Dumping social chez Engie : le maire de Montpellier alerté

EMPLOIS. L’intersyndicale d’Engie de Montpellier vient d’alerter Philippe Saurel, maire et président de la métropole sur la crise qui secoue le groupe, avec une délocalisation et des milliers de suppressions d’emplois. Le site de Montpellier serait impacté. L’intersyndicale de Montpellier demande que l’élu reçoive une délégation. Les salariés d’ici seront de nouveau en grève le 14 novembre prochain.

L’intersyndicale d’Engie a envoyé mardi à l’élu une lettre recommandée, dont l’objet est : dumping social et restructuration chez Engie Commercialisateur, service clients particuliers et professionnels, dont voici le contenu intégral :

« Monsieur le maire,

Toutes les organisations syndicales représentatives d’Engie, commercialisateur d’électricité et gaz naturel, vous alertent sur la suppression de plus d’un millier d’emplois en France, dans le domaine de la relation clientèle. Depuis 2015, Engie teste en catimini la délocalisation de son activité de commercialisation au Maroc, au Portugal et à l’ile Maurice.

Lors du comité d’établissement du 29 août 2017, le directeur du Marché des particuliers a annoncé l’intensification de cette délocalisation vers d’autres pays à coûts encore plus bas, comme le Cameroun et le Sénégal, et ne s’interdit pas d’aller vers des pays encore moins chers. Ainsi, 30% des activités du service client seront amenées à être réalisées par des prestataires à l’étranger d’ici la fin de l’année. Par ailleurs, Engie opère un vaste plan de restructuration en interne avec une séparation de la Direction du Marché des Particuliers et Professionnels en 2 directions distinctes DTR (Direction des Tarifs réglementés) et DGP (Direction Grand Public, Offre de marché) : 811 salariés seront exfiltrés dans cette direction (DTR), «mouroir», vouée à disparaître avec les TRV (Tarifs Réglementés de Vente), dont la date de fin devrait être annoncée très prochainement. Ainsi, près d’un millier d’emplois vont être amenés à disparaître du territoire national.

Ce chiffre risque de fortement augmenter dans les années à venir. De plus, cette politique de restructuration et de délocalisation s’accompagne d’une très forte dégradation de la satisfaction de nos clients : de près de 10% sur 10 ans.

À l’heure où le président de la République lutte contre le dumping social en Europe et le Premier ministre fait de l’emploi sa priorité numéro 1, Engie délocalise à grande vitesse son service client à l’étranger. Les conséquences pour nos territoires sont dramatiques puisque ENGIE ferme ses sites et fait surtout fermer ceux de ses prestataires en France. Pour Montpellier, ce sont les 150 emplois du site de Pont-de-Lattes qui sont menacés, à terme.

72% de salariés du marché des Particuliers et des Professionnels ont fait grève, le 26 septembre dernier, pour demander l’arrêt immédiat de l’externalisation des activités clientèle à l’étranger. Malgré cela, la direction reste sourde à toutes les alertes du personnel et de ses représentants. En tant que représentant de la Nation, nous vous demandons solennellement de nous aider à mettre fin à cette situation calamiteuse ».

Le 14 novembre prochain, les salariés d’Engie seront à nouveau en grève de 9h à 11h. À cette occasion, l’intersyndicale demande au maire de recevoir une délégation pour lui remettre un dossier préparé pour tous les interlocuteurs institutionnels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *