Meurtre de Rodilhan : la concubine et son fils mis en examen

JUSTICE. Coup de théâtre dans l’enquête sur le meurtre d’un quadragénaire, dans la nuit de vendredi à samedi, à son domicile de Rodilhan, aux portes Est de Nîmes : sa concubine et son fils ont été mis en examen cette nuit par un juge d’instruction, lui, pour homicide volontaire, elle, pour non assistance à personne en danger.

Le beau-fils de la victime, âgé de 22 ans a été placé en détention provisoire, sa mère laissée en liberté sous contrôle judiciaire : on lui reproche de ne pas avoir prévenu, ni les secours, ni les gendarmes après que son fils ait regagné son domicile avec une batte de baseball maculée de sang et en révélant qu’il venait de corriger son beau-père chez lui. Il venait, en réalité de le tabasser à mort.

Femme battue

Dans la nuit de vendredi à samedi vers 0h30, le jeune homme qui se trouve en discothèque à Nîmes où il est alcoolisé reçoit un SMS de sa mère, une quadragénaire qui lui avoue que son compagnon âgé de 44 ans l’a encore battu dans la soirée, qu’elle l’a quitté et qu’elle est chez elle. Son appartement est situé non loin de celui de son concubin.

Son fils quitte alors la boîte de nuit, passe chez sa grand-mère récupérer une batte de baseball et se rend chez son beau-père, un peu avant 1h, avec l’intention de lui demander des comptes.

Voiture vandalisée

Le beau-père ne répond pas, car il est profondément endormi. Pour le réveiller, il brise volontairement une vitre latérale de sa voiture, garée dans la rue, sans succès, si ce n’est que cet acte de vandalisme tire de son sommeil des riverains qui le signaleront aux gendarmes le lendemain matin. Car, le beau-fils parvient à s’introduire sans effraction chez le quadragénaire. Tiré brutalement du lit, il n’a pas le temps de comprendre : il est tabassé violemment à la tête à coups de batte de baseball. Puis, le beau-fils repart avec l’arme pleine de sang, abandonnant le quadragénaire.

Il regagne le domicile proche, raconte à sa mère qu’il vient de la venger. Alors qu’elle constate que la batte de baseball est ensanglantée, elle se recouche, pour ne venir chez son concubin que samedi vers 9h30. Il était trop tard, il était décédé.

L’enquête confiée aux gendarmes de la section de recherches de Nîmes et à la compagnie de gendarmerie de cette ville n’a pas tardé à s’orienter vers le fils, puis vers sa mère, interpellés et placés en garde à vue dès samedi. Lors de la perquisition, les enquêteurs ont saisi l’arme du crime.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *