Béziers : Robert Ménard provoque à nouveau la polémique

Le maire de Béziers, Robert Ménard, proche du FN s’est à nouveau illustré par une campagne publicitaire débutant aujourd’hui. Sous prétexte de militer pour que le TGV passe par sa ville, l’élu use encore d’un goût douteux. Parmi les 5 affiches, où le second degré humoristique n’est pas particulièrement fin, une en particulier provoque l’indignation.

Une référence à un fait divers pour Laurence Rossignol

Sur l’affiche en question, on  y voit une femme attachée à des rails avec un train à vapeur arrivant vers elle et la mention « Avec le TGV elle aurait moins souffert ». Pour Laurence Rossignol, ancienne ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des Femmes, alerté par l’ancien député de l’Hérault Sébastien Denaja, cette image fait un parallèle avec le meurtre d’Émilie survenu en juin dernier en Eure-et-Loire. Son mari l’avait attaché aux rails avant de se suicider.

Une référence au western pour Robert Ménard

Robert Ménard se défend sur les réseaux sociaux d’avoir utilisé ce fait-divers pour sa campagne qui, selon lui, « fait référence à l’univers du western ». Et comme à chaque fois où ses campagnes ont provoqué l’indignation, il accuse la bien-pensance en usant de parallèles étonnants. Le maire de Béziers, qui avait répondu favorablement à l’appel de Philippe Saurel a signer une lettre avec d’autres élus du territoire envoyée au Gouvernement pour accélérer les projets de LGV dans la région, répond à toutes les attaques sur la forme utilisée pas sa campagne en demandant à ce que l’on s’intéresse au fond. Soit l’absence de TGV à Béziers depuis 30 ans. Un meilleur choix de visuels aurait sans aucun doute mieux servir la cause…

Réaction du préfet et de Carole Delga

Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’égalité femmes-hommes, a saisi le préfet de l’Hérault. Ce dernier a réagit dans une communiqué : « Le maire de Béziers a, une nouvelle fois, lancé une campagne d’affichage marquée au sceau de la vulgarité. Il se sert du corps de la femme pour faire passer des messages populistes et la met en scène en victime de violences. Alors qu’une femme sur trois est victime de violences au cours de sa vie, Monsieur Ménard ne mesure toujours pas la souffrance physique et psychologique qu’engendrent ces atteintes à leur intégrité, pas plus que la mobilisation contre ces violences faites aux femmes qui est une priorité du Gouvernement ».

Carole Delga, présidente de la région Occitanie, a demandé au maire de Béziers de retirer cette campagne : « La recherche du buzz à tout prix vous fait tomber dans l’outrance la plus abjecte. Elle ne peut que desservir le combat que l’ensemble des élus de la région Occitanie mène pour les LGV ! ».

6 Comments

  1. les biens pensants sont dans la provocation permanente mais s’en fuit comme des fausses vierges effarouchées quand Ménard dénonce l’imposture

  2. de fait si je comprend bien ce que dénonce Ménard c’est le silence de la presse « officielle » sur certains faits qui dérangent pour le vivre ensemble
    c’est vrais que dans notre région Midi Libre est devenu « le mercure galant » de louis 14 .

  3. De toute façon quand on est étiquette FN, il ne faut pas s’attendre à des choses très relevées….
    Il cherche la provocation et la meilleure réponse apportable est l’ignorance – passons notre chemin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *