Le Vigan : condamné pour avoir frappé un pompier

JUSTICE. Le 31 juillet dernier, les sapeurs-pompiers du Vigan, dans le Gard sont intervenus pour porter secours à un conducteur victime d’un accident de moto. À peine étaient t-ils arrivés sur les lieux que le motard se montrait agressif, puis violent : après avoir insulté et menacé les trois sapeurs-pompiers, il décochait  un coup à l’avant-bras de l’un d’eux, qui était blessé.

Suite à cette agression, le sapeur-pompier blessé, ainsi que le Sdis du Gard ont déposé plainte auprès de la brigade de gendarmerie du Vigan. La procédure a suivi son cours via le parquet d’Alès. Le motard irascible a fait l’objet d’une procédure de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité le 8 novembre dernier au tribunal correctionnel d’Alès.

Privé de permis pour six mois

Le prévenu a reconnu sa culpabilité et a été condamnée à 2 mois d’emprisonnement avec sursis, à la suspension de son permis de conduire pour une durée de 6 mois, à l’obligation de suivre à ses frais un stage de sensibilisation à la sécurité routière d’une durée de 18 mois et à 100 € d’amende.

Les constitutions de partie civile du sapeur-pompier et du Sdis 30 ont été jugées recevables et ont permis d’obtenir des dommages-intérêts. Le Sdis du Gard obtient 1€ à titre symbolique, ainsi que le remboursement des frais de justice.

Le Sdis 30 satisfait

Ce vendredi, le Sdis du Gard et son conseil d’administration “déplorent les agressions envers les sapeurs-pompiers et se félicitent de cette décision de justice”. Ce n’est, hélas pas la première fois que les pompiers sont pris à partie et malmenés par ceux qui viennent leur porter secours et assistance.

Cette condamnation survient alors que les sapeurs-pompiers de Nîmes dénoncent des violences gratuites sous la forme de guet-apens dans la cité Pissevin. Des jeunes tendent des embuscades. Une ambulance a même été la cible du jet d’un cocktail Molotov. Là aussi, la réponse pénale a été rapide et à la hauteur de la gravité des faits : le procureur de la République de Nîmes, Eric Maurel supervise une enquête de flagrance pour tentative d’homicide volontaire. Les investigations se poursuivent activement.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *