Montpellier : auditions et expertises après l’accident dans l’escalator

JUSTICE. Près de deux mois après l’accident survenu dans l’escalator principal dans le centre commercial du Polygone, à Montpellier, l’enquête des policiers de la sûreté départementale de l’Hérault agissant sur commission rogatoire d’un juge d’instruction se poursuit activement. Auditions et expertises se succèdent pour déterminer, d’abord le circonstances dans lesquelles un garçonnet âgé de 2 ans a eu des doigts coincés dans l’escalier mécanique, ensuite cibler les responsabilités.

Le drame s’est produit le 18 septembre dernier au soir, dans l’escalator central qui relie le rez-de-chaussée et l’étage moins un du Polygone, sous les yeux des parents du garçonnet. Le père avait aussitôt stoppé l’escalator en appuyant sur le bouton d’arrêt d’urgence : deux doigts sectionnés avaient été récupérés par les sapeurs-pompiers, qui avaient démonté l’appareil roulant. Placés dans de la glace, ils ont pu être sauvés et ont été greffés depuis avec succès à la main du garçonnet. Un autre doigt de l’autre main a été broyé par la machine. Des tentatives de greffe sont en cours et pourraient aboutir, selon une source proche de l’enquête, jointe ce lundi par Métropolitain.

Le système de sécurité n’a pas fonctionné 

L’enquête a établi que l’enfant a fait une chute malencontreuse dans cet escalator double, après l’avoir emprunté à l’envers : en clair, il grimpait les escaliers du sens de la descente. Il s’est mal réceptionné et après être tombé, il a eu les doigts coincés et sectionnés dans le mécanisme.

Question qui explique l’enquête judiciaire dirigée par un juge d’instruction : pourquoi le système mécanique ne s’est pas mis automatiquement en sécurité, comme c’est prévu ?

Sur la foi des premières investigations menées par les policiers de la sûreté départementale de l’Hérault, le procureur de la République de Montpellier, Christophe Barret a ouvert une information judiciaire pour le délit présumé de blessures involontaires par négligence ou imprudence sur mineur de quinze ans au cabinet d’un juge d’instruction, qui a délivré une commission rogatoire aux policiers.

Le magistrat a désigné des experts près la cour d’appel de Montpellier qui ont déjà examiné le fonctionnement de cet escalator pour, éventuellement détecter une anomalie, en clair, si un dysfonctionnement a pu provoquer cet accident qualifié de rarissime. Jusqu’à la semaine dernière, les accès à cet escalator étaient interdits en raison de l’enquête judiciaire et pour cause : ils sont placés sous scellés.

Baisse de fréquentation

Depuis la semaine dernière, un des deux escaliers roulants a été rouvert à la clientèle, mais sans la mise en route du sytème mécanique. Comme l’a révélé La Gazette de Montpellier, des commerçants du centre commercial ont récemment dénoncé, chiffre d’affaires à l’appui, une baisse sensible des achats, à cause, selon eux de l’immobilisation de l’escalator central. Ils ont visiblement été entendus, à quelques semaines des fêtes de Noël et de fin d’année, synonymes de grosse fréquentation.

Les investigations se poursuivent activement : ces derniers jours, des experts se sont également penchés sur le système de fonctionnement des autres escaliers mécaniques du Polygone, histoire de faire des vérifications sur leur état. Au commissariat central, à la sûreté départementale, les enquêteurs enchaînent les auditions : les responsables de toute la chaîne sont convoqués pour audition, des agents d’entretien au directeur de la société, en passant par le fabricant et la direction du Polygone. Le juge d’instruction et les policiers veulent faire éclater la vérité sur ce drame inédit, ce qui va prendre du temps, les expertises et contre-expertises étant longues à mener.

Les deux escalators mécaniques condamnés pendant un mois et demi après l’accident provoquant la colère des commerçants du Polygone. Photo JMA. Métropolitain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *