Montpellier : les tracés de la ligne 5 du tram soumis à la vox populi

TRANSPORTS. Mardi soir s’est tenue une réunion publique destinée à recueillir les avis des Montpelliérains sur les 5 tracés proposés pour que la future ligne 5 du tramway évite le parc Montcalm. Entre exercice démocratique et prémices de campagne électorale, Philippe Saurel, face à la parole populaire, à entrouvert la possibilité de desservir le quartier Ovalie. En rappelant que le dernier mot reviendra au conseil de métropole.

Après avoir été présentés à la presse et exposés à l’hôtel de ville, les 5 variantes de la portion de 3 km qui contourne le parc Montcalm étaient débattues par la Montpelliérains. Un dialogue entre Philippe Saurel et près de 800 personnes parmi lesquelles des opposants politiques, des partisans de la majorité municipale et de nombreux habitants des quartiers concernés dont en premier lieu ceux d’Ovalie. Le président de la Métropole était jusqu’à présent fermé au passage du tramway devant l’Altrad Stadium répétant encore une fois : « Je fais un tramway pour les habitants de la métropole, pas pour un quartier » ou encore « Je ne le fais pas de Clapier à Laverune pour desservir un stade ».

Pas une histoire avec Mohed Altrad

Sur les tracés proposés, seule la variante 5 fait un passage par le stade et le quartier Ovalie. Mais elle a toujours été présentée comme irréalisable en raison des travaux disproportionnés engendrés sur l’avenue de Toulouse sans parler de la perspective « d’obturer complètement l’entrée de la ville ». Face à Claude qui lui reproche « de toujours être en bisbille avec quelqu’un », Philippe Saurel a également balayé toute idée de brouille avec Mohed Altrad racontant que ce dernier l’avait invité dans les vestiaires du MHR après le match Montpellier-Toulouse en poursuivant : « Monsieur Altrad défend sa maison et moi je défends la vôtre. C’est normal que l’on ne soit pas d’accord sur tout. Quand il veut construire un ensemble immobilier sur les terrains d’entraînement des gamins, je dis non. Après, je le remercie pour son investissement dans l’équipe car cela donne de l’éclat à Montpellier. Et j’espère que les affaires avec Bernard Laporte, qui en ce moment donnent un peu de grain à moudre aux journalistes, se dissiperont rapidement car cela porte atteinte à l’image de Montpellier ».

Les voix d’Ovalie

Une vingtaine de personnes ont donné leur avis à Philippe Saurel © CN

Mais Ovalie ne se résume pas à un stade et aux amateurs de rugby. Les nombreuses prises de parole exprimant la colère des habitants et leur sentiment d’abandon dans ce dossier en témoigne. Si Philippe Saurel répète qu’il est « favorable à la desserte des quartiers populaires » cela renforce leur conviction. Monique l’interpelle : « J’ai acheté un appartement avec la ligne de tram prévue, on a l’impression de s’être fait gruger. Nous sommes loin de l’arrêt de tram des Grisettes. Nous sommes un quartier populaire non desservi et vous semblez faire l’impasse à chaque fois sur Ovalie. Est-ce que vous comptez en faire un ghetto ? (…) Nous sommes 6 000 aujourd’hui, bientôt 10 000 avec une population défavorisée. Quand vous parlez de quartier populaire je ne sais pas comment vous nous considérez ? ». Dans une ambiance vive mais bon enfant, les témoignages des habitants du quartier Ovalie sont accompagnés d’applaudissements. Comme à l’habitude avec la majorité municipale, quelques hués exagérément partisans fleurissent bien ici et là.

La variante « Sophie« 

Sophie profite d’échanger avec Philippe Saurel pour résumer la situation : « C’est un quartier où il n’y a pas que le stade, il y a beaucoup d’habitants. À la fin des constructions on sera quand même 10 000. Vous venez de construire une nouvelle école et il y a un collège classé REP. C’est quand même un quartier populaire. Il y a des commerces qui sont construits mais pas ouverts car il n’y a pas de places pour se garer. Il n’y a pas de transports en commun. Je suis à 1,4 km du tracé de la ligne 2 donc je ne pense pas qu’il me dessert ». Et de lui proposer une alternative que beaucoup d’observateurs s’étonnaient qu’elle n’était pas envisagée : « Si vous construisez la ligne 5, pourquoi ne pas intégrer le quartier Ovalie en prenant la variante 2 avec une boucle jusqu’au collège Marcel Pagnol en prenant le boulevard Paul Valéry ? Vous arrivez jusqu’au stade et vous revenez à l’avenue de Vagnières comme ça tout le monde est content. Cela dessert, Ovalie, le parc Montcalm et tous les autres quartiers populaires ». Cette option sera de nombreuses fois plébiscitée par les intervenants et une belle ovation l’accompagne en fin de séance quand la désormais variante 2 avec la boucle fut dénommée par Philippe Saurel la variante Sophie. Le maire, bon joueur, salua : « Je vais vous prendre dans la liste en 2020 ».

Un parfum de campagne

On le sait Philippe Saurel aime ces moments d’échange, de débat, de confrontation… Si ces derniers manquent malheureusement souvent d’intérêt lors des conseils, ils se révèlent bien plus instructifs lors des réunions publiques. Semblant devoir ménager la vision métropolitaine de la ligne 5 face aux intérêts d’un quartier montpelliérain, le maire se montre plus ouvert qu’à l’habitude sur la question d’une desserte aux abords du stade et du collège Marcel Pagnol. « Notre intérêt n’est pas de gruger les Montpelliérains mais de satisfaire un maximum de monde », lance t-il tel un vrai slogan rassembleur. À un membre du collectif de la Ligne 5 avec qui il partage certaines conclusions, il se dit prêt à adhérer à l’association.

Et lorsque Nadine dit avoir lu sur le site de la mairie que Philippe Saurel avait une préférence pour la variante 1, il s’offusque : « Ce sont les journalistes qui ont dit ça. Je n’ai jamais tenu ces propos en publique » et d’y revenir en fin de séance « C’est dans Midi Libre et La Gazette (Ndlr : propos que nous avions également repris) ». Le 6 novembre lors de la conférence de presse de présentation des tracés, Philippe Saurel était simplement questionné sur sa préférence. S’il n’avait pas mentionné le numéro de la variante, il avait parfaitement décrit la première (voir vidéo fb MNTV à partir de la 20e minute) : « Le meilleur scénario pour moi est celui qui arrive à desservir le haut de la cité Gély, les Orangers, la route de Lavérune, le secteur des collines d’Estanove, le Pas du Loup, la Cité Paul-Valéry… ». Et pour montrer à Nadine que de toute façon son choix ne semblait ne pas compter : « Vous verrez si ça se trouve ce ne sera pas celui là qui sera choisi ». Gagné…

Une nouvelle consultation puis le conseil de Métropole

Après avoir écouté les 20 intervenants, Philippe Saurel en accord avec la salle retient les variantes Sophie (2 + boucle vers le stade) et 4. Rassemblant tous les avis et se montrant le plus ouvert, il résume à l’assistance ses intentions : « J’essaie de trouver les meilleures solutions. Donc si notre concertation ici me permet de trouver une solution qui va respecter les orientations que j’ai décrites, je ne suis pas plus royaliste que le roi et je suis pragmatique, j’adopterai un trajet qui répond aux questions ». Avant d’être présenté en conseil de Métropole, les deux nouvelles variantes, affinées par les services techniques de la métropole, seront à nouveau présentées en séance publique. « Plus démocratique vous ne pouvez pas ! » a conclu Philippe Saurel. Dans la forme sans nul doute, sur le fond l’avenir le dira.

Variante 2 + une boucle jusqu’au collège Marcel Pagnol

Variante 4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *