Montpellier : un nouveau conservatoire pour 2 200 élèves en 2020

Le maire de Montpellier et président de la métropole, Philippe Saurel a présenté mercredi le nouveau conservatoire métropolitain qui se dressera au sein de l’ancienne maternité du Grasset, sur le site du quartier Boutonnet. Un projet phare dans le mandat du maire de Montpellier qui vise à relocaliser et rassembler dans un seul site le Conservatoire à rayonnement régional. Ce nouveau lieu permettra d’accueillir à la rentrée 2020, quelque 2 200 élèves.

Les locaux actuels situés sur la place Sainte-Anne hébergeront, après réhabilitation, une Maison pour tous, la première pour le centre-ville, et un poste de police municipale pour l’hyper centre. Ceux de Candolle seront eux, transformés en école.

Alain Bretagnolle, associé du cabinet Architecture-Studio, détaille le projet devant Philippe Saurel © CN

Confié au cabinet Architecture-Studio qui a réalisé le grand auditorium de la Maison de la Radio à Paris, le projet d’envergure constitue la réhabilitation d’une friche urbaine en donnant une seconde vie à ce lieu cher au coeur des Montpelliérains qu’est la maternité Grasset mais également à l’ensemble du secteur.

L’ancien pavillon conservé

« On vient requalifier la place Boutonnet, l’avenue du professeur Grasset. On crée un square public » explique Alain Bretagnolle associé au cabinet Architecture-Studio, qui détaille ensuite le conservatoire à proprement parler. « On va conserver l’ancien pavillon d’entrée de la maternité qui sera mise en valeur comme un écrin avec un jeu de contraste (…) La caractéristique de ce projet c’est que l’on s’insère dans un quartier de Boutonnet, un village extrêmement vert donc nous avons cherché une intégration de ce conservatoire par ce que l’on a appelé un village musicale. C’est à dire des volumes relativement fragmentés avec beaucoup de jardins, des terrasses, des patios pour que la vie à l’intérieur de l’établissement soit le plus agréable possible ».

Patrick Pouget, directeur du Conservateur à Rayonnement Régional © CN

« Ce projet a été travaillé avec la direction du conservatoire de Montpellier mais également avec les professeurs, les parents et les représentants des élèves » précise Philippe Saurel. « On a eu le temps d’y réfléchir depuis 30 ans » a lancé Patrick Pouget, bien heureux de voir enfin un projet voir le jour pour son établissement dont les murs sont depuis bien longtemps trop étroits obligeant à se disperser sur plusieurs sites.

“La Lettre du musicien”

Le directeur du conservatoire poursuit : « On est arrivé à maturité. Tant mieux que cela ne se soit pas fait plus tôt, car on est en train de modifier ce qu’est le conservatoire. Celui de Montpellier a été pendant 130 ans un conservatoire extrêmement qualifié pour amener les élèves à un niveau professionnel performant ». L’établissement a dans ce sens été cité par la Lettre du Musicien comme étant un des conservatoires permettant de faire rentrer des élèves dans les conservatoires supérieurs. Sept ont d’ailleurs franchi le cap cette année.

L’objectif avec ce nouveau lieu, sous forme de « grand écart », est de « maintenir le niveau d’exigence et de qualité d’enseignement tout en s’ouvrant sur d’autres publics et d’autres quartiers ». Patrick Pouget souligne également les compétences du conservatoire « au niveau de la musique, de la danse et du théâtre car souvent on dit le conservatoire de musique mais il y aura les trois disciplines au sein de cet établissement en partenariat avec l’ENSAD pour l’art dramatique ».

Le conservatoire vu depuis l’avenue du professeur Grasset © Architecture-Studio

Le nouveau conservatoire comprendra 13 salles de formation musicale, 57 salles d’enregistrement, 7 studios de danse, 1 studio dédié au théâtre, 1 studio pour l’éveil corporel, 2 plateaux d’orchestre pouvant accueillir de 50 à 80 musiciens, 7 autres salles de pratiques collectives (musique de chambre, musique ancienne, percussions…), 2 salles d’audition pouvant accueillir 80 spectateurs, 1 salle ouverte pour des associations, 1 club de jazz et de musiques actuelles pouvant accueillir 100 spectateurs et un auditorium de 400 places. Avec également de nouvelles disciplines enseignées, le nombre d’élèves devrait passer de 1 546 aujourd’hui à 2 200 en 2 020.

Le coût du projet est de 41,6 M€ financés à hauteur de 36,25 M€ par la Métropole de Montpellier, 2,4 M€ par la DRAC, 2,4 M€ par la Région Occitanie et 555’000 € provenant de subventions autres. L’achat de la maternité Grasset au CHRU a elle coûté 2,5 M€.

La première pierre sera posée le 21 décembre en musique et le début des travaux est prévu au second semestre 2018 pour une livraison en janvier 2020, a annoncé Philippe Saurel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *