Près de Perpignan : au moins quatre morts dans la collision entre un train et un bus scolaire

Quatre morts et plusieurs blessés graves, tel est le bilan du terrible accident qui s’est produit ce jeudi après-midi, entre un train exprès régional -TER- et un bus scolaire, à un passage à niveau de la commune de Millas, en direction de Saint-Féliu-d’Amont, à une vingtaine de kilomètres de Perpignan. Le drame a eu lieu à 16h10. La RD 612 est coupée dans les deux sens.

D’après le témoignage d’un père à nos confrères de BFMTV, qui disait ne pas croire les propos tenus par son fils au téléphone -témoin de l’accident- et qui lui a demandé une photo pour prendre en compte l’ampleur et les dires de son fils, les barrières ne se seraient pas fermées. Un autre témoignage, celui d’un homme qui travaillait à proximité, contredit cette version puisque selon lui, le train aurait klaxonné à plusieurs reprises, avant d’entrer en collision avec le car scolaire. Rien n’est confirmé ou infirmé officiellement pour l’instant, en ce qui concerne les causes. C’est l’enquête qui a été ouverte pour les délits présumés « d’homicides et blessures involontaires », qui permettra de définir les circonstances exactes de cet accident.

Vendredi à minuit, le bilan provisoire faisait état de quatre enfants tués et de 20 blessés dans le bus, dont 9 graves, en état d’urgence absolue. Il y 3 blessés également dans le TER. Les enfants décédés et blessés venaient du collège Christian Bourquin, proche de Millas. La conductrice du bus scolaire est sérieusement blessée. Celui du TER est indemne, mais en état de choc. Il n’a pas pu être entendu encore par les gendarmes.

Le bus coupé en deux

Le bus scolaire a été violemment percuté par le train, par l’arrière, qui roulait à 80 km/h, selon la SNCF, une vitesse qualifiée de normale. Le bus a été coupé en deux, selon des témoins qui évoquent un choc d’une violence extrême.

D’importants moyens sont mobilisés : cent sapeurs-pompiers du Sdis 66, des équipes médicales du Smur-Samu 66, quatre hélicoptères -Sécurité civile, Samu et gendarmerie-, des gendarmes du groupement des Pyrénées-Orientales. Un poste médical avancé -PMA- est installé près des lieux du drame. L’hélicoptère de la Sécurité civile de l’Hérault, le Dragon 34 a été engagé avec à son bord un médecin du Sdis 34.

Cellule de crise

Le Premier ministre, Édouard Philippe qui se trouvait en voyage officiel en Occitanie, dans le Lot se rend est arrivé à la mairie de Millas à 19h45. La présidente du conseil régional Occitanie -Pyrénées-Méditerranée, Carole Delga est sur les lieux, également.

Une cellule de crise est installée à la préfecture des Pyrénées-Orientales, à Perpignan et à la direction régionale de la SNCF, à Montpellier. Le plan Blanc -les hôpitaux et les cliniques du département en alerte pour recevoir les blessés graves- et le plan Novi -nombreuses victimes- ont été déclenchés. Les blessés sont « triés » dans les tentes du PMA selon leur état pour être dirigés vers les centres de soins adaptés.

Enquête judiciaire

Le procureur de la République de Perpignan qui est sur place a déclenché une enquête judiciaire. Les techniciens de la cellule d’identification criminelle de la gendarmerie des Pyrénées-Orientales et une équipe de gendarmes de la section de recherches de Montpellier sont déjà à pied d’oeuvre, ainsi que 70 militaires qui interdisent notamment l’accès sur le site de la catastrophe ferroviaire.

L’émotion est considérable à Millas et dans les communes alentour où résident les familles des victimes. Une cellule psychologique est ouverte dans la halle des sports de la commune, où le maire, Robert Olive, le visage défait, répète, effondré : « C’est une catastrophe, c’est une catastrophe, c’est horrible ».

Le TER effectuait la liaison Perpignan-Villefranche-de-Conflent et a franchi le passage à niveau de Millas, équipé de barrières et d’un système d’alerte pour les conducteurs.

>> Un numéro d’informations a été ouvert : 04.68.51.67.67

Les lieux du drame à Millas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *