Montpellier : 160 étudiants participent à Cœur de Ville en Lumières

FÊTES. Alors que Cœur de ville en Lumières débute ce jeudi soir pour trois de jours de festivités avec un show son et lumières sur onze façades de la ville, en coulisse, on s’active pour régler les derniers détails. Pour la deuxième année consécutive, les organisateurs ont fait appel aux écoles créatives de Montpellier. 160 étudiants de d’ArtFX, de l’ESMA, d’Objectif 3D, de Studio M, et de l’école Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier dévoilent leur talent et leur créativité aux 200 000 visiteurs attendus.

Un sacré challenge comme en témoigne ceux de Studio M et de l’ESMA rencontrés avant le coup d’envoi de la manifestation.

Plusieurs semaines de travail

Devant le succès remporté l’an dernier  par le volet consacré aux écoles, Cœur de Ville en Lumières a offert cette année deux lieux exceptionnels aux  étudiants en arts  visuels et effets spéciaux : le porche de  la cathédrale Saint-Pierre et l’Agora de la danse, dont une partie sera réservée à une nouvelle  animation autour des jeux-vidéo.

Montpellier s’affirme depuis plusieurs années comme l’une des places fortes du jeu vidéo et de la création numérique en France. L’événement Cœur de Ville en Lumières est ainsi un véritable tremplin pour les étudiants des écoles spécialisées. C’est à la fois l’occasion pour eux de relever un défi dans des conditions professionnelles, de répondre à des contraintes techniques, de sublimer le patrimoine et de se confronter au public.

Un challenge pour les étudiants de l’ESMA

Depuis mi-septembre, les 26 étudiants en première année de la section Stratégie Digitale et Motion Design de l’ESMA engagés dans Coeur de Ville en Lumières sont focalisés sur l’événement. Répartis en 6 groupes, ils ont oeuvré au spectacle proposé sur la façade de la cathédrale Saint-Pierre. « On a beaucoup bossé. Cela a été deux mois où on ne pensait limite qu’à ça » lâche Marius.

Un sacré challenge pour ces étudiants qui se destinent à devenir web designer, motion designer, graphiste, directeur artistique ou illustrateur. D’autant que comme l’explique Salomé : « On a mené un projet en deux mois alors que dans certaines écoles ils ont été conduits par des troisièmes ou quatrièmes année. Donc c’est un peu un challenge pour nous ».

Même s’ils ont été encadrés par leur professeur et ont rencontré des professionnels Marius rappelle que « la plupart des personnes qui sont dans la classe ne savaient pas faire d’animation. On se retrouve à l’apprendre en deux mois pour sortir quelque chose de 5 minutes qui va s’afficher sur 27 mètres ».

L’histoire d’une fourmi

Alors pour déjouer leurs lacunes techniques, ils se sont concentrés sur leurs forces à savoir le graphisme et la narration à travers l’histoire d’une fourmi qui découvre Montpellier. Un parallèle entre la ville et la fourmilière assumé par Marius afin de donner un fond au spectacle : « La fourmi a une structure comme les humains. Elle a une routine mais contrairement à elle on a la possibilité d’en sortir ». Salomé met en avant « l’histoire et la poésie » car « Coeur de Ville en Lumières est familial et grand public donc il faut quelque chose qui plaise et soit compréhensible pour à peu près tout le monde. On a voulu faire quelque chose d’agréable à l’oeil et que le public ressente une émotion ».

Salomé, Marius, Rejan et ses amis sont prêts à offrir un spectacle poétique aux Montpelliérains © CN

Leur projection sera, comme celles des autres écoles, mêlée à celui des professionnels. Une chance pour Rejan : « En tant qu’élève participer à ça c’est quand même énorme. On est jeune et on a pour la plupart jamais fait d’événement aussi grandiose. C’est une façon de montrer de quoi on est capable. C’est bien pour nous et pour l’école. Cela apporte plein de satisfaction personnelle aussi ». La jeune fille ne manquera pas de se mêler à la foule : « Cela permet d’avoir des réactions en direct. C’est quelque chose que l’on n’a pas dans la facette du métier que l’on apprend ».

Tests positifs

Lundi et mardi soirs ils ont pu découvrir leur projection sur la façade de la cathédrale Saint-Pierre. « On a vu les tests et on a été très touchés par ce que l’on a fait. On est vraiment ravis car on ne pensait pas faire aussi bien. C’était quasiment bon du premier coup, on a pas eu trop de retouches à faire. Je suis vachement fière de ma classe » témoigne avec enthousiasme Salomé. De son côté, Marius semble soulagé mais pleinement satisfait : « C’était stressant et intense. Mais ça en valait la peine fois mille. C’est du bon stress finalement. On se retrouve avec quelque chose qui est affiché sur 25 mètres de haut ».  Et le jeune homme compte bien savourer : « Jeudi je plante ma tente devant ! ».

Où voir les projections des étudiants

  • Place Notre Dame

Un vaisseau spatial s’est échoué sur la place Notre Dame… L’école supérieure artistique de Montpellier Studio M présente une construction lumineuse et sonore originale de ses élèves.

>> Découvrir en vidéo le travail préparatoire des étudiants de Studio M :

  • Cathédrale Saint-Pierre

Les écoles de création numérique et d’effets spéciaux de Montpellier ESMA et ArtFx présentent les réalisations originales de leurs élèves.

  • Cour de l’Agora

Les  élèves des  écoles supérieures artistiques et d‘architecture de Montpellier Objectif 3D, ENSAM et ArtFx  animent la Cour de l’Agora.

  • Game zone au Théâtre de l’Agora

Les élèves des sections jeux vidéo des écoles supérieures de Montpellier Objectif 3D et ArtFx ont créé  quatre jeux gigantesques pour  le Cœur de Ville en  Lumières. Ludique et participatif, ce concept  innovant donne au public le contrôle du spectacle.

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *