French Tech Montpellier : SMAG distinguée pour DataCrop

NUMERIQUE. L’entreprise montpelliéraine SMAG, pionnier des solutions numériques agro-digitales (12 M€ de Ca en 2016, 170 personnes) a reçu le prix « Best value-added Reseller » pour son projet DataCrop porté en partenariat avec JEMS datafactory.

La cérémonie des Data Masters Awards organisée lors par Talend, leader mondial du Big Data, a vu le triomphe d’une société montpelliéraine. SMAG a remporté un trophée lors de cette soirée prestigieuse bien connue de acteurs du numérique pour le projet DataCrop développé avec le groupe JEMS datafactory (basé à Paris, conseil et ingénierie dans le numérique). Concrètement, avec DataCrop, SMAG a développé son premier projet Big Data qui permet très précisément d’estimer plusieurs semaines à l’avance le rendement et la qualité des blés à l’échelle de la parcelle.

Cet outil a été intégré à la nouvelle plateforme numérique mise en place par SMAG, Data Lake agricole. Des innovations qui doivent permettre à SMAG de devenir le leader dans la prédiction de rendement du blé tout au long de sa croissance. Mais pas que…

Pour une agriculture plus rentable

On devine les enjeux planétaires liés à cet outil permettant de mieux gérer la production de blé : « Le défi de nourrir 9 milliards d’habitants en 2050 oblige les acteurs de solutions et services de l’agro-industrie à réfléchir à de nouveaux modes de production innovants pour produire plus et mieux », rappelle Stéphane Marcel, le patron de SMAG : « Le digital et l’agriculture de précision apportent aujourd’hui une vraie valeur et accompagnent les exploitants dans leur optimisation des pratiques pour une agriculture plus durable et rentable ».

Pour relever ce défi, SMAG a travaillé sur l’architecture de sa nouvelle plateforme qui héberge de manière sécurisée tout type de données (météo, imagerie satellite et drone, parcellaires, etc.) et autres algorithmes permettant d’établir des prédictions d’événements dans les cultures de blé, et ce jusqu’à la parcelle.

Le blé pour tester DataCrop

Aujourd’hui en phase pilote, le modèle DataCrop couvre près d’1 million d’hectares, soit 20 % de la production française de blé tendre (environ 160 000 parcelles réparties sur plus de 30 000 exploitations). « Nous mettons en place une nouvelle stratégie data-driven », explique Stéphane Marcel : « SMAG sera bientôt à même de proposer à ses clients une gamme de nouveaux services à très haute valeur ajoutée permettant d’améliorer leur compétitivité, et ce, de l’amont à l’aval de la production agricole ».

La nouvelle plateforme Data Lake agricole de SMAG affiche ses ambitions : après le test sur le blé, la société passera à la vitesse supérieure. L’ambition du groupe est de déployer à moyen terme le modèle DataCrop sur de nouvelles cultures (colza, orge de printemps, betteraves, blé dur) en France comme à l’international.

DAtaCrop et les perspectives pour la filière agricole
Pour les organismes de collecte de céréales : optimisation des coûts de stockage et de gestion logistique, organisation des plans de moisson ;
-Pour les exploitants agricoles : optimisation de suivi (fertilisation, traitements phytosanitaires, gestion de la récolte, commercialisation) en fonction des évènements climatiques ;
-Pour les acheteurs : anticipation des productions et de la volatilité des prix de vente des céréales françaises sur les marchés mondiaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *