Montpellier : pour Neptune, la métropole se jette à l’eau

Reconnu pour son bassin extérieur de 50m, le centre Neptune, situé à la Mosson, à Montpellier va profiter d’une réhabilitation impressionnante. Le projet, proposé par le cabinet d’Architecture Chabanne + Partenaires, va coûter 14,5 M€ à la Montpellier Méditerranée Métropole et doit ouvrir en septembre 2021. Il permettra à la fois d’améliorer cet équipement ludique ouvert à la population et de mettre au service de Philippe Lucas, l’emblématique entraîneur du club de natation de Montpellier, un outil moderne pour former les champions de demain.

S’il conserve sa vocation de centre aquatique ludique -petit bassin et équipements pour les enfants notamment-, le site doit également accompagner la montée en puissance du sport professionnel et notamment du MUC Natation, dont les nageurs sont désormais entraînés par Philippe Lucas.

Une sorte de coup-double pour la métropole de Montpellier qui ne pouvait plus se contenter de la configuration actuelle du vieillissant centre Neptune, ouvert aux 4 vents et régulièrement l’objet d’actes de vandalisme et de dégradations. « Nous avons du fermer plusieurs fois le centre pendant de longues semaines, et même pendant tout un été, privant les 150 000 personnes qui fréquentent cette piscine (dont 900 personnes/jour l’été) d’un équipement de loisirs structurant », rappelle Philippe Saurel : « On ne pouvait pas continuer comme ça ».

Pour la population et les JO

La métropole a donc attendu la bon timing pour lancer ce que le président de la métropole qualifie de « projet d’envergure pour redonner du sens : sécuriser le site, l’adapter, améliorer l’offre pour les familles et renforcer la qualité des équipements pour accompagner la montée en gamme du MUC Natation ».«C’est un gros investissement qui s’inscrit dans notre vision de la ville durable », poursuit l’élu. Côté sport, l’élu rappelle les ambitions locales : « Avec la venue de Philippe Lucas, nous nous sommes lancés dans le grand bain. Notre objectif, c’est de voir à Tokyo, pour les JO de 2020, des nageurs et des nageuses de Montpellier dans les bassins. Entre Toulouse et Marseille, Montpellier, ville de la Méditerranée, doit exister et prendre sa place. Ce projet de réhabilitation concilie service et haut niveau ». Et Philippe Saurel glisse, malicieux : « Cette opération rentre dans le périmètre géographique du projet ANRU pour le quartier Mosson. Nous allons essayer d’obtenir une aide pour le centre Neptune ».

L’architecte veut protéger et valoriser

« Le centre Neptune est un équipement hybride, mêlant culture nautique et ludique »,
explique les architectes : « Ces deux entités s’articulent dans notre projet. Nous avons fait le choix de protéger le site avec des murs, mais des murs courbes, fluident comme l’eau. L’idée est de créer une identité forte pour le centre tout en le protégeant afin de profiter de cet équipement en toute tranquillité et  pratiquer des activités sereinement. Cet équipement  conserve sa double vocation : il permet de conjuguer loisirs et sport de haut niveau ».
Le centre nautique Neptune rénové disposera, outre du bassin olympique extérieur et du bassin intérieur déjà couvert de 25m, d’un nouveau bassin d’apprentissage-loisirs (14x16m) et d’une pataugeoire animée de 10m² donnant sur un patio extérieur de 73m².

Autour des bassins, les plages minérales s’étendront sur 680m² et les espaces extérieurs sur 3 300m² (dont les aires de jeux d’eau, la pataugeoire, le pentagliss 6 pistes, la zone famille et maternelle). Sans oublier des gradins (80 places) le long du bassin extérieur. Également prévu : un emplacement pour un foodtruck.

Philippe Lucas satisfait et ambitieux

« Cette enceinte a besoin d’un coup de jeune : le beau projet de la métropole, qui nous projette dans l’avenir, est le bienvenu ». Servira-t-il la performance des nageurs ? « La performance, c’est avant-tout le temps que tu passes dans l’eau et la volonté que tu y mets », explique le coach : « Mais, il est clair que tu es toujours plus efficace dans la vie d’un club et d’une structure professionnelle quand tu as des équipements modernes ». Le nouveau centre Nepture favorisera-t-il l’éclosion des futurs champions ? « Justement, à ce sujet, j’ai un gros projet », rappelle Philippe Lucas :  « Je vais organiser en mars une grande détection dans le quartier de la Paillade. Je suis sûr qu’il y a des jeunes doués pour la natation ici. Il y a 30’000 personnes dans ce quartier : je vais bien trouver un jeune prêt à se faire mal pour réussir dans le sport ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *