MHB / Lidl Starligue : plus qu’une visite pour Montpellier dans la nouvelle salle d’Aix

HANDBALL. Après la trêve internationale, le MHB retrouve les parquets avec la 7e journée de Lidl Starligue. Les Montpelliérains se déplacent à Aix dans la nouvelle Arena du club qui affichera guichets fermés. Devant 6 000 personnes et sans doute dans une ambiance surchauffée, les hommes de Patrice Canayer entendent bien poursuivre leur marche en avant.

Avec la trêve internationale, les Montpelliérains ont bénéficié d’une dizaine de jours sans compétition. « Ceux qui sont restés ici ont eu une semaine dite de décharge avec un entretien physique (Ndlr : trois jours d’entraînement) qui leur permet normalement de se régénérer et de repartir. Après les joueurs qui font le choix de jouer en équipe nationale, ils assument ». Patrice Canayer a tout de même vu partir 9 joueurs (Guigou, Gérard, Fabregas, Porte (France), Villeminot (France junior) Truchanovicius (Lituanie), Soussi, Toumi (Tunisie), Kavticnik (Slovénie)) mais pas question de les faire souffler ou de se plaindre. « Le moyen de se reposer était de ne pas se rendre en équipe nationale » dit-il en souriant, « Les joueurs ne sont pas engagés avec le club pour se reposer. Ceux sont des professionnels et comme tout professionnel, ils seront sur le terrain demain ». En récupérant l’ensemble de son effectif mardi, il savait que cette reprise serait particulière : « Avant la trêve, on a parlé entre nous du fait qu’on allait reprendre avec un match difficile à l’extérieur dans des conditions de préparation compliquées. Je pense que les joueurs de Montpellier seront très mobilisés, je n’ai pas trop d’inquiétude là dessus ».

Un début de saison satisfaisant

« Les résultats sont tout à fait conforme à nos attentes. Je suis très satisfait de la manière dont l’équipe travaille, s’investit et s’implique dans le projet. Sur la qualité de jeu que l’on fournit je suis satisfait et insatisfait. Satisfait par ce que je vois de meilleur. À certains moments, je vois une qualité de très haut niveau. Mais il y a des difficultés à maintenir ce niveau là. On a un niveau qui est encore inconstant ». Patrice Canayer explique que cette inconstance « peut venir par moment de rotations moins efficaces » et par « une certaine jeunesse du groupe qui fait preuve d’une certaine naïveté comme à Lisbonne en Ligue des Champions ».

« Ce qui rend passionnant le championnat c’est que c’est une compétition où tu n’as pas le droit à la moindre erreur si tu veux jouer avec les grands » Patrice Canayer

Seul faux pas, si l’on peut dire, le match nul (28-28) concédé à domicile face à Saint-Raphaël. Une résultat qui n’a pas inquiété Patrice Canayer : « Il faut le mettre en perspective avec ce qu’il y a eu avant et après. C’est un match qui a été très difficile à aborder car il suivait quatre déplacements consécutifs dont un où on est rentré le lundi soir à 21h à Montpellier et où l’on a joué quasiment sans entraînement. On a posé nos valises le lundi soir, il y a eu une forme de relâchement à tous les niveaux et moi le premier. Cela a été un peu juste le mercredi pour repartir. Le match que l’on a fait à Dijon trois jours plus tard (Ndlr : 8e de final de coupe de la Ligue, victoire de Montpellier à l’extérieur 40 à 28)  a été excellent même si ce n’était pas le même niveau. Donc physiquement on était très bien mais on a eu un peu de lassitude, ça peut arriver ».

Une lassitude dans laquelle les Montpelliérains ne devront pas tomber en ce mois de novembre avec 9 matchs au programme dont 5 à domicile dont trois consécutifs. Mais ne comptez pas sur Patrice Canayer pour se plaindre d’un calendrier qui, au regard d’autres sports, pourrait être qualifié d’infernal : « Je suis sidéré qu’au mois de novembre on commence à geindre et pleurer sur les matchs et la fatigue. Je vois les matchs comme un bonheur et un plaisir. D’autant plus que l’on a un effectif assez épargné par les blessures qui me permet de voir les choses beaucoup plus sereinement et de bien répartir la charge de travail pour tout le monde ».

Le MHB en vedette dans la nouvelle salle d’Aix

Les Montpelliérains vont découvrir la nouvelle enceinte d’Aix. Une salle de 6 000 places, dédiée en priorité au PAUC handball, modulable pour accueillir des spectacles et passer à 8 500 places. Un écrin que Patrice Canayer est impatient de découvrir : « Ce sont nos outils de travail. Quand tu découvres une nouvelle salle c’est toujours sympa. Tu regardes, tu as cette espèce de curiosité ». Exceptionnellement, le groupe partira tôt mercredi matin afin de s’y entraîner immédiatement : « Deux heures avant le match tu ne vas pas regarder comment est organisée la salle, tu penses à ton match. Comme ça la curiosité tu l’as le matin, c’est mieux. Pour les joueurs, il y a toujours des repères un peu particulier notamment au niveau du tir ».

Si les Montpelliérains peuvent être curieux, peu de chance qu’ils soient impressionnés par cette Arena. « Ça fait un petit moment que cela ne nous effraie plus » confie Patrice Canayer rompue à la Ligue des Champions, « Ce qu’il faut voir c’est que depuis qu’ils jouent dans cette salle, ils sont mis en difficulté. Ils sont de la peine pendant 50 minutes et dans le final ils arrivent à emballer le match. On a suffisamment d’expérience pour savoir que le match va se jouer sur le parquet et pas dans les tribunes. Par contre, c’est un plaisir d’aller jouer dans une magnifique salle ».

L’adversaire du soir

Patrice Canayer résume l’importance de cette confrontation : « Quand vous voyez le niveau qu’il faut tenir aujourd’hui pour se placer, ne serait ce que pour entrer en Ligue des Champions, vous ne pouvez pas laisser passer le moindre point. On est deuxième, on a réussi à faire une petite avance sur des prétendants comme Nantes et Dunkerque qui ne sont pas loin. Si on perd à Aix, on perdra tout l’avantage que l’on a gagné ». Aix est actuellement 7e (5e ex aequo) à 3 points de Montpellier. « C’est une bonne équipe. À nous de réussir un bon match. Il faut être en confiance par rapport à ça » annonce l’entraîneur montpelliérain, « Ce que l’on a fait ces derniers temps est probant au niveau du handball. On va avoir en face de nous un adversaire de qualité et on sait qu’il faut mettre la barre haut ».

En pleine restructuration depuis quelques années, le PAUC Handball a toute l’attention de Patrice Canayer. Et pour cause : « C’est un club qui a un vrai projet avec du concret. Leur budget a considérablement augmenté. Aix s’appuie maintenant sur de nouvelles infrastructures, sur une dynamique, sur un bassin socio-économique qui est quand même très fort avec la métropole d’Aix-Marseille, un nouvel équipement de top niveau international. C’est un concurrent dangereux, et pas que pour nous, qui arrive fort dans la danse ».

Au coeur de ce projet, Jérôme Fernandez a quitté les parquets à la fin de la saison dernière pour se consacrer pleinement au poste d’entraîneur. « Jérôme est un garçon emblématique qui a un grand charisme. Et Aix est un club qui construit un projet de manière rationnelle et réfléchie. Ils ont eu à un moment besoin d’un joueur identifiable à ce projet pour leur amener cette image, cette dynamique et cette expérience du haut niveau international. Le choix de Jérôme était très pertinent » analyse Patrice Canayer qui complète « Je ne peux pas le juger professionnellement. Je le vois aujourd’hui comme un adversaire, un concurrent. En tant que personne c’est quelqu’un que j’apprécie et que j’aime beaucoup ».

Le match se jouera dans un contexte difficile pour le PAUC Handball dont le gardien Slavisa Djukanovic a été hospitalisé suite à un malaise survenu après l’entraînement lundi. Du côté de Montpellier, Patrice Canayer constituera son groupe quelques heures avant le match après une dernière revue d’effectif. Seul léger pépin pour Ludovic Fabregas toujours en délicatesse avec son bras. Mais, la veille, son état ne semblait pas inquiéter l’entraîneur héraultais.

7e journée de Lidl Starligue : Aix en Provence – Montpellier à 20h45 sur beIN Sports 4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *