Ligue des Champions : le MHB s’impose sur le fil 33 à 32

HANDBALL. Montpellier recevait cet après-midi le Sporting Portugal dans le cadre de la Ligue des Champions. Les Montpelliérains entamaient la phase retour des matchs de poule en étant invaincus mais sans Ludovic Fabrgeas, indisponible trois mois en raison d’une phlébite au bras droite. Dans un palais des sports surchauffé, le MHB s’impose dans les dernières secondes 33 à 32.

La première question du match était de savoir comment Patrice Canayer allait réorganiser sa défense. Son sept de départ se présentait en 5-1 avec Kavticnik, Afgour (6 sur 7), Truchanovicius, Porte, Toumi et Bingo en pivot avancé avec Portner dans les cages. Et si le système gênait les Portugais, qui prenait beaucoup de temps à chaque attaque, il ne les empêchait pas de marquer. D’autant, que quelques maladresses en attaque, combinées à une défense adverse agressive (6 exclusions en 1ère période) obligeaient Montpellier à courir après le score. Mené 8 à 7 à la 15e minute, Patrice Canayer effectuait ses premières rotations : Richardson, Villeminot, Simonet et Bonnefond faisaient leur apparition sur le parquet. La défense passait alors en 6-0 et l’attaque plus véloce. Quelques minutes plus tard, les deux équipes étaient de nouveaux à égalité (9-9, 19e) avant que Montpellier ne passe enfin en tête pour la première fois du match grâce à Toumi (12-11, 21e). Sans montrer une grande créativité, Lisbonne faisait preuve d’efficacité et parvenait même à repasser en tête juste avant la mi-temps (16-17).

De retour sur le parquet, Gérard s’illustrait dans les cages avec un arrêt sur sa première intervention. Patrice Canayer revenait à un 5-1 en défense avec Jean-Loup Faustin en pivot avancé, Cosse et Guigou sur les ailes, Truchanovicius et Porte en arrière, le tout orchestré par Simonet. Les deux équipes continuaient leur duel sur un faux rythme. Simonet (6 sur 8), avec une merveille de roucoulette permettait enfin aux Héraultais de légèrement se détacher (24-22, 11e). Mais Montpellier n’arrivait pas à se dépêtrer de cet adversaire coriace qui revenait à chaque fois (27-27, 20e, 30-30, 27e, 32-32, 29e). Il en fallait plus pour inquiéter les hommes de Patrice Canayer qui enfilaient le Bleu de chauffe et ne paniquaient jamais. Dans les dernières secondes très tendues, le bras de Valentin Porte (5 sur 7) ne tremblait pour envoyer le ballon dans la lucarne adverse. Le palais des sports René Bougnol pouvait exploser. Le MHB s’impose sur le fil 33 à 32. Prochain rendez-vous mercredi pour la réception de Saran en championnat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *