Montpellier : les prix Talents des quartiers récompensent l’audace

Lors du forum de La Place Créative s’est déroulée la cérémonie de remise des prix Talents des Quartiers de Montpellier. Un concours principalement soutenu par l’État, le Département, la Ville, la CCI et la Caisse des Dépôts afin d’aider et mettre en lumière des entrepreneurs issus des quartiers populaires.

À cette occasion, a également été signé par les représentants de ces institutions, le renouvellement pour trois ans de la convention locale CitésLab Montpellier. Ce service de proximité pour les habitants des quartiers populaires propose un accueil gratuit pour les porteurs de projets de créations d’entreprises.

Olivier Camau, président de la Caisse des Dépots, a rappelé l’importance de ce dispositif engagé depuis 15 ans et porté au quotidien par la BGE Montpellier et notamment l’active chef de projet CitésLab. Sabah Bouguern, sur les trois dernières années, a aiguillé 420 porteurs de projet dont 35 ont abouti. « Si vous avez la jeunesse et l’envie de créer dirigez-vous vers la BGE » a t-elle encouragé. Et au préfet de l’Hérault Pierre Pouëssel d’avoir un dernier mot inspirateur en rappelant la célèbre phrase de Danton « De l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace ! ».

Prix Association

Le prix dans la catégorie Association a été remis par André Deljarry, président de la CCI Hérault, à Zahra Faez et Jihad Omari pour Le Centre de Calcul Mental de Montpellier. Zahra Faez a expliqué s’être inspirée d’une vidéo vue sur internet de la méthode de calcul mental en Inde en visualisant un boulier. Elle a ainsi voulu développer cet apprentissage au plus grand nombre à travers son association qui oeuvre ainsi contre l’illettrisme et l’innumérisme.

Fahra Faez a profité de cette remise de prix pour lancer l’idée d’organiser avec le soutien de la municipalité une grande compétition de calcul mental.

Catégorie Émergence

Annie Yague, déléguée municipale à l’insertion par l’emploi, a remis le prix Émergence à Hamzae Araou. Après diverses expériences qui ne l’ont pas convaincu, le jeune homme monte une première micro-entreprise pour laquelle il achète un camion. Il va cesser cette activité, conserver le véhicule, obtient sa capacité transport, achète un deuxième camion et lance finalement à 24 ans son entreprise DLT Déménagement.

Catégorie Création

Après un passage par l’Armée, Take Fumi Mochizuki retourne à son métier de pizzaiolo, qu’il a appris de son père. Il saisit une opportunité et monte une petite pizzéria à la Mosson. Mozarel’art propose des pizzas et des tacos artisanaux cuisinaient avec des produits de qualité.

Originaire de République Dominicaine, Take Fumi Mochizuki emploie trois jeunes du quartier : « Ils ont leurs défauts mais ce sont de bons gars. J’étais pareil plus jeune ». Le chef d’entreprise a également indiqué chercher à employer en ce moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *