Discothèques de Montpellier : l’incendiaire arrêté

ENQUÊTE. Un quinquagénaire domicilié au Grau-du-Roi, dans le Gard, connu pour fréquenter le milieu de la nuit de la région montpelliéraine a été arrêté par les policiers du SRPJ de Montpellier, mis en examen par un juge d’instruction et écroué, dans le cadre de l’enquête criminelle ayant détruit les trois discothèques du complexe du Paladium, sur la route de la Mer, à Montpellier.

C’était dans la nuit du 12 au 13 septembre 2016, après l’effraction d’un accès arrière du Milk et le déversement de produits inflammables en grande quantité dans le bâtiment, les flammes avaient ravagé la boîte de nuit et endommagé Le Heat et le Folie’s, deux établissements mitoyens.

Le Milk visé

L’enquête du SRPJ a rapidement montré que c’était le Milk qui était visé par les incendiaires. Les portiers faisaient état de menaces proférées quelques jours plus tôt par deux frères, des jumeaux d’une vingtaine d’années qui n’avaient pas apprécié d’avoir été refoulés. Et qui avaient clairement annoncé qu’ils se vengeraient.

Au terme de longues investigations autour de ces deux Montpelliérains, les policiers procédaient à leur interpellation, ainsi que celle de leur oncle, employé comme portier dans une discothèque du littoral héraultais. Le trio, qui niait les faits était incarcéré. Il était soupçonné d’avoir commandité cette expédition nocturne criminelle, restait à identifier celui qui a exécuté les ordres.

Brûlé aux jambes

Le quinquagénaire gardois a reconnu être l’incendiaire, mais a refusé d’en dire plus en garde à vue et devant le juge d’instruction, ni désigner les commanditaires et encore moins les trois suspects déjà en prison. Les policiers du SRPJ ont réussi à remonter à lui à partir d’indications fournies pendant les investigations et en s’intéressant à l’entourage direct du trio et à établir que le Gardois, brûlé aux jambes en enflammant le carburant s’était fait transporter jusqu’au CHU de Grenoble, dans l’Isère pour se faire soigner.

Il avait été admis aux urgences trois heures après l’alerte donnée aux pompiers, soit le délai de route depuis Montpellier. Le juge d’instruction devrait organiser rapidement des confrontations entre les quatre mis en examen.

Les trois dicothèques du complexe du Paladium avaient brûlé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *