CHU : un bâtiment unique de biologie

SANTÉ. Le Centre hospitalier universitaire -CHU- de Montpellier et la Banque Européenne d’Investissement -BEI- annoncent la signature d’un contrat de financement de 55 millions d’euros pour la construction du futur bâtiment de biologie sur le site de la route de Ganges, en présence de Thomas Le Ludec, directeur général  du CHU de Montpellier et de Tanguy Desrousseaux, responsable de l‘activité de financement des infrastructures et du secteur public à la BEI. 

Le rassemblement des activités de biologie au sein d’un bâtiment neuf constitue la première étape du schéma directeur architectural du CHU de Montpellier, dans le cadre du projet d’établissement 2012-2017, dont l’horizon, à long terme est le regroupement des activités de soins sur un site unique.

Le financement européen a été accordé à des conditions financières très attractives, grâce à la notation financière AAA de la BEI : il permettra très concrètement au deuxième acteur de santé de la région Occitanie de financer cette première opération de modernisation et de restructuration de l’offre de soins sur le site principal du Centre hospitalier universitaire de Montpellier.

Un chantier d’ampleur

La première étape de ce projet consiste en la construction d’un bâtiment unique de biologie qui va permettre le regroupement de 19 laboratoires de biologie, d’anatomopathologie et de génétique, actuellement répartis dans de nombreux bâtiments de l’établissement.

Cette phase va également permettre de préparer le site principal du CHU, en l’occurence le site de Lapeyronie à accueillir ultérieurement de nouvelles opérations de modernisation. Ces aménagements préalables consistent notamment en la construction de nouveaux stationnements et d’une hélistation modernisée, mais également en la sécurisation de l’alimentation électrique du site par la construction d’une nouvelle centrale de secours.

Au global, cette première phase de travaux se chiffre actuellement à près de 112 millions d’euros.

Un emprunt de 55 M€

Le CHU de Montpellier a sollicité l’appui de la Banque Européenne d’Investissement pour le financement de ses opérations de modernisation et de restructuration de l’offre de soins. La BEI a donc favorablement répondu à cette demande en lui accordant un emprunt de 55 millions d’euros à des conditions financières attractives.

« Ce financement s’inscrit dans l’action prioritaire de la BEI en faveur d’infrastructures durables ayant un impact direct sur la vie quotidienne des habitants. En tant que premier financeur européen des infrastructures en France, la BEI a consacré 7,8 milliards d’euros d’investissements depuis janvier 2016 en soutien au développement d’infrastructures modernisées et durables dans les domaines du transport urbain, du Très haut débit, de l’enseignement avec les collèges, lycées et universités, et des hôpitaux. Plus de 50% des projets financés par la BEI en France concernent le financement d’infrastructures, ce qui est au-delà de la moyenne européenne », souligne t-on à la direction générale du CHU de Montpellier, qui relève que, « la santé est de surcroît un secteur prioritaire d’activité pour la Banque de l’Union européenne avec près de 5 milliards d’euros d’investissements consacrés à ce domaine en France depuis le début des années 2000 ».

La BEI en bref

La Banque Européenne d’Investissement -BEI-, Banque de l’Union européenne, forme avec le Fonds européen d’investissement -FEI- le groupe BEI. Depuis 2012, grâce à la solidité de ses compétences et à l’attrait financier de sa notation financière AAA, le groupe BEI a doublé son volume d’activité en France, atteignant 9,3 milliards d’euros en 2016, au service des entreprises et de l’innovation, mais aussi en finançant l’investissement dans des secteurs stratégiques comme l’action en faveur du climat, l’énergie, la santé, l’éducation et la formation des jeunes, les infrastructures durables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *