Montpellier : une salle de prières illégale murée

INFO MÉTROPOLITAIN. Une salle de prières utilisée depuis plusieurs mois sans l’autorisation des propriétaires des lieux, un foyer de personnes en difficulté à Montpellier a été murée mardi matin. Explications.

Selon nos informations, confirmées ce jeudi matin par une source officielle, l’opération s’est déroulée sans le moindre incident dans la résidence le Bosquet, rue de l’Agathois, dans le quartier de la Mosson-la Paillade, à Montpellier, gérée par Adoma. Cette société d’économie mixte propose des solutions de logements et d’hébergements aux publics qui traversent des difficultés économiques ou d’insertion et ne trouvent pas à se loger dans le parc immobilier traditionnel.

Véritable outil en faveur de l’insertion par le logement, Adoma inscrit son action dans les politiques nationales et locales de l’habitat. Tout en continuant à accueillir sa clientèle historique de travailleurs migrants, Adoma loge et héberge des familles monoparentales, des retraités, des jeunes adultes, des demandeurs d’asile, des gens du voyage, des personnes sans-abri et des familles mal logées en situation d’urgence.

Une salle accaparée par des pensionnaires

Depuis plusieurs mois, une poignée de pensionnaires de la résidence le Bosquet s’était accaparés une des pièces communes aux résidents pour la transformer en une salle de prières. Un lieu illégal, puisque, d’une part, ils n’avaient jamais demandé l’autorisation au gestionnaire des lieux et d’autre part, ils refusaient de le libérer. Bien entendu, l’accès était interdit aux autres résidents.

Deux chambres en projet

Cette occupation illégale retardait le projet de la société d’économie mixte Adoma de transformer cette grande pièce en deux chambres pour des personnes à mobilité réduite. En effet, il arrive que ce foyer social accueille des handicapés qui se retrouvent sans toit.

Comme les occupants de la salle de prières persistaient dans leur refus de libérer cette pièce, les propriétaires ont débarqué mardi matin avec des ouvriers. Les pensionnaires qui s’y trouvaient, à l’heure de la prière, ont été invités à quitter les lieux, ce qu’ils ont fait sans problème, avant qu’ils ne soient murés jusqu’au lancement du chantier, dans quelques semaines.

 

2 Comments

  1. Qu’ils craignent le pire avec ces animaux là: tel des félins, ils vous sourit par devant, et vous attaquent par derrière… J’espère que ces lieux sont protégés par les forces de l’ordre…

    1. Cet article est complètement faux de A à Z.
      Premièrement cette salle de prière existe depuis plus de 20 ans à Montpellier (si ce n’est plus).
      Deuxièmement les autorisations necessaires pour utiliser cette salle ont toujours été obtenues et vous vous douterez bien qu’on n’occupe pas un lieu quel qu’il soit en France sans autorisation durant une aussi longue période.
      Troisièmement il n’y a jamais eu de refus de libérer la pièce mais plutôt une discussion entre les deux partis concernés pour trouver un point d’entente.
      Enfin je tiens à dire pour ceux qui ne connaissaient pas cette salle que c’était avant tout un lieu de partage, d’entraide et de solidarité comme il en reste si peu en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *