Montpellier : 17 kg de cannabis et une Kalachnikov saisis

INFO MÉTROPOLITAIN. C’est un beau flagrant délit à l’actif des policiers de la brigade anticriminalité -BAC- de Montpellier : quelque 17 kilos d’herbe de cannabis et en bonus, une Kalachnikov ont été saisis ces derniers jours, dans une voiture occupée par deux individus, devant le lotissement des Marels, dans le quartier Est de Montaubérou-Millénaire.

Le procureur de la République de Montpellier a dessaisi la Sécurité publique au profit de la brigade des « stups » du Service régional de police judiciaire -SRPJ- de Montpellier, dont la mission est de remonter la filière, jusqu’au commanditaire d’un trafic visiblement bien ancré dans ce lotissement des Marels, qui, selon nos informations serait un véritable supermarché des drogues : résine et herbe de cannabis, cocaïne, héroïne, ecstasy et MDMA, amphétamines etc.

Mutisme complet

Outre les drogues, on peut y acheter également des armes de guerre, puisque la Kalachnikov transportée dans le véhicule était destinée au marché de revente. Les deux suspects arrêtés par la BAC ne seraient que des mules ayant été recrutées pour convoyer l’herbe de cannabis et l’arme lourde.

Le mutisme le plus complet entoure cette belle saisie de la BAC de Montpellier, tant au niveau du SRPJ, qu’au parquet de Montpellier. Les deux jeunes convoyeurs ont été mis en examen et écroués, les investigations se poursuivent sous la houlette d’un juge d’instruction pour identifier le trafiquant à la tête du réseau.

Le gramme d’herbe de cannabis -la weed- se vend entre 5 euros et 8 euros, selon nos informations.

Une BAC efficace

Cinquante femmes et hommes composent la brigade anticriminalité -BAC- de Montpellier, avec des équipes de jour et de nuit, sous la direction d’un officier de police judiciaire. Leur spécialité : le flagrant délit, certes, mais, également les surveillances -planques- et filatures. Dans ce domaine, et notamment dans celui du flagrant délit, la BAC de Montpellier est efficace. Ces policiers qui opèrent en civil, à bord de véhicules banalisés multiplient les « crânes ».

Chaque individu interpellé est appelé un « crâne » dans la police et la gendarmerie. Depuis ces dernières semaines, les BACman de Montpellier ne chôment pas. Ce sont eux qui ont notamment intercepté dans le quartier des Cévennes un convoi de contrebandiers qui ramenaient des cigarettes de la principauté d’Andorre pour alimenter les épiceries de nuit.

4 Comments

  1. Une kalash….si ils risquer 10 ans ferme incompréssible pour ce trafic d’arme ils ne seraient pas nombreux a oser en faire le traffic

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *