’il s’associe toujours à la défense des sapeurs-pompiers victimes et fera tout, selon les possibilités légales qui s’offrent à lui, pour que de tels agissements trouvent une sanction adaptée. Par ailleurs, le Sdis ne peut que se réjouir des poursuites systématiquement engagées par le Procureur de la République de Nîmes pour toute infraction commise à l’encontre des sapeurs-pompiers », écrit ce soir Alexandre Pissas, président du conseil d’administration du Sdis du Gard.

2 Comments

  1. Vu l extrême violence de leur agression envers l automobiliste et ce pompier qui a voulu le défendre, je pense que les fêtes de Noêl ne les concernent pas. Donc qu’ ils soient derrière les barreaux à cette époque n’est pas un soucis pour eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *