Montpellier : quels tracés de la ligne 5 pour éviter le parc Montcalm ?

TRANSPORT. Philippe Saurel a présenté les cinq tracés possibles pour que la ligne 5 évite le parc Montcalm. Les Montpelliérains sont invités à les consulter dans le hall de l’hôtel de ville avant de venir en discuter lors d’une réunion publique qui se tiendra le mardi 28 novembre à 18h à la salle Pelloutier. Le dernier mot reviendra ensuite au conseil métropolitain : « Ce sont les élus de la République qui décideront, in fine, après la consultation du trajet définitif »

Après avoir rappelé les différentes pérégrinations politiques qui lui ont fait préféré boucler la ligne 4, en s’appuyant sur les conclusions de la commission d’enquête, Philippe Saurel a lancé la concertation pour la ligne 5 qui ira de Clapiers à Lavérune. Et plus particulièrement sur la portion d’environ 3 km qui fait débat depuis le lancement du projet et nécessite aujourd’hui une modification de la DUP. Une chose est néanmoins actée : le tramway ne passera pas à l’intérieur du parc Montcalm. Mais il faut tout de même le desservir. C’est cette question à laquelle les Montpelliérains sont invités à donner leur avis à travers les 5 tracés proposés.

Le parc Montcalm respecté

« On ne fait pas un tramway pour 50 personnes. On fait un tramway pour la Ville », de cette manière Philippe Saurel balaye toute idée de faire passer le tramway par le quartier Ovalie et donc près de l’Altrad Stadium. Ainsi, la variante 5 passant par l’avenue de Vanières et l’avenue de Toulouse est jugée « pas réalisable » par le maire : « D’abord il va se rabouter sur la ligne 2 et donc faire double office. Ensuite sur l’avenue de Toulouse, il y a les adductions d’eau en sous-sol qui obligerait à des travaux pharaoniques. On l’a mis intellectuellement car c’est une possibilité mais ça se jouera très certainement entre les quatre autres projets ». La variante 1 à la préférence de Philippe Saurel car « il respecte les 20 hectares du parc Montcalm et il fait le moins de détour pour desservir les quartiers et c’est celui qui dessert les quartiers populaires car on ne fait pas un tramway pour l’entre-soi. Le meilleur scénario pour moi est celui qui arrive à desservir le haut de la cité Gély, les Orangers, la route de Lavérune, le secteur des collines d’Estanove, le Pas du Loup, la Cité Paul-Valéry…  ». Et de rappeler, « ce qui a fait le succès de la ligne 1 c’est que la Mosson et la Comédie sont en relation directe ».

Pas de dates précises

Si le coût total de la ligne est estimé à 400 M€, Philippe Saurel est en train de flécher le financement : « J’ai rencontré Carole Delga qui m’a confirmé que la Région abonderait le projet à hauteur de 10 %. J’ai eu Élisabeth Borde, la ministre des Transports, et son directeur de cabinet à qui j’ai fait part de notre souhait de construire ce Transport en Commun en Site Propre. Nous demanderons également au Département de nous aider sur la ligne de tramway ». D’où son impossibilité à donner des dates précises : « J’attends de voir qui finance et qui ne finance pas ». Reste que s’il n’a pas lancé la construction de la ligne 5 comme cela était prévu, c’est aussi parce qu’il tenait à respecter sa promesse de campagne de ne pas augmenter les taux d’imposition. Le projet s’inscrivant dans son agenda futur, la même promesse risque d’être difficile à émettre à nouveau. D’autant qu’il rappelle que « nous sommes embarqués dans le financement des quatre premières lignes jusqu’en 2032 ».

On sait toutefois que les premiers coups de pioche de la ligne 5 seront donnés en 2019, pour une livraison deux ans plus tard, « On débute sur le tronçon qui nous paraît être stable, c’est à dire celui qui correspond au plan Campus, de la place de la voie Domitienne et de la rue du Docteur Pezet jusqu’à Agropolis, traversant la route de Mende entre les deux campus de Montpellier 3 et anciennement de Montpellier 2. Ensuite cette ligne ira jusqu’à Clapiers avec des ouvrages d’art pour passer sur le Lez et franchir les zones inondables qui sont très nombreuses. Zones également qui abritent une biodiversité incroyable et qui représentent 2,5 km de voies ferrées de Clapiers à Agropolis. Et ces 2,5 km ne desservent personne. Pour mémoire, le kilomètre est à 25 M€ ». Philippe Saurel précisant pour cette dernière portion que les coûts ont sans doute été sous estimés.

>> Variante 1 : Lavérune – Croix du capitaine

Longueur : 2 600 m
Nombre de stations : 5
Population desservie* : 30 800 habitants – 11 800 hab/km dont 4 600 hab. déjà desservis par la ligne 2
Scolaires desservis** : 5 000 scolaires
Emplois desservis*** : 7 900 emplois – 3 000 emp/km

>> Variante 2 : Lavandin – EAI – Lepic

Longueur : 2 650 m
Nombre de stations : 5
Population desservie* : 27 000 habitants – 10 300 hab/km dont 4 200 hab déjà desservis par la ligne 2
Scolaires desservis** : 5 000 scolaires
Emplois desservis*** : 6 900 emplois – 2 600 emplois / km

>> Variante 3 : Chasseurs – Toulouse

Longueur : 2 900 m
Nombre de stations : 5
Population desservie* : 30 500 habitants – 10 500 hab / km dont 7 900 hab. déjà desservis par la ligne 2
Scolaires desservis** : 5 000 scolaires
Emplois desservis*** : 7 000 emplois – 2 400 emplois / km

>> Variante 4 : Chasseurs – EAI – Lepic

Longueur : 2 700 m
Nombre de stations : 5
Population desservie* : 28 300 habitants – 10 600 hab / km dont 4 600 hab.déjà desservis par la ligne 2
Scolaires desservis** : 5 000 scolaires
Emplois desservis*** : 7 000 emplois – 2 600 emplois / km

>> Variante 5 : Avenue de Toulouse – avenue de Vanières

Longueur : 3 050 m
Nombre de stations : 5
Population desservie* : 32 300 habitants – 10 600 hab / km dont 11 100 hab. déjà desservis par la ligne 2
Scolaires desservis** : 4 500 scolaires
Emplois desservis*** : 6 400 emplois – 2 100 emplois /km

Les 5 variantes en un coup d’oeil

>> Chiffres fournis par la Ville de Montpellier :
* Population INSEE 2013 + projet EAI actuel
** Scolaire : TaM 2016
*** Emplois : Insee 2010 + projet EAI actuel

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *