Occitanie : une nouvelle agence régionale pour dynamiser l’économie

On ne saura pas avant début janvier quel est le nom -déjà choisi et gardé secret- de la nouvelle agence régionale économique d’Occitanie -Pyrénées-Méditerranée-, mais la présidente du conseil régional, Carole Delga a levé le voile sur son organisation et ses objectifs, ce mercredi, livrant le visage de son directeur général -elle en sera la présidente-, Thomas Bascaules, 42 ans, à la tête depuis quatre ans de l’entreprise Altran-Sud-Ouest, du côté de Toulouse.

“Cette agence régionale qui sera opérationnelle le 1er janvier prochain en disposant d’un budget de 29 M€ en 2018 est née de la fusion des six opérateurs existants, Madeeli, Sud de France Développement, Transferts LR, Invest Sud de France, Synersud et LR Set. Les 170 salariés de ces six antennes traitant le tourisme, les filières, l’innovation, le réseau des pépinières, les sports, les loisirs, le tourisme se retrouveront au sein de cette agence régionale, un opérateur unique pour le développement économique, l’innovation, l’export et l’attractivité”, a déclaré Carole Delga.

“Un formidable challenge”

Thomas Bascaules qui se dit “ravi de ce formidable challenge”, se félicite que cette agence régionale “offrira aux acteurs économiques et aux entreprises de la région un outil unique autour de trois axes : efficacité, simplicité et proximité. Un guichet unique dans les Maisons de la Région qui vont être reconstituées et mieux adaptées, permettra un maillage cohérent des consulaires et des territoires, y compris ceux isolés, comme la Lozère et l’Aveyron”.

Le directeur général de cette nouvelle agence, “une véritable Cité de l’économie”, a révélé que les satellites actuellement basés à Montpellier, Synersud, LR Set, Invest Sud de Frane et Transferts LR déménageront en mars prochain à la Triade, dans le parc du Millénaire, à l’Est de la ville, où sera implantée l’agence régionale; Sud de France Développement -Toulouse- et Madeeli -Pérols- resteront sur place.

“Détecter les pépites de l’Occitanie”

Le souhait de Carole Delga et des élus de la Région Occitanie est “de favoriser et structurer un écosystème dédié à l’accompagnement de ces jeunes entreprises innovantes, afin de détecter, d’accompagner et accélérer les projets de startups. L’expertise stratégique et l’approche territorialisée seront l’ADN de cette nouvelle agence régionale”.

L’Héraultaise Marie-Thérèse Mercier, conseillère régionale a confirmé que, “une des faiblesses concernant l’accompagnement et le développement commercial des entreprises allait être réparée, grâce à trois phases d’actions pour leur permettre d’émerger sur les marchés : la prospection -faire un diagnostic pour savoir si le projet de la startup sera viable-, la création, pour favoriser des embauches, via des aides financières jusqu’à 200’000 €. Et le développement, avec des fonds rapidement débloqués allant de 1 M€ à 2 M€. Trois étapes destinées à faire exploser des leaders de l’économie de demain, à détecter les pépites de l’Occitanie”.

Jeunes pousses…

Les pépites du futur qui pourraient s’appeler Hygie Sphère, Solem ou Intesens, dont les projets pour se développer qui ont séduit la Région d’Occitanie -Pyrénées-Méditerranée seront examinés lors de la commission paritaire du 15 décembre. Hygie Sphère implantée à Montpellier est spécialisée dans le nettoyage industriel en produits bio veut passer de 90 salariés à 200 d’ici deux ans. Solem -81 salariés- qui se trouve à Clapiers, au nord de Montpellier fait dans les produits de téléassistance souhaite conquérir les marchés européens et vise embaucher 4 emplois induits, dont 2 cadres export en CDI. L’aide financière de la nouvelle agence régionale sera la bienvenue. Deux chefs d’entreprise qui sont de jeunes pousses, d’ailleurs lauréats du concours Coup de pouce.

Intesens, basée à Labège, près de Toulouse propose une solution de maintenance connectée dans le domaine ferroviaire. En clair, elle a le projet d’anticiper les interventions des acteurs du rail, de caractériser la provenance du défaut et ainsi diminuer les retards des trains, évitant même les arrêts intempestifs sur les voies. Des trains qui arriveraient toujours à l’heure, serait-ce possible ?!

… Et papys des startups

Voilà qui va faire saliver tous les voyageurs de la SNCF en proie, assez souvent à ces problèmes techniques. Et si Intesens pouvait aussi éviter les dysfonctionnements catastrophiques comme celui survenu le week-end dernier en gare Montparnasse à Paris, cette startup serait vraiment innovante et au top. Un projet que la Région Occitanie devrait examiner de très près, dans l’hypothèse de la création des lignes LGV Montpellier-Perpignan et Toulouse-Bordeaux…

Pour l’anecdote, ce sont des quinquagénaires inventifs qui ont mis sur les rails l’entreprise Intesens. Le PDG se marre : “On nous appelle affectueusement les papys des startups”. Des papys qui font de la résistance pour que leur programme des trains qui arriveraient à l’heure séduise la nouvelle agence régionale d’Occitanie.

Un papy d’une startup, avec Carole Delga et au centre, Thomas Bascaules, le directeur général de l’agence régionale. Photo Jean-Jacques Ader.

2 Comments

  1. Pour dynamiser l’économie il faut commencer par supprimer le parti socialiste. Les 29 millions d’euros ils les prennent où à votre avis ?

  2. Si cela fonctionne aussi “BIEN” qu’ à l’époque où elle avait mis en place en tant que Secrétaire d’Etat sous le gouvernement Hollande, son “label Fait Maison”, la gabegie va vite se faire ressentir et tout cela chers CONS’TRIBUABLES, avec de l’argent PUBLIC.
    Cela continue encore et encore, ce n’est que le début d’accord d’accord pfff

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *