Hérault : une commission de lutte contre l’exploitation sexuelle

VIOLENCES. Pierre Pouëssel, le préfet de l’Hérault a installé ce vendredi en préfecture, la commission départementale de lutte contre la prostitution, le proxénétisme et la traite des êtres humains aux fins d’exploitation sexuelle.

Créées par la loi du 13 avril 2016, les commissions départementales de lutte contre la prostitution ont pour mission de mettre en place une politique coordonnée d’actions en matière de prévention et de lutte contre la prostitution et d’accompagnement des victimes.

Les membres de cette commission ont réaffirmé leur engagement à renforcer la lutte contre le système prostitutionnel dans l’Hérault. L’installation de cette commission intervient à la veille de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. Ce samedi, le président de la République, Emmanuel Macron annoncera de nouvelles mesures.

Parcours de sortie

La loi du 13 avril 2016 visant à renforcer la lutte contre le système prostitutionnel et à accompagner les personnes prostituées permet d’améliorer la prise en charge des personnes victimes de prostitution, de proxénétisme ou de traite des êtres humains aux fins d’exploitation sexuelle, en créant un parcours de sortie de la prostitution proposé à toute personne qui souhaite en bénéficier.

Les associations Amicale du Nid 34 et Mouvement du Nid 34 ont été agréées dans l’Hérault pour accompagner les personnes prostituées dans le cadre du parcours de sortie, dont les premières demandes seront examinées dès janvier prochain.

Enquêtes en cours

La loi permet en outre de lutter plus efficacement contre les réseaux, mais aussi d’atteindre les clients qui alimentent les réseaux. En 2016, un réseau complet a été démantelé dans le département et 65 infractions de recours à la prostitution ont été relevées. Des clients, surpris en flagrant délit ont été interpellés et placés en garde à vue.

Des enquêtes menées par des unités de police et de la gendarmerie de l’Hérault sont, par ailleurs en cours. Ces investigations, longues et difficiles du fait que les prostituées pratiquent l’omerta par peur de représailles visent à remonter aux têtes de réseau qui sont souvent à l’étranger.

Prévention

Les services de l’État sont mobilisés pour lutter contre l’achat d’actes sexuels, contre les réseaux de proxénétisme et de traite des êtres humains et pour protéger les personnes en situation de prostitution. Ils participeront à une formation dédiée en décembre, afin d’appréhender les spécificités du phénomène prostitutionnel sur le département de l’Hérault.

L’État est au rendez-vous de la lutte contre toutes les violences faites aux femmes. La prévention et la lutte contre la prostitution s’inscrivent aujourd’hui à part entière dans les politiques publiques de lutte contre les violences faites aux femmes. À ce titre, elle figure dans le cinquième plan interministériel de lutte contre les violences faites aux femmes -2017 à 2019 présenté en novembre 2016 par le gouvernement.

À Montpellier, la nuit, les secteurs des Arceaux, des avenues d’Assas, du Père-Soulas, de l’avenue de Toulouse, du Grand M. et des Près-d’Arènes sont réputés pour abriter les prostituées, femmes et transexuels. En zone rurale, il existe des endroits où sont posées, en journée des prostituées, sur des chaises ou dans un camping-car, comme près de Lunel en venant de Baillargues, à Beaulieu, entre Villeneuve-lès-Maguelone et Fabrègues ou encore dans le Biterrois.

Les membres de cette commission réunis en préfecture. Photo D.R.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *