Vers une généralisation du 80 km/h sur les routes bidirectionnelles ?

CIRCULATION. Vendredi, nos confrères du Point annonçaient la généralisation du 80 km/h sur les routes bidirectionnelles françaises. D’après le quotidien, la mesure ferait partie des dispositions prises dans le cadre du comité interministériel pour la Sécurité routière -CISR- qui se tiendra en janvier prochain.

Bien que l’information ne soit pour l’heure pas confirmée par le gouvernement, l’association « 40 millions d’automobilistes » estime que la menace est bien réelle pour les automobilistes et qu’une telle mesure ne permettrait en aucun cas d’améliorer la sécurité routière. L’association a lancé ce lundi la pétition en ligne et appelle toutes les associations d’usagers et tous les automobilistes à se mobiliser.

Double sens de circulation

Les routes à double sens de circulation, ou routes bidirectionnelles, représentent certaines des routes parmi les plus répandues sur le territoire routier national, notamment dans l’Hérault et le Gard, que ce soit en agglomération grâce aux voies communales, ou en dehors des agglomérations, par le biais des routes nationales et départementales.

Ces voies comprennent généralement différents systèmes d’échangeurs -intersections, sens giratoires, etc.- et des accès riverains. Les usagers circulant sur ces voies ne sont pas soumis aux règles de la priorité à droite, sauf indication contraire.

Ces différents types de routes peuvent ne comprendre aucune séparation de sécurité en leur milieu. Elles peuvent être équipées de glissières de sécurité, mais elles ne sont alors plus considérées comme des routes à double sens de circulation mais comme des “deux fois une voie”. Ces routes à double sens de circulation peuvent être reconnues grâce à leur signalisation spécifique et sont soumises à des limitations de vitesse pouvant aller jusqu’à 90 km/h en dehors des agglomérations, et jusqu’à 50 voir 30 km/h en agglomération, selon l’environnement de la voie.

Une mesure rejetée par la majorité des usagers

L’idée selon laquelle réduire la vitesse maximale autorisée sur les routes secondaires pourrait améliorer la sécurité des usagers n’est pas nouvelle : en 2013, Manuel Valls – alors ministre de l’Intérieur – annonçait déjà une « baisse inéluctable des limitations de vitesse », qui permettrait de « sauver 450 vies ». De nombreux sondages avaient alors été menés auprès des Français, dont les résultats étaient sans appel :

« À la question -Faut-il réduire la limitation de vitesse sur le réseau routier ?- posée par Le Parisien en avril 2015, les Français avaient répondu -non- à 74% ! » rappelle Daniel Quéro, président de « 40 millions d’automobilistes ».

Une expérimentation à la marge et des résultats gardés secrets

Face à la très forte impopularité de la mesure, seule une expérimentation réduite avait finalement été décidée, qui s’est déroulée entre juillet 2015 et juillet 2017 sur trois portions de routes -la N151 entre la Nièvre et l’Yonne, la N7 dans la Drôme et la N57 en Haute-Saône- d’une longueur totale de 81 km.

« Le gouvernement avait tout mis en œuvre pour que l’expérimentation soit des plus probantes : en plus de l’abaissement de la limitation de vitesse à 80 km/h, de lourds travaux de rénovation de la chaussée et l’installation de glissières de sécurité avaient complété le dispositif » relate l’association, estimant qu’il y avait de quoi « fausser la comparaison avec la situation initiale et faire triompher les lobbies anti-voiture qui poussent la mesure depuis des années ».

Le ministre de l’Intérieur de l’époque avait déclaré que « l’expérimentation sera[it] transparente, honnête et rigoureuse », ce qui rend d’autant plus suspect le secret qui entoure le bilan. « 40 millions d’automobilistes » sera reçue le 12 décembre prochain par le préfet de la Haute-Saône et demandera que les résultats de l’expérimentation soient rendus publics.

La pétition en ligne pour se mobiliser

Membre du Conseil national de Sécurité routière, l’association est donc proche du dossier et craint que cette baisse annoncée de la vitesse à 80 km/h ne soit qu’un début, puisque certains experts demandent même une baisse à 70 km/h.

Associée à la multiplication du nombre de radars et à la privatisation des radars embarqués, cette mesure provoquerait une augmentation sans commune mesure du nombre de verbalisations pour excès de vitesse et une hausse sans précédent des amendes routières.

L’association « 40 millions d’automobilistes » appelle donc tous les usagers à s’unir contre la répression routière et à se mobiliser en signant donc la pétition en ligne nonalabaissedeslimitationsdevitesse.fr.

4 Comments

    1. Commencez donc: Sur la Comédie la nuit et à la paillade dans la journée…

      Ne m’attendez pas, j’ai piscine !!

  1. rassemblons les moutons, et surtout roulons en marche arriere,perso je ne respecterais jamais les limitations !! surtout hahaha sans assurance et permis hahahahaha bande de g++

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *