Béziers : une enquête ouverte sur la campagne d’affichage controversée

Après les différents réactions provoquées par la campagne d’affichage de Robert Ménard pour le TGV Occitanie, le préfet de l’Hérault Pierre Pouëssel a saisi le procureur de la République du Tribunal de grande instance de Béziers. « Ce dernier vient d’ordonner qu’une enquête soit réalisée afin de faire constater le caractère litigieux de ces affichages et d’en déterminer les infractions qui pourraient éventuellement en être déduites » indique la Préfecture dans un communiqué de presse.

Par ailleurs, la sénatrice Laurence Rossignol, ancienne ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des Femmes, qui s’était indignée sur les réseaux sociaux de la comparaison possible de l’image d’une des cinq affiches avec un fait-divers récent, a indiqué avoir déposé plainte auprès du procureur de la République. Le maire de Béziers plaide l’ignorance.

8 Comments

  1. Hors de ce contexte, aimant beaucoup la photographie, ce cliché me plait beaucoup. Je n’ai pas trouvé le crédit de cette photo dans l’article…

  2. de sacrés crétins ces electeurs bitterois quel honte ils se prennent dans la face cest grave
    en esperant que ces derniered municipales vous auront servi de lecons pr les prochaines lol

    1. En aucun cas occulté, mais récupéré de façon horrible. J’espère juste que la famille de la victime vas se mobiliser. Ce maire est a vomir, aucune limite et dire qu’à une époque il militai pour les droits de l’homme, et fustigeai contre les JO en chine mais il utilise leur méthodes.

  3. Il y a deux ans la France entière descendait dans la rue pour défendre un journal qui affiche des horreurs en première page, comme le pape qui sodomise un enfant ou pour dire merci et que dieu existe après un cataclysme au Texas. On voit que les commissaires politiques français ont fait leur choix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *