Coupe de la Ligue : le MHSC confirme sa belle forme à Guingamp

FOOTBALL. Montpellier disputait mardi soir là Guingamp les 16emes de finale de la Coupe de la Ligue. Si Michel Der Zakarian avait fait de nombreux changements, ce n’est pas sans ambition qu’il abordait la rencontre. Les Montpelliérains l’emportent 2 à 0 grâce à des buts de Camara (20e) et Ninga (71e)

L’entraîneur héraultais avait décidé de faire tourner (Hilton, Sessègnon, Mbenza (repos), Pionnier (choix), Roussillon (blessure)). La chance étant ainsi donné à des jeunes, vainqueurs de la coupe Gambardella la saison dernière, comme Bertaud dans les cages ou Poaty en latéral gauche. La défense à 5 était reconduite. À la récupération Skhiri, Piriz et Sambia n’hésitaient pas à se projeter, comme les latéraux pour appuyer Ninga et Camara en attaque. Côté Guingampais, Antoine Kombouaré  préservait également quelques titulaires et composait avec les blessures.

Camara rentre encore un peu plus dans l’histoire

Au Roudourou, les Montpelliérains n’ont laissé que très peu de chance aux locaux de s’imposer. Dominateur dès le premier quart d’heure où Ninga aurait pu ouvrir la marque. Sambia lançait parfaitement dans la profondeur le Tchadien qui s’emmêlait les pieds dans son face à face avec le gardien guingampais (14e). Petric voyaient les vagues pailladines déferler sur ses buts. Sur un débordement côté gauche, Poaty centrait pour Camara, mais sa tête ne trouvait pas le cadre (16e). Ce n’était que partie remise pour le Sénégalais.

Sur l’action suivante, Sambia envoyait une lourde frappe détournait par Petric. Sur le corner, le jeune milieu de terrain trouvait Camara libre de tout marquage au premier poteau pour l’ouverture du score (0-1, 21e). L’attaquant devient ainsi le deuxième meilleur buteur de l’histoire du club toutes compétitions confondues avec 71 buts derrière Laurent Blanc et ses 84 buts. Il aurait pu s’en rapprocher encore un peu plus dans cette période. Sa frappe, après un centre de Ninga de la droite, s’envolait en tribune (40e).

La défense montpelliéraine confirmait son nouveau statut de coffre-fort et ne laissait que très peu d’occasion aux Guingampais. Seule une sortie raté de Bertaud, unique erreur de sa part ce soir, mal exploitée par Diallo qui tentait une talonnade sur la frappe de son partenaire Camara (26e). Dès le centre suivant, le jeune gardien s’imposait dans les airs et montraient toute son assurance. De manière logique, Montpellier menait logiquement à la pause.

Ninga, ouvre son compteur but

De retour sur la pelouse, Montpellier poursuivait sa domination. Comme depuis Monaco, la défense à 5 est gage d’assurance mais ne peut suffire à définir les Pailladins comme une équipe défensive. Bien au contraire, les hommes de Michel Der Zakarian se projetaient rapidement vers l’avant en variant les attaques. C’est le bloc entier qui montait pour opérer un pressing haut. Guingamp tentait par de brefs moments de revenir. Sur un corner, Diallo s’envole au dessus de Mendès. Sa tête piquée, bloquée par Bertaud, était là le premier tir cadré des locaux de la partie (55e).

Montpellier multipliait les occasions de creuser l’écart. Sambia, servi au milieu de terrain, avançait sans être attaqué, et tentait sa chance d’une frappe puissante de 25 m détournait par Petric (65e). Sur l’action suivant, Sambia, très bon ce soir, servait Camara mais sa frappe s’envolait en tribune (66e). Le Sénégalais était ensuite remplacé par Bérigaud. Les Pailladins pliaient enfin le match quelques minutes plus tard. Aguilar, à la chute d’un centre guingampais dans la surface, envoyait une longue passe dans le camp adverse en direction de Ninga qui partait vers le but et gagnait son duel avec le gardien (0-2, 71e). Depuis son retour après sa longue blessure au genou, le Tchadien n’avait pas encore marqué en Ligue 1. Une très bonne nouvelle pour lui qui ouvre ainsi son compteur but.

Rennes à la Mosson

Bérigaud aurait ensuite pu aggraver la marque, mais sa tentative ne trouvait pas le cadre (75e) tout comme celle de Sambia quelques minutes plus tard (80e). Guingamp essayait de revenir notamment par Briand, rentré à la place de Diallo (70e). Sur trois situations, l’attaquant frappaient sans inquiéter Bertaud (78e, 79e et 89e). Montpellier l’emporte sans aucune contestation et se qualifie pour les 8e de finale de la Coupe de la Ligue.

Les Pailladins confirment ainsi leur belle forme et l’efficacité du système mis en place tant sur le plan défensif qu’offensif. Ils retrouveront la Ligue 1 samedi pour la réception de Rennes à la Mosson.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *