Gard : un octogénaire battu à mort

DRAME. Un retraité octogénaire qui allait fêter ses 90 ans dans quelques semaines a été victime d’une violente agression dans son pavillon de la rue Émile-Zola à Bessèges, dans le Gard, vraisemblablement dans la nuit de dimanche à ce lundi. Son corps a été découvert ce lundi. Il avait les pieds ligotés et des plaies profondes ont été relevées à la tête.

Il a également reçu des coups au visage, qui était tuméfié. Les gendarmes de la cellule d’identification criminelle du groupement de gendarmerie du Gard ont passé au crible l’habitation pendant plusieurs heures, notamment pour isoler des traces ADN. L’habitation de l’octogénaire qui vivait seul a été fouillé, comme témoigne le désordre qui régnait à l’arrivée des gendarmes. Le ou les auteurs recherchaient visiblement de l’argent, mais il était impossible de savoir ce soir s’il y a eu vol.

Une enquête de voisinage a établi formellement que le retraité qui était encore alerte pour son âge avait été aperçu dimanche après-midi dans les rues de Bessèges.

Agression à Pont-Saint-Esprit

L’autopsie ordonnée par Éric Maurel, le procureur de la République de Nîmes -le pôle criminel du Gard a été saisi en effet- et qui sera pratiquée à l’institut médico-légal de Nîmes ce mardi après-midi déterminera si les traces de coups ont provoqué le décès du retraité. Il n’est pas exclu qu’il ait été battu à mort, le parquet de Nîmes évoquant « des coups portés avec une violence extrême, avec sauvagerie au visage et à la tête ». Les constatations des enquêteurs ont permis d’établir que le ou les agresseurs ont pénétré dans la villa après avoir fracturé une fenêtre.

L’enquête est menée par les gendarmes de la section de recherches de Nîmes et de la brigade de recherches de la compagnie d’Alès. Pour l’heure, il est hasardeux d’établir un lien avec une agression à domicile avec un même mode opératoire survenue la nuit précédente au domicile d’une nonagénaire et de son fils, à Pont-Saint-Esprit, dans le Gard : des inconnus gantés, encagoulés et armés ont fait irruption alors que la mère et le fils dormaient pour les braquer et les dévaliser.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *