Grève à Engie : 40 salariés manifestent en mairie

SOCIAL.Les salariés d’Engie de Montpellier sont redescendus dans la rue, ce mardi matin. 40 d’entre-eux manifestent à l’appel de l’intersyndicale et distribuent des tracts à la population dans le quartier de la gare SNCF Saint-Roch. Ils mettent Isabelle Kocher, directeur général d’Engie -ex-GDF Suez- face à ses propres engagements et dénoncent le non-respect de l’accord social européen signé à l’unanimité et déplorent le dumping social. 

Autre motif de cette grève nationale, la menace de délocalisation une partie des activités, celles des prestataires. Environ 550 emplois sont menacés, dont les 150 du site de Montpellier. Ce matin, les grévistes ont reçu la visite et le soutien de Muriel Ressiguier, députée du parti de la France insoumise de la 2ème circonscription de l’Hérault.

Vers 10h45, les grévistes ont débarqué en mairie, où Fabrice Manuel, le directeur cabinet de Philippe Saurel est venu à leur rencontre dans le hall pour un long échange.

Lettre au maire et président de la métropole

Leur lettre récemment envoyée à Philippe Saurel, maire et président de la métropole n’a pas encore reçu de réponse : l’intersyndicale d’Engie d’ici demande un entretien avec l’édile. Les syndicalistes ont apprécié d’avoir été écouté par son directeur de cabinet. Fabrice Manuel va être remplacé prochainement à son poste par Sophie Salelles.

Pêle-mêle, les salariés d’Engie relèvent : plus de 1 200 emplois délocalisés dans des pays à très bas coûts comme le Sénégal ou le Cameroun, la direction ne s’interdit pas de rechercher encore moins cher, 811 salariés d’Engie exfiltrés dans une direction « mouroir » vouée à disparaître, un état actionnaire qui cautionne et une direction qui bafoue ses propres engagements.

Non-respect de l’accord social européen

Après avoir interpellé la directrice générale d’Engie, Isabelle Kocher, les organisations syndicales demandent de mettre un terme définitif au dumping social, mis en œuvre par le directeur général de la relation clientèle en France, Hervé Matthieu Ricour et dénoncent le non-respect de l’accord social européen, qu’elles ont signé à l’unanimité.

Les engagements d’Engie en matière de dialogue social : un projet de développement économique qui doit, avant tout, respecter l’humain Les objectifs fixés par l’Accord Social Européen, signé à l’unanimité par la direction et les organisations syndicales le 8 avril 2016, sont clairs : garantir l’employabilité, la stabilité et l’amélioration des conditions sociales de tous les salariés et réaffirmer, dans toutes les entités du groupe Engie, un attachement au dialogue social comme composante essentielle du développement et de la performance durable du groupe.

Quels enjeux ?

Afin de répondre à ces objectifs, la direction d’Engie s’engage, entre autres, à apporter à chaque salarié et à ses représentants, dans le cadre d’un dialogue ou d’une information-consultation des instances de représentation du personnel, les éléments permettant de comprendre et connaître les changements en cours et à venir, les enjeux qui s’y rattachent et leurs impacts prévisionnels en termes d’emplois et compétences.

Engie s’engage aussi à rechercher systématiquement la préservation des garanties sociales collectives lors de toutes les transformations de ses organisations en réalisant systématiquement un diagnostic social de ses projets de transformation de ses organisations, sachant que ce diagnostic doit être au cœur du dialogue social dans l’entreprise.

« Pas d’actes »

Les réorganisations et transformations qu’Engie doit conduire ne sont pas motivées par la recherche d’un « moins disant social », mais par la pérennité de l’entreprise et donc de ses emplois aux meilleures conditions sociales possibles. Par cet accord, la direction d’Engie, qui se voulait pionnière en matière de dialogue social, était passée des promesses aux engagements, mais, malheureusement pas aux actes.

La réalité est toute autre aux yeux des syndicats : un faux dialogue et une vraie casse sociale. « On nous vend de la transition énergétique, alors qu’il s’agit, purement et simplement, d’une opération financière afin de maximiser la rentabilité de la BU et dégager rapidement du cash, rentabilité qui ne sera en fin de compte que toute relative. On nous brandit la fin des tarifs réglementés, et le rappel à l’ordre du Conseil d’Etat, pour justifier cette accélération de l’externalisation dans des pays à bas coûts. Qu’il faudrait vendre autre chose que de l’énergie. Mais voilà, aucun projet de formation ou de reconversion à l’horizon, comme c’était prévu dans l’accord social européen. En conséquence, les salariés d’Engie Commercialisateur, par l’intermédiaire de leurs représentants, demandent expressément à la direction de respecter l’accord qu’elle a signé et d’arrêter purement et simplement cette politique de dumping social », se plaint Pascal Picard du syndicat CFDT d’Engie.

La députée de l’Hérault Muriel Ressiguier est venue soutenir les grévistes d’Engie. Photo Métropolitain.

2 Comments

  1. ou on va! le travail doit resté en france je soutien à font cette manifestation et que l on respecte lesaccords signés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *